Revelation: The terrible and unacceptable claims of Nourreldine Adam, Abdoulaye Hissène and Mahamat Al-Katim for peace …

It is no secret that « violent clashes between the two armed groups now enemies, namely the FPRC of Nourreldine Adam, RPRC of Abdoulaye Hissène and MPC of Mahamat Al-Katim against the UPC of Ali Darass and Are raging lately in the hinterland. This situation is untenable for the inhabitants of Upper Kotto and Ouaka. Why do these two armed groups clash? Originally, it was the disagreement that arose from the last congress of the former Seleka coalition in Bria where Ali Darass had been appointed chief of staff to assist Abdoulaye Hissène. In the face of the latter’s refusal, the hostilities finally began to sprout from all sides.
The FPRC / RPRC / MPC coalition would have the objective of bringing down the city of Bambari where Ali Darass had installed his staff to put pressure on the central government. If Bambari fell, this would open the way to Sibut where a possible flag would be planted so that the fatal project of partition or threat of partition was highlighted. There is much going on in this confrontation, and Ali Darass is in a position of repatriation in the DDRR process. It is therefore inconceivable that an armed group should force him to do so. The DDRR process should follow its normal course. It will then be up to the international community jointly with the national authorities to accompany Ali Darass to his home in Niger (or simply to arrest him).
If the FPRC / RPRC / MPC coalition had followed this logic, all those unjustly lost civilian deaths would have been saved.
In addition, the ex-Seleka coalition asks:
THE PRIMATURE
• 30% OF MINISTERIAL POSTS
• 30% OF POSTS OF DIPLOMATIC AND CONSULAR BODIES
• 30% OF PREFECT POSTS
• 40% OF POSTS OF SUB – PREFECT AND SECRETARIES GENERAL OF PREFECTURES, AND THE COMMUNES
• 30% OF POSTS IN ENTERPRISES AND STATE COMPANIES
• 30% FOR RECRUITMENTS IN THE ARMY, GENDARMERY, POLICE, WATERS AND FORESTS AND CUSTOMS
• 40% INTEGRATION IN THE PUBLIC SERVICE AND THE INTERNATIONAL INSTITUTIONS
• 30% SCHOLARSHIPS FOR MARGINAL STUDENTS
• REHABILITATION OF RADIUS MILITARY ABUSIVELY IN THEIR FUNCTIONS
• FREE ACCESS TO THE ISSUE OF NATIONAL IDENTITY CARDS AND PASSPORTS WITHOUT DISCRIMINATION.
In view of all these demands, it should be emphasized that there is a hidden agenda for the former Selka coalition. The real questions are hidden to the benefit of purely peripheral subjects. For the Anti-Balaka’s claims, the latter propose that the President put in place a statute of the former Heads of State to allow all former Central African Presidents to enjoy a status and a protocolary and ceremonial Live in their country. You will agree with us that hidden ambitions are at all levels.
From this point of view, the untimely statements of the Chiefs of War are likely to disturb public order or to distract, the real objectives have remained mute.
As reported above by an on – line press, the underlying security crisis, which derives its full substance from the Libreville Agreements, is of a highly political and totally obsolete nature, In displeasure to their authors who are devoid of any capacity for analysis and perception. The responses to be given by the Government must also be of the same character and appropriate. Unfortunately, Touadera and Sarandji seem obviously to overcome by the events and to avoid being released by force by those who placed them at the head of the country, prefer to remain silent. Even in Luanda at Eduardo Dos Santos where these wicked and unacceptable claims were clearly laid on the table. How long?

Jean – Paul Naïba
Google Traduction pour les entreprises :Google Kit du traducteurGa
Publicités

Révélation : Les terribles et inacceptables revendications de Nourreldine Adam, d’Abdoulaye Hissène et de Mahamat Al – Katim pour la paix…

Il n’est de secret pour personne que « de violents combats opposent les deux groupes armés désormais ennemis, à savoir le FPRC de Nourreldine Adam, RPRC d’Abdoulaye Hissène et MPC de Mahamat Al – Katim contre l’UPC d’Ali Darass et font rage ces derniers temps dans l’arrière – pays. Cette situation est intenable pour les habitants de la Haute – Kotto et de la Ouaka. Pourquoi ces deux groupes armés s’affrontent – ils ? A l’origine, c’était le désaccord qui est né du dernier congrès de l’ex- coalition Séléka, à Bria où Ali Darass avait été nommé chef d’état – major pour seconder Abdoulaye Hissène. Devant le refus de ce dernier, les hostilités ont finalement commencé à germer de tous bords.

La coalition FPRC/RPRC/MPC  aurait comme objectif de faire tomber la ville de Bambari où Ali Darass y a installé son état – major pour faire pression sur le pouvoir central. Si Bambari tombait, cela ouvrirait la voie à Sibut où un éventuel drapeau serait planté pour que le projet funeste de la partition ou de menace de la partition fût mis en évidence. Il se passe beaucoup de choses dans cet affrontement, et Ali Darass est en position de rapatriement dans le processus DDRR. Il est donc inconcevable qu’un groupe armé l’y contraigne par la force. Le processus du DDRR devrait suivre son cours normal. Il appartiendra alors à la communauté internationale conjointement avec les autorités nationales d’accompagner Ali Darass chez lui au Niger (ou de procéder purement et simplement à son arrestation).

Si la coalition FPRC/RPRC/MPC avait suivi cette logique, on aurait fait économie de tous ces morts tombés injustement parmi la population civile.

En outre, l’ex-coalition Séléka demande :

LA PRIMATURE

  • 30% DES POSTES MINISTERIELS
  • 30% DES POSTES DES CORPS DIPLOMATIQUES ET CONSULAIRES
  • 30% DES POSTES DE PREFETS
  • 40% DES POSTES DE SOUS – PREFETS ET SECRETAIRES GENERAUX DES PREFECTURES, ET LES COMMUNES
  • 30% DES POSTES DANS LES ENTREPRISES ET SOCIETES D’ETAT
  • 30% POUR LES RECRUTEMENTS DANS L’ARMEE, LA GENDARMERIE, LA POLICE, LES EAUX ET FORETS ET LA DOUANE
  • 40% D’INTEGRATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE ET LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES
  • 30% DES BOURSES D’ETUDES POUR LES ETUDIANTS MARGINALISES
  • LA REHABILITATION DES MILITAIRES RADIES ABUSIVEMENT DANS LEURS FONCTIONS
  • LE LIBRE ACCES A LA DELIVRANCE DES CARTES NATIONALES D’IDENTITE ET PASSEPORTS SANS AUCUNE DISCRIMINATION.

Au vu de toutes ces revendications, il convient de souligner qu’il y’a un agenda caché pour l’ex-coalition Séléka. Les vraies questions sont occultées au profit des sujets purement périphériques. Pour les revendications des Anti-Balaka, ces derniers proposent que le Président mette en place un statut des anciens Chefs d’Etats pour permettre à tous les anciens Présidents Centrafricains de bénéficier d’un statut et d’un rang protocolaire et cérémonial leur permettant de vivre dans leur pays. Vous conviendrez avec nous, que des ambitions cachées sont à tous les  niveaux.

