Insecurity: Mr. Onanga, find the other 8 containers or leave the country that exists only on a map!

His name is Perfect Désiré Onanga Anyanga, a citizen of Gabon. Since August 14, 2015, he has assumed the noble functions of special representative of the UN Secretary General for the Central African Republic and head of the United Nations Stabilization Mission in the Central African Republic, abbreviated to « Minusca ».
He succeeds General Babacar Gaye of Senegal, who resigned on 12 August 2015. The reading of his CV reveals that Mr. Onanga-Anyanga brings with him several years of experience he has gained within the framework of the United Nations In areas affected by conflict, notably as Head of the United Nations Office in Burundi (BNUB), and more recently as the System-wide Main Coordinator on Burundi with the rank of Assistant Secretary-General, More of his role as Coordinator of the response of the UN Headquarters to the crisis caused by Boko Haram.

From 2007 to 2012, he served as Deputy Secretary-General’s Cabinet Director, after serving as Special Advisor to the Presidents of the sixtieth and sixty-first sessions of the General Assembly between 2005 and 2007. Previously, , He was Chief of Staff to the President of the fifty-ninth session of the General Assembly. From 1998 to 2004, he held various political and management positions at the Preparatory Commission for the Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organization in Vienna and New York. He began his career by serving as Acting Secretary of the United Nations Standing Advisory Committee on Security Questions in Central Africa and then as First Counselor for Disarmament and Political Affairs at the Permanent Mission of Gabon to United Nations in New York. Mr. Onanga-Anyanga holds a post-graduate degree in political science from the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France, and a master’s degree in sociology from Omar Bongo University in Libreville, Gabon. Born in 1960, he is married and has three children.
Unfortunately, more than a year later, this one not only struggles to help the return of security and peace in this country but is revealed every day that God makes on this earth as one of the masters of thought of the Persistence and maintenance of the crisis. Arrogant, pedantic and very imbued with his little person, he never ceased to behave like proconsul of the international community in terra incognita that became the Central African Republic, since the coup d’etat of March 23, 2013. Face To the cowardice of our legal and legitimate authorities, he never ceased in his remarks to hide his firm determination to perpetuate the exactions and war crimes in the Central African Republic, under the extreme necessity of discussing with the lords Of war in the name of peace, while supplying them with arms, and of loudly proclaiming that it has no account to render to a people whose country exists only on a map. While forgetting to say how much it brings to him his presence in this terra incognita, in terms of material and financial advantages and profits born of the traffics of diamond and gold. Who is con?
In order to continue to justify the presence of Minusca in order to continue to profit abundantly from it to the dregs, he considered it useful to maintain the crisis by activating it and by supplying weapons of war and equipment Military personnel to those whom he considers to be Central African subjects of Muslim faith, while most of them are not Central Africans and must be neutralized as rebels. Intelligent, he could not of course accept the rearmament of the faca, lest in less than a week of fight the insecurity could definitely end and his presence and that of the Minusca could also no longer have their Raison d’être in this terra incognita. This is what justifies these acts of renewed hostilities here and there, through the irruption on the political and national scene of the criminals of the worst kind that are Sidiki, Ali Darass, Nourreldine, Al – Katim, Abdoulaye Hissène and others.
In fine, this justifies the importation of weapons of war to this terra incognita, not in accordance with the secure mode of command and delivery of weapons on behalf of the Minusca, known to all, but By trivializing the procedure by making it up and giving it a normal character. That is the problem, which has provoked and must provoke the dissatisfaction of a whole people and what must overwhelm and accuse Mr. Onanga of the offense of illegal import of weapons of war to the Central African Republic, Violation of the provisions of the resolutions of the Security Council decreeing the embargo. As a result, he is no longer worthy to assume the noble functions of special representative of the UN Secretary General in Central Africa and must be told to tell the truth about the discovery of two (2) 20-foot containers, full of War weapons at the Upstream port.
