Mr. Dondra, what do you say about the disappearance of the files of payment of the debts due to two (2) suppliers of the State at the level of the direction of the debt?

franc-cfa

According to credible information in our possession, funds for claims files due to two (2) government suppliers duly endorsed by the Prime Minister, Simplice Matthieu Sarandji, duly notified by the Minister of Finance Finance and Budget, Mr Henri Marie Dondra and sent for more than three (3) weeks to the director of the debt for their validation and necessary to do would have been carried mysteriously missing.
In response to their persistent concerns about debt management’s lack of treatment, they would simply have been asked to produce copies of the records. A request to which the two (2) suppliers of the State would have referred without seeking to ask a certain number of questions but a request which raises in all its nudity the problematic of the mismanagement of the files of the citizens and the slowness legendary to Follow-up action.
How can a file with the agreement of the Prime Minister, Head of Government, and the Minister of Finance and Budget, as chief authorizing officer of state expenditure, not only be processed 48 hours later but Especially being missing, when it was supposed to end up in the lettering of couriers to deal with urgently? Is not this lack of diligence the expression of a certain deficiency or does it not simply reflect a certain propensity to sell the service of the State against hard cash? How can the Minister of Finance and the Budget not be able to ensure the follow-up of the files to be dealt with urgently and in case of need to hold the accounts of his closest collaborators, such as the Director of the Debt? Does it at least know that one of the suppliers has lost the mother of her child because of the delay in the settlement of her claims? Does he at least know that he is not asking for alms or charity, but that he demands payment from the State of his claims, the consideration of which has already been definitively received and All these dithering he continues to be the victim of permanent threats from his bank and his partners? Does he at least know that all these tergiversations are simply a gross fault, an act of rebellion and a manifest act of disobedience to hierarchy and legal authority?
To be continued …. !
Jean – Paul Naïba

Publicités

M. Dondra, que dites – vous de la disparition des dossiers de paiement des créances dues à deux (2) fournisseurs de l’Etat au niveau de la direction de la dette ?

franc-cfa

Selon des informations dignes de foi en notre possession, des fonds de dossiers de paiement des créances dues à deux (2) fournisseurs de l’Etat, dûment revêtus de l’accord du premier ministre, Simplice Matthieu Sarandji, régulièrement notifiés par le ministre des finances et du budget, M. Henri Marie Dondra et transmis depuis plus de trois (3) semaines à la directrice de la dette pour leur validation et nécessaire à faire auraient été portés mystérieusement disparus.

En réponse à leurs persistantes inquiétudes sur le non traitement à y réserver par la direction de la dette, il leur aurait tout simplement été demandé de produire les copies desdits dossiers. Une demande à laquelle les deux (2) fournisseurs de l’Etat auraient déféré sans chercher à se poser un certain nombre de questions mais une demande qui pose dans toute sa nudité la problématique de la mauvaise gestion des dossiers des administrés et la lenteur légendaire à y donner suite.

Comment un dossier revêtu de l’accord du premier ministre, chef du gouvernement, et du ministre des finances et du budget, en sa qualité d’ordonnateur principal des dépenses de l’Etat peut ne pas non seulement être traité 48 heures plus tard mais surtout être porté disparu, alors qu’il était censé se retrouver dans le parapheur des courriers à traiter en urgence ? Cette absence de diligence n’est – elle pas l’expression d’une certaine carence ou ne traduit –elle pas tout simplement une certaine propension à vendre le service de l’Etat contre des espèces sonnantes et trébuchantes ? Comment le ministre des finances et du budget peut – il ne pas être mesure de faire assurer le suivi des dossiers à traiter en urgence et en cas de besoin de  demander des comptes à ses plus proches collaborateurs, à l’exemple de la directrice de la dette ? Sait – il au moins que l’un des fournisseurs a perdu la mère de son enfant du fait du retard pris dans la procédure de règlement de ses créances ? Sait – il au moins qu’il ne demande pas de l’aumône ou de la charité mais qu’il exige de l’Etat le paiement de ses créances dont la contrepartie a déjà fait l’objet de réception définitive et que du fait de toutes ces tergiversations il ne cesse d’être victime de permanentes menaces de la part de sa banque et de ses partenaires ? Sait – il au moins  que toutes ces tergiversations constituent tout simplement une faute lourde, un acte de rébellion et un acte manifeste de désobéissance à la hiérarchie et à l’autorité légale ?

Affaire à suivre…. !

Jean – Paul Naïba

Ippy: Barriers erected by the FPRC on the outlet and the entrance of the city in the sight of the Minusca … ..

adam

According to reliable information in our possession, the elements of the FPRC / RPRC / MPC coalition, after harsh and hard fighting with the UPC and Minusca fighters, would have finally managed to take control of the city of ‘Ippy. To prove that they are indeed the new masters of the place, they would have erected at the exit and the entrance of the city of the barriers and would racket the populations to the knowledge and in the sight of the UN forces. An inexplicable and incomprehensible situation insofar as these forces have sworn to do everything possible to prevent them from seizing this city. Why then this change in the position of the Minusca? Why is this sudden acceptance of the presence of elements of the FPRC / RPRC / MPC coalition in the city? In numerical superiority, they would have succeeded in imposing themselves and winning over the UN forces?
These are pertinent questions to be asked by the populations of Ippy, abandoned to their sad fate. Thus, to protect themselves from further abuses, most of them would have decided to leave the city for Bria or Bambari … ..
To be continued ….
Jean – Paul Naïba

Ippy : Des barrières érigées par le FPRC au sortir et à l’entrée de la ville au vu et au su de la Minusca…..

adam

Selon des informations dignes de foi en notre possession, les éléments de la coalition FPRC/RPRC/MPC, après de rudes et durs combats avec les combattants de l’UPC et de la Minusca, auraient finalement réussi  à prendre le contrôle de la ville d’Ippy. Pour prouver qu’ils sont bel et bien les nouveaux maîtres des lieux, ils auraient érigé au sortir et à l’entrée de la ville des barrières et racketteraient les populations au su et au vu des forces onusiennes. Une situation inexplicable et incompréhensible dans la mesure où ces forces ont juré tout mettre en œuvre pour les empêcher de s’emparer de cette ville. Pourquoi alors ce revirement de la position de la Minusca ? Pourquoi cette acceptation soudaine de la présence des éléments de la coalition FPRC/RPRC/MPC dans la ville ? En supériorité numérique, ceux – ci auraient réussi à s’imposer et à prendre le dessus sur les forces onusiennes ?

Telles sont de pertinentes questions que se posent les populations d’Ippy, abandonnées à leur triste sort. C’est ainsi que, pour se mettre à l’abri de nouvelles exactions, la plupart d’entre elles auraient décidé de quitter la ville à destination de Bria ou de Bambari…..

Affaire à suivre….

Jean – Paul Naïba