De ce point de vue, les déclarations intempestives des Chefs de guerre sont de nature à troubler l’ordre public ou à faire diversion, les vrais objectifs sont restés muets ».

 Telles que relayées ci – dessus par un organe de la presse écrite en ligne, les en-dessous de cette aggravation de la crise sécuritaire, qui tirent toute sa substance des Accords de Libreville, sont d’ordre hautement politique et totalement désuets, n’en déplaise à leurs auteurs qui sont dénués de toute capacité d’analyse et de perception. Les réponses à y donner par le gouvernement doivent aussi revêtir le même caractère et approprié. Malheureusement, Touadéra et Sarandji semblent visiblement dépasser par les évènements et pour éviter d’être dégagés par la force par ceux – là qui les ont placés à la tête du pays, préfèrent tout simplement se taire. Même à Luanda chez Eduardo Dos Santos où ces revendications scélérates et inacceptables ont été clairement posées sur la table.  Jusques à quand ?

Jean – Paul Naïba

Nation: Opening speech by Mr Karim Méckassoua of the first ordinary session of the National Assembly for the year 2017

The Central African Republic is at a turning point in its history. What has been playing over the past few weeks in the territory of the Republic, especially in Ouaka and around it, will determine our future for a long time.
Will the serious abuses committed on the population stop? Can our populations hope to regain tranquility in the very near future? Will peace be there? Will the perpetrators and those responsible, I mean « all perpetrators and perpetrators », serious crimes committed and continuing to commit themselves be effectively apprehended, prosecuted and punished? From this point of view the national representation welcomes the appointment of the PROSECUTOR to the Special Criminal Court. Will our country regain the sense of national concord, which is the condition for its economic recovery?
Prime Minister, Head of Government;
Presidents of the Institutions of the Republic;
Members of the Government;
Distinguished Heads of Diplomatic and Consular Missions and Representatives of International Organizations;
Honorable Members;
Mr. President of the Special Delegation of the City of Bangui;
Distinguished guests;
Ladies and gentlemen ;
It is in this uncertain context, and with these serious issues that the National Assembly, conscious that the first aspiration of the Central African people is a just peace, begins this first ordinary session of the year 2017.
In these serious times, I thank you all for making the effort to honor this opening ceremony of your respective presences.
I want to see in your decision to be here today, in the house of the people, more than a decision of protocolary convenience. I also want to see the commitment of the representatives of the people to resolutely confront the immediate perils of our country and the challenges of all kinds that our country faces. I want to see also the commitment of all our guests present to work in this direction with the Representatives of the people, each institution in its role and each authority in its place.
But, I would emphasize, such an attitude, which means unity in diversity, can not be decreed.
We must want it; The will to build it; To translate it into the reality of the functioning of our institutions, all on the basis of mutual respect and trust.
If I insist so much on this element, it is because from this point of view the rupture is still slow to be reflected in our words and our actions. The culture of suspicion is still there, alive. The syndrome of destabilization also.
Political violence, and violence itself, continue to characterize our political manners. All of this creates a deleterious political atmosphere and a deplorable inter-institutional climate in which the debate of ideas, as well as democratic and responsible expression, are stigmatized.
A political atmosphere and an institutional climate where rumor, gossip, incitement to hatred and vengeance are kings.
Let us take care! All this can only further weaken the foundations of our State and our Republic. All this can only delay our recovery. The Central African state is still fragile, very fragile. We all know that. We have more than ever the imperative duty to do everything in our power to avoid adding to the security crisis a political and institutional crisis that our compatriots do not need.
President of the National Assembly, this is the line of conduct that I have always set myself. I pledge today, before you and the people of the Central African Republic, not to deviate from it.
I do not doubt, however, that the whole National Assembly will demonstrate, during this very important session, that this line of conduct is also its own.
Honorable Members, Ladies and Gentlemen;
Distinguished guests;
Ladies and gentlemen ;
That this session is very important, as I said before, I do not need to convince you. Are we not at this period of our history when all the problems are both urgent and vital?
Among the first strong elements of this session, there will be the renewal of the office of the National Assembly.
Under the relevant provisions of our new Rules of Procedure, recently voted by our Assembly and validated by the Transitional Constitutional Court, the office of the National Assembly is the governing body of the parliamentary institution.
With the exception of the President who is elected for the entire term of the legislature, the term of office of the members of the Bureau shall be renewed each year during the week following the opening of the first ordinary session. That is what Article 69 of our Constitution provides.
As candidatures for the election of the members of the Bureau are open, each deputy has the right and the freedom to compete.
I insist that the competition which will be undertaken following these candidatures be dignified and loyal, respectful of the people and of the noble institution to which we all belong.
Honorable Members, Ladies and Gentlemen;
Distinguished guests;
Ladies and gentlemen ;
This ordinary session is not merely a matter of changing the bureau and of bringing personalities to bear responsibilities. For three months, our agenda will be loaded with texts to be debated and adopted, capacity-building workshops, study missions abroad and within the country, dialogues with the Executive, and Missions to monitor the Government’s action.
That will be the essence of our work. We look forward to getting there. And I wager that, as we have already shown in the preceding months, we will deploy all our energies, our collective intelligence, and all the rigor of which we are capable.
And that, so that the word HAPPINESS is not just a dream for the Central African people, so that it becomes the reality of the daily lives of our fellow citizens.
It’s our duty. It is our responsibility.
With that, I declare open the first ordinary session of the National Assembly for the year 2017.

Nation : Discours d’ouverture de M. Karim Méckassoua de la première session ordinaire de l’assemblée nationale pour l’année 2017

La République centrafricaine est à un tournant de son histoire. Ce qui se joue depuis ces dernières semaines sur le territoire de la République, notamment dans la Ouaka et alentour déterminera pour longtemps notre avenir.

Les graves exactions commises sur la population vont-elles cesser ? Nos populations peuvent-elles espérer retrouver la tranquillité dans un avenir très proche ? La paix sera-t-elle au rendez-vous ? Les auteurs et responsables, je dis bien « tous les auteurs et responsables », des crimes graves commis et qui continuent de se commettre seront-ils effectivement appréhendés, pénalement poursuivis et punis ? De ce point de vue la représentation nationale se félicite de la nomination du PROCUREUR près la Cour Pénale Spéciale. Notre pays va-t-il retrouver le sens de la concorde nationale, ce qui est la condition pour amorcer son relèvement économique ?

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Chefs des Missions Diplomatiques, Consulaires et les Représentants des Organisations Internationales ;

Honorables Députés ;

Monsieur le Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Bangui ;

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs ;

C’est dans ce contexte incertain, et avec ces questions graves que l’Assemblée Nationale, consciente que la première aspiration du peuple centrafricain est une paix juste, amorce cette première session ordinaire de l’année 2017.

Par ces temps graves, je vous remercie tous d’avoir fait l’effort d’honorer cette cérémonie d’ouverture de session de vos présences respectives.