Indeed, « according to a customs colonel on condition of anonymity, the truck from Douala arrived at the upstream port since last February 23rd. On the sending slip, mention is made of « Rifles » and « Tazr pistols », ie « plastic pistols ». Informed, a crowd piled up in front of the portal of the port Amont to observe these weapons but prevented by the forces of the order. On the two containers are documents of the Minusca. According to the director of communication and information of this UN institution Mr. Hervé VEROOSHEL, these arms really belong to the Minusca and are destined to the Jordanian police. He added that the competent authorities of the country are all aware of the arrival of these weapons. Three ministers namely the security and territorial administration Jean Serge BOKASSA, Joseph YEKITE defense and finally Flavian MBATA Minister of Justice including the prosecutor of the republic arrived at the scene. According to the prosecutor of the republic, an investigation is already open and no authority has pronounced at the moment and the discovered weapons are confiscated from the naval forces that secure the port. Despite exchanges between the members of the government present and the officials of the Minusca, these weapons were not released to the Minusca. This is the paradox that is preoccupying the population for now in Bangui. In the meantime, the government has ordered the two containers to be kept under strict surveillance pending the results of the investigations initiated.  »
In addition, « the driver of the truck of Peuhle origin Cameroon said that it is for him the sixth time to drive this kind of goods of which he never knew the contents. Sometimes he drove the containers to Ndele, a town 600 km from Bangui in the Bamingui-Bangoran prefecture in the north of the country, where the men of the Movement for Progress in the Central African Republic (MPC) settled. He continued that he has already carried out two such trips to Bambari a city located 400 KM from Bangui in the prefecture of Ouaka in the center of the country.
Finally, « weapons have been discovered today at the upstream port in Bangui. The weapons come from the city of Akwaba one of the cities of Jakarta in Indonesia. Minusca and the government responded in a joint statement on the matter. The discovery of these containers creates panic among the population, while the country is under embargo, prohibiting the import of weapons. This is in a context where the Central African armed forces are struck by these measures, while the rebel groups are using weapons. According to information from the RJDH, « a total of 523 weapons were discovered in one of the two Containers opened this day at Port Amont. These weapons come from Akwaba, a city in Jakarta via Douala, before being transported to Bangui. « The Central African authorities and the Minusca were present at the upstream port to see the discovery of these weapons. In a joint MINUSCA-Government statement on the subject, these are the weapons destined for MINUSCA, « as part of the deployment of a new MINUSCA mobile police unit, two 20-foot containers carrying arms and Ammunition, arrived on February 18 in Bangui, from the port of Douala, Cameroon. The clearance of this cargo has caused misunderstandings, « said the joint statement. According to the communiqué, the « Central African Government and UNMISCA wish to inform national and international public opinion that, after clear exchanges and explanations on both sides, any misunderstanding on the matter has been lifted ». Police said 10 containers were already in circulation, « we are trying to confirm the information. If this is true, we will do anything to get the other 8, « promised the source. After the crisis in the CAR, insecurity remains a major problem for Central Africans. The Central African state has lost control of its territory. Security is ensured by the Minusca, which is the only institution that has the authority to control the country in the absence of the national forces.
The facts as described above are of extreme gravity and call on Mr. Onanga Anyanga for clear and clear answers, without flourishes or blunder. How were these weapons ordered and shipped to Bangui? Is there not a special and specific procedure for the command and delivery of weapons of war in the Central African Republic on behalf of Minusca since its deployment and the adoption of Security Council resolution 2127? Why have you used a normal and ordinary procedure today? What does he say about the destination of the other 8 containers? Would not they be the ones who would be seen at Kaga – Bandoro, at Km 5, at Bambari and at Koui? By this banal mode of command and delivery, have these weapons not already served and continue to serve to kill Central Africans? Is not he the intellectual author of all these war crimes? Is it not in this way that insecurity is constantly maintained? He must find these 8 containers or simply make his apron.

Jean – Paul Naïba
Publicités

Insécurité : M. Onanga, retrouvez les 8 autres containers ou partez du pays qui n’existe que sur une carte !

Il s’appelle Parfait Désiré Onanga Anyanga, ressortissant du Gabon. Il assume depuis le 14 août 2015 les nobles fonctions de représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour la République centrafricaine et chef de la mission des nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine, en abrégé « Minusca ».  