Je veux voir dans votre décision d’être ici aujourd’hui, dans la maison du peuple, plus qu’une décision de convenance protocolaire. Je veux y voir aussi l’engagement des représentants du peuple à faire face avec détermination aux périls immédiats pour notre patrie, ainsi qu’aux défis de toutes natures que notre pays doit affronter. Je veux y voir aussi l’engagement de tous nos invités présents à œuvrer en ce sens avec les Représentants du peuple, chaque institution dans son rôle et chaque autorité à sa place.

Mais, je tiens à le souligner, une telle attitude, qui signifie l’unité dans la diversité, ne se décrète pas.

Il faut la vouloir ; la vouloir pour la construire ; la construire pour la traduire dans la réalité du fonctionnement de nos institutions, le tout sur une base de respect et de confiance mutuels.

Si j’insiste tant sur cet élément, c’est parce que de ce point de vue la rupture tarde encore à se refléter dans nos paroles et dans nos actes. La culture du soupçon est toujours là, vivace. Le syndrome de la déstabilisation aussi.

La violence politique, et la violence tout court, continuent à caractériser nos mœurs politiques. Tout cela donne une ambiance politique délétère et un climat interinstitutionnel déplorable, dans lesquels le débat d’idées, de même que l’expression démocratique et responsable, sont stigmatisés.

Une ambiance politique et un climat institutionnel où la rumeur, les ragots, les incitations à la haine et les discours de vengeance sont rois.

Prenons-y garde ! Tout cela ne peut que fragiliser davantage les fondements de notre Etat et de notre République. Tout cela ne peut que retarder notre relèvement. L’Etat centrafricain est encore fragile, très fragile. Nous le savons tous. Nous avons plus que jamais le devoir impérieux de faire tout ce qui est en notre pouvoir afin d’éviter que ne s’ajoute à la crise sécuritaire une crise politique et institutionnelle dont nos compatriotes n’ont pas besoin.

Président de l’Assemblée nationale, c’est la ligne de conduite que je me suis toujours fixée. Je m’engage aujourd’hui solennellement, devant vous et devant le peuple centrafricain, à ne pas en dévier.

Je ne doute d’ailleurs pas que l’Assemblée nationale toute entière fera la démonstration, au cours de cette très importante session, que cette ligne de conduite est aussi la sienne.

Honorables Députés, mes chers collègues ;

Distingués invités ;

Mesdames, messieurs ;

Que cette session soit très importante, comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas besoin de vous en convaincre. Ne sommes-nous pas à cette période de notre histoire où toutes les problématiques sont à la fois urgentes et vitales ?

Parmi les premiers éléments forts de cette session, il y aura le renouvellement du bureau de l’Assemblée Nationale.

Aux termes des dispositions pertinentes de notre nouveau Règlement intérieur, récemment voté par notre Assemblée et validée par la Cour constitutionnelle de transition, le bureau de l’Assemblée Nationale est l’organe dirigeant de l’institution parlementaire.

A l’exception du Président qui est élu pour toute la durée de la législature, le mandat des membres du bureau est renouvelé chaque année au cours de la semaine suivant l’ouverture de la première session ordinaire. C’est ce que prévoit l’article 69 de notre Constitution.

Les candidatures à l’élection des membres du Bureau étant ouvertes, chaque député a le droit et la liberté de concourir.

J’insiste pour que la compétition qui s’engagera à la suite de ces candidatures soit digne et loyale, respectueuse des personnes et de la noble institution à laquelle nous appartenons tous.

Honorables Députés, mes chers collègues ;

Distingués invités ;

Mesdames, messieurs ;

Cette session ordinaire ne se réduit pas seulement au changement du bureau et à porter des personnalités à des responsabilités. Pendant trois mois notre agenda sera chargé, de textes à débattre et à adopter, des ateliers de renforcement des capacités, des missions d’études à l’étranger et à l’intérieur du pays, de dialogues à conduire avec l’Exécutif, et de missions de contrôle de l’action du Gouvernement.

Ce sera là l’essentiel de notre tâche. Nous avons hâte de nous y atteler. Et je gage que, comme nous l’avons déjà montré au cours des mois précédents, nous y déploierons toutes nos énergies, toute notre intelligence collective, et toute la rigueur dont nous sommes capables.

Et cela, pour que le mot BONHEUR ne reste pas qu’un rêve pour le peuple centrafricain, pour qu’il devienne au plus vite la réalité de tous les jours de nos concitoyens.

C’est notre devoir. C’est notre responsabilité.

Sur ce, je déclare ouverte la première session ordinaire de l’Assemblée Nationale pour l’année 2017.

Dossier: The Central African crisis or a big plot against a whole people ….

In a 190-page report released on 5 December 2016, the United Nations Panel of Experts on the Central African Republic highlighted the existence of economic predation systems that fuel instability in the country. In addition to the struggles of the many rebel factions to control the transport routes of the country’s weapons and natural resources such as gold and diamonds, the panel of experts reveals the existence of control mechanisms and Illegal wealth held by militias, often with the complicity of the authorities.
Illegal taxes
In the eastern regions of the capital, Bangui, controlled by anti-balaka militia, the militias have in particular established illegal controls to tax fishermen and vessels carrying goods and passengers on the Oubangui River. The Panel notes that « such illegal taxes increase the price of goods and are accompanied by physical assaults, torture and rape against passengers ». The report also points out that in the west of the country « anti-balaka extorts money from Muslims who wish to return from their exile by imposing security services ».
Since river traffic was suspended in March 2016, the number of checkpoints between Bangui and the town of Kouango in the south-central part of the country was reduced from 9 to 3. Gendarmes were mobilized to put an end to these practice. The panel of experts notes, however, that « various sources have said that far from preventing this illegal imposition, the gendarmes were doing it themselves. »
Weapons Trafficking
Moreover, the fate of the Vakaga region in the north of the country is of particular concern to UN experts. Several localities in this zone remain under the exclusive control of the rebel group of the Popular Front for the Rebirth of the Central African Republic (FPRC). « In the areas it controls, the FPRC continues to defy state authority by introducing illegal security controls and imposing curfews in the Vakaga prefecture and reaffirming its opposition to the deployment of the Forces Central African Armed Forces (FACA) « . Since returning to the Central African Republic, Nuremedi Adam’s ex-number two is living in the Sikiked region of western Vakaga prefecture. « In 2016, he would have traveled to Birao and to the three-city town of Tissi, where he had recruited about 100 fighters, mainly Sudanese, » the report said.
In addition, the town of Tissi is frequently cited as the center for the supply of arms and ammunition to former Selika groups and criminal gangs. « Thus, FPRC soldiers armed with weapons of war and dressed in brand new military uniforms were recently seen in Ndélé. According to several sources, Nourredine Adam organized, in June 2016, a delivery of arms, which would have been transported by three trucks of commercial transport from Tissi to Ndélé and Kaga Bandoro.
The business of the authorities
The report also mentions several examples of current and former high-ranking state figures involved in transactions that do not comply with the sanctions regime imposed on them. The case of Mahamat Nour Binyamine is cited in particular. Central African Republic resident in the United States, the latter would be responsible for collecting the rents of buildings and houses belonging to Michel Djotodia, former President of the Republic and former leader of the FPRC. « In July 2016, Binyamine acted as an intermediary in the sale to a private contractor of a land located in Bangui and belonging to Djotodia. On August 29, the contractor made a transfer totaling CFAF 25 million (US $ 50,000) to Binyamine’s account, which withdrew that amount on the same day with a check. « The Panel notes that » the United States has frozen Djotodia’s assets since May 13, 2014, and Binyamine, as a US resident, may well make transactions or hold funds owned by Djotodia in the United States  » , In violation of the sanctions regime.
Another personality quoted in the report, Abdoulaye Hissène, one of the main leaders of the FPRC and former collector of diamonds and gold. He resumed his commercial activities after leaving in August 2014 as Minister of Youth and Sports under the presidency of Catherine Samba Panza. By September 2014, Hissène has entered into a contract of sale with an Indian investor for 300 kilograms of gold for a total amount of $ 9.9 million. The Panel stated that it had no proof of performance of the contract but pointed out that « Hissène did not have an export permit for minerals – neither as a cooperative nor as a buying house ».
Blood Diamonds
Another source of income is the illicit diamond trade in the Central African Republic. On May 28, 2016, the Special Anti-Fraud Unit confiscated some 550 carats of undeclared diamonds from Collector Mahamat Nour and his brother Mahamat Moustapha when they landed a flight from MINAIR from the mining town of Bria Center of the country. « They were accompanied by an Israeli collector, Youri Freund, and an associate. Nour and Freund were suspected not only of buying contraband diamonds but also of falsifying documents to obtain Freund’s license as a collector, « notes the report. Some of the diamond traffic coming from Bria is likely to pass through Bangui, but some would also be transported by land to the Democratic Republic of the Congo
Other localities, mainly in eastern Cameroon, including Kenzou, Batouri and Bertoua, are known to be the main hubs of diamond traffic from the Central African Republic. However, Cameroon’s exports declined from 2,619 carats During the first ten months of 2015, to 1,494 carats during the same period of 2016, « suggesting that the illicit infiltration of Central African diamonds into official trade remains limited ».
Black Gold
Lastly, the site enoughproject.com recalls, in an article devoted to the report of the expert panel, that the latter had revealed, mid 2016 the signing of a financial agreement between a private security company called FIT Protection (FIT-P) And the armed group of the Central African Patriotic Movement (MPC). The FIT-P company then recruited security agents from the Seleka factions to protect the investment and oil exploration carried out by the Chinese company PTIAL International Petroleum.
Panel Coordinator Ruben De Koning then declared that « FIT-P has hired FPRC leaders, who are still part of the rebellion, and the salaries of the guards paid were recovered by these leaders. » He also states that « although Central African President Faustin-Archange Touadera questioned these security agreements in the media, in fact the Minister of Defense has still not revoked the authorization to carry arms To the elements recruited by the FIT P company and which had been issued in April 2016 « 

Provided by: Mondafrique

Dossier : La crise centrafricaine ou un grand complot contre tout un peuple….

Dans un rapport de 190 pages rendu public le 5 décembre 2016, le Panel d’experts des Nations unies sur la République Centrafricaine met en évidence l’existence de systèmes de prédation économique qui alimentent l’instabilité dans le pays. Outre les luttes que se livrent les nombreuses factions rebelles pour le contrôle des routes d’acheminement des armes et des ressources naturelles du pays telles que l’or ou les diamants, le panel d’experts révèle l’existence de mécanismes de contrôle et d’accaparement de richesses illégaux tenus par des milices avec, in souvent, la complicité des autorités.

Taxes illégales

Dans les régions de l’est de la capitale, Bangui, contrôlées par les anti-balaka, les milices ont notamment établi des contrôles illégaux en vue de taxer les pêcheurs et les bateaux transportant des marchandises et des passagers sur la rivière Oubangui. Le Panel relève que « de telles taxes illégales font monter les prix des marchandises et s’accompagnent d’agressions physiques, d’actes de torture et de viols à l’encontre des passagers ». Par ailleurs, le rapport souligne que dans l’ouest du pays, « les anti-balaka extorquent de l’argent à des musulmans qui souhaitent revenir de leur exil en leur imposant des services de sécurité ».

Le trafic fluvial ayant été suspendu en mars 2016, le nombre de postes de contrôle entre Bangui et la ville de Kouango dans le sud-centre du pays a été ramené de 9 à 3. Des gendarmes ont été mobilisés afin de mettre un terme à ces pratiques. Le panel d’experts note cependant que « diverses sources ont indiqué que loin de prévenir cette imposition illégale, les gendarmes s’y livraient eux-mêmes ».

Trafics d’armes

Par ailleurs, le sort de la région de la Vakaga, au nord du pays, préoccupe particulièrement les experts de l’Onu. Plusieurs localités de cette zone restent en effet sous le contrôle exclusif du groupe rebelle du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC). « Dans les zones qu’il contrôle, le FPRC continue de défier l’autorité de l’État en instaurant des contrôles illégaux de sécurité et en imposant des couvre-feux dans la préfecture de la Vakaga et a réaffirmé son opposition au déploiement des Forces armées centrafricaines (FACA) ». Depuis son retour en République centrafricaine, l’ex numéro deux de la Séléka, Nourredine Adam vit principalement dans la région de Sikikédé, dans l’ouest de la préfecture de la Vakaga. « En 2016, il se serait rendu à Birao et dans la ville trifrontalière de Tissi, où il aurait recruté une centaine de combattants, principalement soudanais » note le rapport.

En outre, la localité de Tissi est fréquemment citée comme étant le centre d’approvisionnement en armes et en munitions de groupes de l’ex-Séléka et de bandes criminelles. « Ainsi, des soldats du FPRC munis d’armes de guerre et vêtues d’uniformes militaires flambant neufs ont récemment été aperçus à Ndélé. D’après plusieurs sources, Nourredine Adam aurait organisé, en juin 2016, une livraison d’armes, qui auraient été acheminées par trois camions de transport commercial de Tissi à Ndélé et Kaga Bandoro ».

Le business des autorités

Le rapport mentionne également plusieurs exemples d’actuels et anciens hauts personnages de l’Etat impliqués dans des transactions non conformes au régime de sanctions qui leur est imposé. Le cas de Mahamat Nour Binyamine est notamment cité. Centrafricain résidant aux Etats-Unis, ce dernier serait chargé de collecter les loyers des immeubles et maisons appartenant à Michel Djotodia, ancien Président de la République et ex leader du FPRC. «En juillet 2016, Binyamine aurait servi d’intermédiaire lors de la vente à un entrepreneur privé d’un terrain sis à Bangui et appartenant à Djotodia. Le 29 août, l’entrepreneur a fait un virement d’un montant total de 25 millions de FCFA (50 000 dollars des États-Unis) sur le compte de Binyamine, lequel a retiré cette somme le jour-même avec un chèque. » Or, le Panel note que « les États-Unis ont gelé les avoirs de Djotodia depuis le 13 mai 2014, et Binyamine, en tant que résidant américain, pourrait bien faire des transactions ou détenir des fonds appartenant à Djotodia aux Etats-Unis », en violation du régime de sanction.