Il  succède au général Babacar Gaye, du Sénégal, qui a démissionné le 12 août 2015.  La lecture de son CV laisse transparaître que M. Onanga-Anyanga apporte avec lui plusieurs années d’expérience qu’il a acquise dans le cadre des Nations Unies dans des régions affectées par des conflits, notamment en tant que Chef du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB), et plus récemment en tant que Coordonnateur principal à l’échelle du système sur le Burundi avec rang de Sous-Secrétaire général, en plus de son rôle de Coordonnateur de la réponse du Siège de l’ONU à la crise causée par Boko Haram. 

De 2007 à 2012, il a été Directeur de Cabinet de la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, après avoir été Conseiller spécial des Présidents de la soixantième et de soixante et unième sessions de l’Assemblée générale, entre 2005 et 2007.  Auparavant, il était Chef de Cabinet du Président de la cinquante-neuvième session de l’Assemblée générale.  De 1998 à 2004, il avait occupé divers postes pour les questions politiques ou la gestion à la Commission préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires à Vienne et à New York.  Il a débuté sa carrière en assumant les fonctions de Secrétaire par intérim du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, puis au poste de Premier Conseiller pour le désarmement et les affaires politiques à la Mission permanente du Gabon auprès des Nations Unies à New York. M. Onanga-Anyanga est titulaire d’un diplôme de troisième cycle en sciences politiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en France, et d’une maîtrise en sociologie de l’Université Omar Bongo à Libreville, au Gabon. Né en 1960, il est marié et père de trois enfants.

Malheureusement plus d’une année plus tard, celui – ci  non seulement peine à aider au retour de la sécurité et de la paix dans ce pays mais se révèle chaque jour que Dieu fait sur cette terre comme l’un des maîtres à pensée de la persistance et de l’entretien de la crise. Arrogant, pédant et très imbu de sa petite personne, il n’a jamais cessé de se comporter comme le proconsul de la communauté internationale en terra incognita qu’est devenue la République centrafricaine, depuis le coup d’état du 23 mars 2013. Face à la couardise de nos autorités légales et légitimes, il n’a jamais cessé dans ses propos de cacher sa ferme volonté de faire pérenniser les exactions et les crimes de guerre en Centrafrique, sous le dehors de l’extrême nécessité de discuter avec les seigneurs de guerre au nom de la paix, tout en leur fournissant des armes, et de clamer haut et fort qu’il n’a pas de compte à rendre à un peuple dont le pays n’existe que sur une carte. Tout en oubliant de dire combien lui rapporte sa présence en cette terra incognita, en termes d’avantages matériels et financiers et de forts profits nés des trafics de diamant et d’or. Qui est con ?

Pour continuer de justifier de la présence de la Minusca afin de continuer de continuer d’en tirer abondamment profits jusqu’à la lie, il a jugé utile d’entretenir la crise en l’activant et en fournissant des armes de guerre et de matériels militaires à ceux qu’il fait passer pour des sujets centrafricains de confession musulmane, alors que la plupart d’entre eux ne sont pas des centrafricains et devaient être neutralisés comme des rebelles. Intelligent, il ne pouvait pas évidemment accepter le réarmement des faca, de peur qu’en moins d’une semaine de combat, l’insécurité puisse prendre définitivement fin et que sa présence et celle de la Minusca ne puissent aussi n’avoir plus leur raison d’être dans cette terra incognita. C’est ce qui justifie ces actes de regain des hostilités par – ci et par-là, à travers l’irruption sur la scène politique et nationale des criminels de la pire espèce que sont Sidiki, Ali Darass, Nourreldine, Al – Katim, Abdoulaye Hissène et autres.

 In fine, c’est ce qui justifie l’importation des armes de guerre à destination de cette terra incognita, non pas conformément au mode sécurisé de la commande et d’acheminement des armes pour le compte de la Minusca, connu de tous, mais en banalisant la procédure en la maquillant et en lui donnant un caractère normal. C’est ce qui pose problème, ce qui a provoqué et doit provoquer le mécontentement de tout un peuple et ce qui doit accabler et accuser ce Monsieur Onanga de délit d’importation illégale d’armes de guerre à destination de la République centrafricaine, en violation des dispositions des résolutions du conseil de sécurité décrétant l’embargo. Du coup, il n’est plus digne d’assumer les nobles fonctions de représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en Centrafrique et doit être sommé de dire la vérité sur la découverte de deux (2) containers de 20 pieds, pleins d’armes de guerre, au port Amont.