Autre personnalité citée dans le rapport, Abdoulaye Hissène, l’un des principaux leaders du FPRC et ancien collecteur de diamants et d’or. Celui-ci a repris ses activités commerciales après avoir quitté, en août 2014, sa fonction de Ministre de la jeunesse et des sports sous la présidence de Catherine Samba Panza. En septembre 2014, Hissène aurait conclu un contrat de vente avec un investisseur indien pour 300 kilogrammes d’or pour un montant total de 9,9 millions de dollars. Le Panel mentionne n’avoir pas de preuve d’exécution du contrat mais souligne que « Hissène n’avait pas d’autorisation d’exportation de minerais – ni en tant que coopérative, ni en tant que maison d’achat ».

Les diamants du sang

Autre source de revenus, le commerce illicite de diamants se poursuit en Centrafrique. Le 28 mai 2016, l’Unité spéciale antifraude a confisqué quelque 550 carats de diamants non déclarés au collecteur Mahamat Nour et à son frère Mahamat Moustapha à leur débarquement d’un vol de la compagnie aérienne MINAIR en provenance de la ville minière de Bria au centre du pays. « Ils étaient accompagnés d’un collecteur israélien, Youri Freund, et d’un associé. Nour et Freund étaient suspectés non seulement d’avoir acheté des diamants de contrebande, mais également d’avoir falsifié des documents en vue de l’obtention par Freund de sa licence de collecteur » relève le rapport. Une partie du trafic de diamants en provenance de Bria passe probablement par Bangui, mais une partie serait également acheminée par voie terrestre vers la République démocratique du Congo

D’autres localités, principalement à l’est du Cameroun, dont Kenzou, Batouri et Bertoua, sont connues pour être les principales plaques tournantes du trafic de diamants provenant de République centrafricaine.Les exportations camerounaises ont toutefois reculé, passant de 2 619 carats au cours des dix premiers mois de 2015, à 1 494 carats durant la même période de l’année 2016, « ce qui laisse à penser que l’infiltration illicite de diamants centrafricains dans le commerce officiel reste limité ».

L’or noir

Enfin, le site enoughproject.com rappelle, dans un article consacré au rapport du panel d’expert, que ce dernier avait révélé, mi 2016 la signature d’un accord financier entre une société de sécurité privée appelée FIT Protection (FIT-P) et le groupe armé du Mouvement patriotique centrafricain (MPC). La société FIT-P avait alors recruté des agents de sécurité des factions de la Séléka pour protéger les investissements et l’exploration pétrolière menée par la compagnie chinoise PTIAL International Petroleum.

Le coordinateur du panel, Ruben De Koning avait alors déclaré que « FIT-P a engagé des chefs du FPRC, qui font toujours partie de la rébellion, et les salaires de gardiens versés ont été récupérés par ces chefs ». Il affirme aussi que « bien que le président centrafricaine Faustin-Archange Touadera a remis en cause ces accords de sécurité dans les médias, dans les faits, le Ministre de la Défense n’a toujours pas révoqué l’autorisation de port d’armes donnée aux éléments recrutés par la compagnie FIT P et qui avait été délivrée en avril 2016 »

Source : Mondafrique

EITI / CAR: Towards the cancellation of the law requiring mining groups to be transparent?

The cancellation of article 1504 of the Dodd-Frank Act (better known as « Publish What You Pay »), willed by US President Donald Trump and voted by the House of Representatives on February 14, African countries. The purpose of this provision was to make the funds paid by oil and mining companies to the states more transparent and to prevent armed groups from engaging in illegal mineral trade.
The law had succeeded in neutralizing the armed groups that controlled certain mining sites.
This cancellation is a victory for Secretary of State Rex Tillerson: former ExxonMobil boss, who has had to deal with many African leaders for oil concessions, has always vigorously opposed this law. According to Ambeyi Ligabo, Director of the Democracy and Good Governance Program of the International Conference on the Great Lakes Region (ICGLR), the Dodd-Frank law « managed to neutralize the armed groups that controlled some mining sites » . His fear today? « The big powers that used to get supplies in the DR Congo will not hesitate to make these armed groups their new suppliers. « 


Source: Netafrique

ITIE/RCA: Vers l’annulation de la loi obligeant les groupes miniers à la transparence ?

L’annulation de l’article 1504 du Dodd-Frank Act (plus connu sous le nom de « Publiez ce que vous payez »), voulue par le président américain Donald Trump et votée par la Chambre des représentants le 14 février, inquiète certains milieux africains. L’objectif de cette disposition était de rendre plus transparents les fonds que versent les entreprises pétrolières et minières aux États, ainsi que d’empêcher les groupes armés de se livrer au commerce illégal de minerais.

La loi avait réussi à neutraliser les groupes armés qui contrôlaient certains sites miniers.

Cette annulation constitue une victoire pour le secrétaire d’État Rex Tillerson: l’ancien patron d’ExxonMobil, qui a eu à traiter avec de nombreux dirigeants africains pour obtenir des concessions pétrolières, s’est toujours vigoureusement opposé à cette loi. Pour Ambeyi Ligabo, directeur du programme Démocratie et bonne gouvernance de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), la loi Dodd-Frank « avait réussi à neutraliser les groupes armés qui contrôlaient certains sites miniers » (notamment en RD Congo). Sa crainte aujourd’hui? « Les grandes puissances qui avaient l’habitude de s’approvisionner en RD Congo n’hésiteront pas à faire de ces groupes armés leurs nouveaux fournisseurs. »

Source : Netafrique

Nation: « M. Touadera, the armed groups have no reason to disarm. They take advantage of the conflt, « says Lewis Mudge of HRW!

Last year, the election of President Faustin-Archange Touadera gave rise to hope for a real change in the Central African Republic (CAR). However, 12 months later, the new head of state has still not managed to extend its authority beyond the capital, Bangui, and the rest of the country remains plunged in chaos. Last month, Fatimatou Issa and his relatives were directly witnesses of this violence. Even if they had heard rumors of disturbances for several days, they did not have time to react when the ex-Seleka rebels arrived.
At first they thought they had come to fight other rebels. Then, seeing the bullets whistling all over Mbourchou, a village in the prefecture of Ouaka mainly inhabited by members of the Fulani ethnic group, they understood who they were targeting. « They arrived in vehicles and started shooting everywhere, » said Issa, 26. « My husband wanted to react to protect the community, but he was shot in the head. Mrs. Issa told us her story, standing in front of a fragile hut of straw and bamboo, sweating in the dusty heat. After the attack, she took refuge in the Bishop’s camp for displaced persons in Bambari, a small neighboring commercial town made of streets of red earth and houses of bricks and mud and located 400 kilometers from Bangui. « Many families have not received anything, » said community leader Mohammadou Saibou, who fled the same attack. « When we arrived, the Red Cross gave us food, but there was not enough for everyone.  »
Aggravation of the crisis
One year after a democratic election that had given hope to the opening of a new era in CAR, the situation deteriorates. Armed groups control the vast majority of the country and civilians such as Ms. Issa and Mr. Saibou are the main victims. The resurgence of hostilities between rebel groups in the Ouaka and Upper Kotto prefectures in central and eastern DRC is now threatening Bambari, the second largest city in the CAR.
These clashes, as well as those in Kaga-Bandoro in the north and Ouham-Pendé in the north-west, have caused more than 411,000 people to leave their homes – a record since the onset of the crisis . In 2013, the conflict between Seleka, a coalition of rebel groups from the north, mostly Muslim, that overthrew former President François Bozizé in a coup, and the anti-balaka, a network of militias, Christian self-defense appeared to resist him. The dynamics are not the same today. After a de facto partition between the Christians in the south and the Muslims in the north, the hostilities between the two groups decreased. They were replaced by an explosion of fratricidal clashes between different Seleka factions, which were dissolved and expelled from Bangui in 2014. « Instead of the so-called Christian-Muslim logic that prevailed at the beginning of the conflict, we now see Muslim groups fighting against other Muslim groups. The community is divided along ethnic lines and the various groups compete for control over the territory, « said Richard Moncrieff, director of the Central Africa project of the International Crisis Group (ICG).
In the prefectures of Ouaka and Upper Kotto, the Union for Peace in the Central African Republic (UPC), dominated by Muslims from the Fulani ethnic group, and a coalition of rebels led by the Popular Front for the Revival of the Central African Republic (FPRC), mainly composed of Muslims from the Gula and Runga communities, compete for control. The UPC and the FPRC split up in 2014, after the leader of the FPRC Noureddine Adam claimed independence from the north of the CAR, a region with a Muslim majority, an initiative disapproved by the leader of UPC Ali Darassa. Tensions escalated when Darassa opposed the FPRC’s attempts to unify the ex-Seleka factions in October and became critical one month later as a result of clashes in the vicinity of A gold mine in Ndassima.
An ethnic conflict
Since then, the conflict has acquired an ethnic character: both groups have indeed targeted the civilians associated with their opponents. The attack by the FPRC against the village of Mrs. Issa and Mr. Saibou occurred after an even more brutal assault in Bria, 100 kilometers to the east. Between 21 and 23 November, the group segregated and massacred the Fulani, a traditionally nomadic group whose members are falsely considered « foreigners » or « Chadians ». According to Mr. Saibou, who worked as a trader before fleeing the FPRC, this argument makes no sense. « Our community has always been there, even before independence, » he said, as a group of men prayed beside him. « Why do they say we are not from here? » The Fulani who remained in Bria are now trapped in enclaves. It is increasingly feared that the city of Bambari will face a similar or worse situation.
RPF forces are now approaching the city from Ippy in the northeast and Bakala in the north-west. They want to dislodge the UPC, « free the country from foreign armed groups » and make Bambari the capital of an independent state called the Republic of Logone, or Dar al-Kuti. The UPC is trying to prevent their advance, but in doing so, the group itself commits atrocities. According to a Human Rights Watch (HRW) report, its members reportedly executed 32 civilians and captured several fighters in December in Bakala. About 10,000 civilians fled to neighboring cities of Mbrés, Grimali and Bambari. Several thousand others camp in the bush. « They arrived on a Sunday afternoon. They also attacked the Christian community and the Gula, « said Christine Passio, a 45-year-old Christian who fled Bakala last December. She lives today in a straw hut near the Bambari airstrip. She survives thanks to the meager rations that she keeps preciously in a canvas bag. « We did not have time to take our things. We walked for three weeks in the bush carrying our children. We had nothing to eat, « she said.
For the moment, Bambari is spared the conflict. But the clashes between the two groups have poisoned relations within the Muslim community of the city. The UPC members target the Gula and the Runga, whom they consider to be sympathetic to the FPRC. « This is the first time we have seen this kind of division within the Muslim community, » said a humanitarian worker who asked to remain anonymous. « Whenever there is a convoy to Bria or Bangui, [the Gula and Runga] take advantage of the opportunity to leave. Others took refuge on the Christian side of Bambari.  »
The enemy of my enemy
Sitting at the back of the small Catholic Church of Notre-Dame-des-Victoires, which also serves as a camp for displaced Christians, Zoyondonko Sogala Deya, a 32-year-old Gula, is remarkably calm. Until recently, this father of three children would not have dreamed of setting foot in this zone, located in the middle of the districts of the city controlled by the anti-balaka. But after his house was plundered by UPC fighters last month, Deya said he had no choice but to seek refuge with the Christian community. When asked if he was worried about living among anti-balaka, he shook his head. « I feel much better here with the Christians than there with the Muslims, » he said. « We are all afraid of the UPC. Mr. Deya’s confidence in the anti-balaka is not as strange as it seems, at least for now. In and around Bambari, anti-Balaka elements sealed an opportunistic alliance with the FPRC fighters in order to share with them the spoils of war or simply to expel the Fulani from the CAR. The two groups were sworn enemies only a few months ago.
Marcelin Orogbo, secretary-general of the anti-balaka in Ouaka, said that all he wants is to « hunt Ali Darassa », sitting in a restaurant near his house, west of Bambari. While descending bottles of Mokaf, a beer brewed in Bangui, he praised the FPRC fighters for their « discipline » and maintained that their goal in Bambari was simply to « expel the UPC. »
It remains to be seen how long this alliance will last. When IRIN spoke of the declared goal of the FPRC to divide the country, Orogbo quickly reacted by saying, « If they go beyond their goal of getting rid of Darassa, we will not accept it. We are strictly against the division of the country. The CAR must remain united. « 
The United Nations peacekeeping force in CAR, UNMISCA, is expected to carry out two separate offensives to stem the wave of violence in central and eastern CAR, with approximately 13,000 troops and police. This is one of the biggest challenges it has faced so far. The mission has been criticized for its inaction, although its mandate is essentially to protect civilians. MINUSCA traced « red lines » on the roads leading to Bambari to prevent the advance of the RPF. She also launched an ultimatum calling the UPC fighters who are in the city from. « We are ready, willing and able to take control of the city. And we will do it, « said the head of the UN office in Ouaka Alain Sitchet, in a confident tone. « Bambari will be a city without arms.  »
Not everyone is as optimistic. The FPRC has already crossed a « red line » and, according to a well-informed source, its fighters bypass the positions of MINUSCA on the main roads and advance towards Bambari through the bush.
Reports have suggested that Ali Darassa had left Bambari. The city still houses UPC fighters dressed in civilian clothes. Others continue to fight the FPRC in neighboring towns and villages. In an earlier interview with IRIN, Darassa – an imposing figure dressed in a white dress sitting on a plastic chair deliberately showed himself ambiguous about his future plans. « If the civilian population wants me to leave, I will leave, » he said, adding that the protection of the Fulani population of Bambari remained his priority.
The dilemma of Touadera
As for the central government, it seems virtually impotent. This shows that « a relatively well-accepted election allows the establishment of a legitimate government in Bangui, but it does not allow much more, » Moncrieff said. In order to contain the various armed groups, President Tuadera, a former mathematics professor, initiated a dialogue on disarmament, demobilization and reintegration (DDR). But past DDR programs in the CAR have failed and few are optimistic about the current initiative. The FPRC, a new armed group based in Ouham-Pendé called Return, Reclamation, Rehabilitation (better known as 3R) and anti-balaka under the command of Maxime Mokom all boycotted the process. All the measures taken by the groups of ex-Seka to disarm have been « purely symbolic, » said Lewis Mudge, researcher at Human Rights Watch. « Just think about it for a moment to understand that these groups have no reason to disarm, » he added. « They take advantage of the conflict. The UPC may be in a defensive position, but the FPRC and the Patriotic Movement for the Central African Republic (another group from the former Séléka) are taking advantage of the conflict.  »
The real grievances at the root of the conflict have not received the attention they deserve, according to Moncrieff. « The total lack of economic opportunities in the provinces and the issue of citizenship are the two main problems, » he said. « Many people feel that they are second-class citizens and that they are completely marginalized by the political classes in Bangui.  »
Although rich in minerals, the CAR has been underdeveloped for decades. Persistent violence is also aggravating poverty, with half of the 4.6 million people already dependent on humanitarian aid.