En effet, « selon un colonel de la douane sous l’anonymat, le camion en provenance de Douala est arrivé au port amont depuis le 23 février dernier. Sur le bordereau d’envoi, il est mentionné « Carabines » et « pistolets Tazr » c’est à dire « pistolets en plastique ». Informée, une foule s’est entassée devant le portail du port Amont pour observer ces armes mais empêchée par les forces de l’ordre. Sur les deux containers sont affichés des documents de la Minusca. Selon le directeur de communication et de l’information de cette institution onusienne monsieur Hervé VEROOSHEL, ces armes appartiennent réellement à la Minusca et sont destinées à la police Jordanienne. Il a ajouté que les autorités compétentes du pays sont toutes au courant de l’arriver de ces armes. Trois ministres à savoir celui de la sécurité et de l’administration du territoire Jean Serge BOKASSA , Joseph YEKITE de la défense et enfin Flavien MBATA ministre de la justice y compris le procureur de la république sont arrivés sur les lieux. Selon le procureur de la république, une enquête est déjà ouverte et aucune autorité ne s’est prononcé pour le moment et les armes découvertes sont confisquées chez les forces navales qui sécurisent le port. Malgré des échanges entre les membres du gouvernement présents et les responsables de la Minusca, ces armes n’ont pas été libérées à la Minusca. Tel est le paradoxe qui préoccupe la population pour l’instant à Bangui. Entre temps, le gouvernement a intimé l’ordre de garder les deux containers sous haute surveillance en attendant les résultats des enquêtes enclenchées ».

En outre, « soulignons que le chauffeur du camion d’origine Peuhle Camerounais a déclaré que c’est pour lui la sixième fois de conduire ce genre de marchandises dont il n’a jamais eu connaissance du contenu. Tantôt il conduit les containers à Ndele une ville située à 600 KM de Bangui dans la préfecture de la Bamingui – Bangoran au nord du pays et où les hommes du Mouvement pour le Progrès en Centrafrique (MPC) se sont installés. Il a poursuivi qu’il a déjà effectué deux voyages du genre à Bambari une ville située à 400 KM de Bangui dans la préfecture de la Ouaka au centre du pays ».

Enfin, « des armes confondues ont été découvertes aujourd’hui au port amont à Bangui. Les armes proviennent de la ville d’Akwaba l’une des villes de Jakarta en Indonésie. La Minusca et le gouvernement ont réagi dans un communiqué conjoint à ce sujet. La découverte de ces conteneurs crée la panique au sein de la population, alors que le pays est sous embargo, l’interdisant l’importation des armes. Ceci intervient dans un contexte où les forces armées centrafricaines sont frappées par ces mesures, alors que les groupes rebelles utilisent des armes.Selon les informations du RJDH, « c’est au total 523 armes confondues qui ont été découvertes dans l’un des deux conteneurs ouvertes ce jour au port Amont. Ces armes viennent d’Akwaba une ville de Jakarta via Douala avant d’être acheminées à Bangui ».Les autorités centrafricaines et la Minusca étaient présentes au port Amont pour constater la découverte de ces armes.  Dans un communiqué conjoint Minusca-Gouvernement à ce sujet, il s’agirait des armes destinées à la Minusca, « dans le cadre du déploiement d’une nouvelle unité de police mobile de la MINUSCA, deux conteneurs de 20 pieds transportant des armes et des munitions, sont arrivés le 18 février dernier à Bangui, en provenance du port de Douala, au Cameroun. Le dédouanement de cette cargaison ayant suscité des incompréhensions », explique le communiqué conjoint. Selon le communiqué, le « Gouvernement centrafricain et la MINUSCA tiennent à informer l’opinion publique nationale et internationale, qu’après des échanges et des explications claires de part et d’autre, tout malentendu sur la question a été levé ».Des sources policières ont fait savoir qu’il s’agirait de 10 conteneurs dont 8 seraient déjà en circulation, « nous cherchons à confirmer l’information. Si cela est vraie, nous ferons tout pour mettre la main sur les 8 autres », a promis cette source. Après la crise qu’a connue la RCA, l’insécurité reste un problème majeur des centrafricains. L’Etat Centrafricain a perdu le contrôle de son territoire. La sécurité est assurée par la Minusca qui est la seule institution qui a l’habilité à contrôler le pays à défaut des forces nationales ».