Philip Kleinfeld Freelance journalist

Nation : « M. Touadéra, les groupes armés n’ont aucune raison de se désarmer. Ils profitent du conflit », dixit Lewis Mudge de HRW !

L’an dernier, l’élection du président Faustin-Archange Touadéra a fait naître l’espoir d’un réel changement en République centrafricaine (RCA). Or, 12 mois plus tard, le nouveau chef d’État n’a toujours pas réussi à étendre son autorité au-delà de la capitale, Bangui, et le reste du pays demeure plongé dans le chaos. Le mois dernier, Fatimatou Issa et ses proches ont été directement témoins de cette violence. Même si cela faisait plusieurs jours qu’ils entendaient des rumeurs faisant état de troubles, ils n’ont pas eu le temps de réagir lorsque les rebelles de l’ex-Séléka sont arrivés.

Ils ont d’abord cru qu’ils étaient venus combattre d’autres rebelles. Puis, voyant les balles siffler un peu partout dans Mbourtchou, un village de la préfecture de la Ouaka essentiellement habité par des membres du groupe ethnique fulani, ils ont compris qui ils ciblaient. « Ils sont arrivés à bord de véhicules et se sont mis à tirer partout », a dit Mme Issa, 26 ans. « Mon mari a voulu réagir pour protéger la communauté, mais il a été abattu d’une balle dans la tête. » Mme Issa nous a raconté son histoire, debout devant une fragile hutte de paille et de bambou, transpirant dans la chaleur poussiéreuse. Après l’attaque, elle s’est réfugiée au camp pour personnes déplacées de l’Evêché, à Bambari, une petite ville commerçante voisine faite de rues de terre rouge et de maisons de briques et de boue et située à 400 kilomètres de Bangui. « De nombreuses familles n’ont rien reçu », a dit le leader communautaire Mohammadou Saibou, qui a fui la même attaque. « Quand nous sommes arrivés, la Croix-Rouge nous a donné des vivres, mais il n’y en avait pas assez pour tout le monde. »

Aggravation de la crise

Un an après un scrutin démocratique qui avait laissé espérer l’ouverture d’une nouvelle ère en RCA, la situation se détériore. Des groupes armés contrôlent en effet la vaste majorité du pays et des civils comme Mme Issa et M. Saibou en sont les principales victimes. La reprise des hostilités entre les groupes rebelles dans les préfectures de la Ouaka et de la Haute-Kotto, dans le centre et l’est du pays, menace désormais Bambari, la deuxième plus grande ville de la RCA.

Ces affrontements, ainsi que ceux qui ont lieu à Kaga-Bandoro, dans le nord, et à Ouham-Pendé, dans le nord-ouest, ont poussé plus de 411 000 personnes à quitter leur foyer – un record depuis le début de la crise. En 2013, le conflit opposait la Séléka, une coalition de groupes rebelles du nord, majoritairement musulmans, qui a renversé l’ancien président François Bozizé lors d’un coup d’État, et les anti-balaka, un réseau de milices d’autodéfense chrétiennes apparues pour lui résister. La dynamique n’est plus la même aujourd’hui. Après une partition de facto entre les chrétiens, au sud, et les musulmans, au nord, les hostilités entre les deux groupes ont diminué. Elles ont été remplacées par une explosion d’affrontements fratricides entre différentes factions de la Séléka, qui ont été dissoutes et chassées de Bangui en 2014. « Au lieu de la prétendue logique chrétien-musulman qui prévalait au début du conflit, nous voyons maintenant des groupes musulmans se battre contre d’autres groupes musulmans. La communauté est ainsi divisée le long de lignes ethniques et les divers groupes se disputent le contrôle du territoire », a dit Richard Moncrieff, directeur du projet Afrique centrale de l’International Crisis Group (ICG).

Dans les préfectures de la Ouaka et de la Haute-Kotto, l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), dominée par des musulmans du groupe ethnique des Fulani, et une coalition de rebelles dirigée par le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), essentiellement composé de musulmans des communautés Gula et Runga, se disputent le contrôle. L’UPC et le FPRC se sont scindés en 2014, après que le leader du FPRC Noureddine Adam eut réclamé l’indépendance du nord de la RCA, une région à majorité musulmane, une initiative désapprouvée par le leader de l’UPC Ali Darassa. Les tensions se sont aggravées lorsque Darassa s’est opposé aux tentatives du FPRC d’unifier les factions de l’ex-Séléka, en octobre dernier, et elles sont devenues critiques un mois plus tard à la suite d’affrontements survenus aux environs d’une mine d’or à Ndassima.

Un conflit à caractère ethnique

Depuis lors, le conflit a acquis un caractère ethnique : les deux groupes se sont en effet mis à cibler les civils associés à leurs opposants. L’attaque menée par le FPRC contre le village de Mme Issa et M. Saibou s’est produite après un assaut encore plus brutal survenu à Bria, à 100 kilomètres à l’est. Entre le 21 et le 23 novembre, le groupe a trié et massacré les Fulani, un groupe traditionnellement nomade dont les membres sont faussement considérés comme des « étrangers » ou des « Tchadiens ». Selon M. Saibou, qui travaillait comme commerçant avant de fuir le FPRC, cet argument ne fait aucun sens. « Notre communauté a toujours été là, même avant l’indépendance », a-t-il dit, pendant qu’un groupe d’hommes priaient près de lui. « Pourquoi disent-ils que nous ne sommes pas d’ici ? » Les Fulani qui sont restés à Bria sont maintenant coincés dans des enclaves. On craint de plus en plus que la ville de Bambari soit confrontée à une situation semblable ou pire.

Les forces du FPRC se rapprochent actuellement de la ville depuis Ippy, au nord-est, et Bakala, au nord-ouest. Elles veulent déloger l’UPC, « libérer le pays des groupes armés étrangers » et faire de Bambari la capitale d’un État indépendant appelé la République de Logone, ou Dar al-Kuti. L’UPC tente d’empêcher leur avancée, mais, ce faisant, le groupe commet lui-même des atrocités. Selon un rapport de Human Rights Watch (HRW), ses membres auraient exécuté 32 civils et capturé plusieurs combattants en décembre à Bakala. Environ 10 000 civils ont fui vers les villes voisines de Mbrés, Grimali et Bambari. Plusieurs milliers d’autres campent dans la brousse. « Ils sont arrivés un dimanche après-midi. Ils ont aussi attaqué la communauté chrétienne et les Gula », a dit Christine Passio, une chrétienne de 45 ans qui a fui Bakala en décembre dernier. Elle vit aujourd’hui dans une hutte de paille située près de la piste d’atterrissage de Bambari. Elle survit grâce aux maigres rations qu’elle conserve précieusement dans un sac en toile. « Nous n’avons pas eu le temps de prendre nos affaires. Nous avons marché pendant trois semaines dans la brousse en transportant nos enfants. Nous n’avions rien à manger », a-t-elle dit.

Pour le moment, Bambari est épargnée par le conflit. Mais les affrontements entre les deux groupes ont empoisonné les relations au sein de la communauté musulmane de la ville. Les membres de l’UPC ciblent en effet les Gula et les Runga, qu’ils considèrent comme des sympathisants du FPRC. « C’est la première fois que nous connaissons ce genre de division au sein de la communauté musulmane », a dit un travailleur humanitaire qui a demandé à garder l’anonymat. « Chaque fois qu’il y a un convoi vers Bria ou Bangui, [les Gula et les Runga] profitent de l’occasion pour partir. D’autres se sont réfugiés du côté chrétien de Bambari. »

L’ennemi de mon ennemi

Assis au fond de la petite église catholique de Notre-Dame-des-Victoires, qui fait aussi office de camp pour chrétiens déplacés, Zoyondonko Sogala Deya, un Gula de 32 ans, est remarquablement calme. Jusqu’à récemment, ce père de trois enfants n’aurait pas rêvé de mettre le pied dans cette zone, située au beau milieu des quartiers de la ville contrôlés par les anti-balaka. Mais, après que sa maison eut été pillée par des combattants de l’UPC, le mois dernier, M. Deya a dit qu’il n’avait pas vraiment eu le choix de trouver refuge auprès de la communauté chrétienne. Lorsqu’on lui a demandé si cela l’inquiétait de vivre parmi des anti-balaka, il a secoué la tête. « Je me sens beaucoup mieux ici avec les chrétiens que là-bas avec les musulmans », a-t-il dit. « Nous avons tous peur de l’UPC. » La confiance de M. Deya envers les anti-balaka n’est pas aussi étrange qu’il y paraît, du moins pour l’instant. Dans et autour de Bambari, des éléments anti-balaka ont en effet scellé une alliance opportuniste avec les combattants du FPRC dans le but de partager avec eux le butin de guerre ou simplement d’expulser les Fulani de la RCA. Les deux groupes étaient pourtant des ennemis jurés il y a quelques mois seulement.

Assis dans un restaurant situé à proximité de sa maison, à l’ouest de Bambari, Marcelin Orogbo, secrétaire général des anti-balaka à Ouaka, a dit que tout ce qu’il veut, c’est « chasser Ali Darassa ». Tout en descendant des bouteilles de Mokaf, une bière brassée à Bangui, il a loué les combattants du FPRC pour leur « discipline » et soutenu que leur objectif à Bambari était simplement d’« expulser l’UPC ».

Reste à voir combien de temps durera cette alliance. Quand IRIN a parlé du but avoué du FPRC de diviser le pays, M. Orogbo a rapidement réagi en disant : « S’ils vont au-delà de leur objectif de se débarrasser de Darassa, nous ne l’accepterons pas. Nous sommes strictement contre la division du pays. La RCA doit rester unie. »

 

Avec son effectif d’environ 13 000 soldats et policiers, la force de maintien de la paix des Nations Unies en RCA, la MINUSCA, doit mener deux offensives distinctes pour endiguer la vague de violence dans le centre et l’est de la RCA. Il s’agit de l’un des plus grands défis qu’elle ait connus jusqu’à présent. La mission a été critiquée pour son inaction, même si son mandat est essentiellement de protéger les civils. La MINUSCA a tracé des « lignes rouges » sur les routes menant à Bambari afin d’empêcher l’avancée du FPRC. Elle a aussi lancé un ultimatum appelant les combattants de l’UPC qui se trouvent dans la ville à partir. « Nous sommes prêts, disposés et capables de prendre le contrôle de la ville. Et nous le ferons », a dit le chef du bureau des Nations Unies à Ouaka Alain Sitchet, sur un ton confiant. « Bambari sera une ville sans armes. »

Tout le monde n’est pas aussi optimiste. Le FPRC a déjà franchi une « ligne rouge » et, selon une source bien informée, ses combattants contournent les positions de la MINUSCA sur les routes principales et avancent vers Bambari par la brousse.

Des rapports ont laissé entendre qu’Ali Darassa avait quitté Bambari. La ville abrite cependant toujours des combattants de l’UPC habillés en civil. D’autres continuent de lutter contre le FPRC dans les villes et les villages voisins. Dans une interview menée plus tôt avec IRIN, Darassa – un personnage imposant vêtu d’une robe blanche assis sur une chaise de plastique  s’est délibérément montré ambigu au sujet de ses plans futurs. « Si la population civile veut que je parte, je partirai », a-t-il dit, ajoutant que la protection de la population fulani de Bambari demeurait sa priorité.

Le dilemme de Touadéra

Quant au gouvernement central, il semble pratiquement impuissant. Cela montre qu’« une élection relativement bien acceptée permet la mise en place d’un gouvernement légitime à Bangui, mais qu’elle ne permet pas grand-chose de plus », a dit M. Moncrieff. Afin de contenir les différents groupes armés, le président Touadéra, un ancien professeur de mathématiques, a engagé un dialogue sur le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (DDR). Mais les programmes de DDR menés par le passé en RCA ont échoué et rares sont ceux qui sont optimistes quant à l’initiative actuelle. Le FPRC, un nouveau groupe armé basé dans l’Ouham-Pendé appelé Return, Reclamation, Rehabilitation (mieux connu sous le nom de 3R) et des anti-balaka placés sous le commandement de Maxime Mokom ont tous boycotté le processus. Toutes les mesures prises par les groupes de l’ex-Séléka pour se désarmer ont été « purement symboliques », a dit Lewis Mudge, chercheur chez Human Rights Watch. « Il suffit d’y réfléchir un instant pour comprendre que ces groupes n’ont aucune raison de se désarmer », a-t-il ajouté. « Ils profitent du conflit. L’UPC est peut-être en position défensive, mais le FPRC et le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (un autre groupe de l’ex-Séléka) profitent du conflit. »

Les véritables griefs à l’origine du conflit n’ont pas non plus reçu l’attention qu’ils méritent, selon M. Moncrieff. « L’absence totale d’opportunités économiques dans les provinces et la question de la citoyenneté sont les deux principaux problèmes », a-t-il dit. « Les habitants sont nombreux à avoir le sentiment d’être des citoyens de seconde classe et d’être complètement marginalisés par les classes politiques de Bangui. »

Bien que riche en minerai, la RCA est sous-développée, et ce, depuis plusieurs décennies. Les violences persistantes viennent par ailleurs aggraver la pauvreté alors que la moitié des 4,6 millions d’habitants dépendent déjà de l’aide humanitaire.

Philip Kleinfeld  Journaliste indépendant