Les faits tels que décrits ci – dessus sont d’une extrême gravité et appellent de la part de M. Onanga Anyanga des réponses claires et nettes, sans fioritures et sans ambages. Comment ces armes ont – elles été commandées et acheminées à Bangui ? N’existe – t – pas une procédure spéciale et spécifique pour la commande et l’acheminement d’armes de guerre en Centrafrique pour le compte de la Minusca, depuis son déploiement et l’adoption de la résolution 2127 du conseil de sécurité ? Pourquoi avoir usé aujourd’hui d’une procédure banale et normale ? Que dit – il de la destination empruntée par les 8 autres containers ? Ne seraient – ils pas ceux – là qui seraient aperçus  à Kaga – Bandoro, au Km 5, à Bambari et à Koui ? Par ce mode banal de commande et d’acheminement, ces armes n’ont – elles pas déjà servi et ne continuent – elles de servir à tuer des centrafricains ? N’est – il pas l’auteur intellectuel de tous ces crimes de guerre ? N’est –il pas de cette manière que l’insécurité est constamment entretenue ? Il doit retrouver ces 8 containers ou tout simplement rendre son tablier.

Jean – Paul Naïba

Nation: Mr. Touadera, here are the reasons that assassinate the candidacy of Mr. Stève Koba to the position of the vice president of the national assembly!

Although the President of the Republic spoke at the time of his investiture of the total break with the harmful and nauseating practices that plunged the CAR into an unprecedented chasm, it is very regrettable that the nostalgic ones continue to agitate and more , To persist even more in their dirty work. This is the case of Mr. KOBA Stève, deputy in the National Assembly and, moreover, president of a parliamentary group of the presidential majority who, using his rank and the prerogatives he enjoys, recently organized a rackettage among the Responsible for the timber companies of the place.


Indeed, thinking of the diaspora, the deputy KOBA has since its election, occupied two rooms in the hotel of the center of which it transformed one in office to receive the girls who parade all day in the hotel and the Promoters of the wood trade of his constituency, another room that used to sleep. But only where the crunch is that for more than a year already, our deputy has not honored his staggering debts vis-à-vis the hotel to the point of putting in real difficulty today, the accounting of the hotel.
According to authorized and verified sources, Mr KOBA is still expected to have a trifle of more than 22,000,000 CFA francs in the central hotel. This is a palpable example of the morality of the people whom the Central Africans have chosen as deputy to the National Assembly. While state and parastatal societies cross a red zone and where the signals from their boxes are almost red, a so-called elected member of the nation allows himself the insolent luxury of putting in difficulty the treasury of an institution like The hotel of the center which still in recent past, was the pride of the CAR because of its orthodox management.


Given the persistence of the Hotel’s accounting services to recover at all costs, KOBA did not hesitate to threaten and waive his parliamentary immunity, arguing that the hotel’s managers complained Wherever they want, because he is a member of Parliament first of all. He went so far as to say that he, the chairman of the parliamentary group « United Hearts », who directly supported the president, had nothing to worry about because he met with the Head of the State every week and the President of The Assembly is for him a regular interlocutor. How can we give credit to such a person, even if he is a deputy of the presidential majority?


Using documents bearing the logo of the National Assembly, Mr. KOBA instituted a rackettage in good standing of the forestry companies in his zone of influence to whom he sent correspondences as if he were elected 1st Vice-President Of the National Assembly, he will endeavor to obtain for these companies a permanent raising hand and a long-term exemption. To whom do we belong? How Hearts United « was able to choose a deceiver the size of KOBA to put at the head of this parliamentary group?
Forgetting all these tricks, KOBA is now positioning himself for the post of 1st Deputy Speaker of the National Assembly on the occasion of the forthcoming elections. Does he think that the deputies are naive to carry to their daily management a guy of such a morality? What was his interest in choosing to apply for this position?


Believers, even the deputies of the parliamentary group « United Hearts » do not like him because of his pride and his arrogance. We are told that he treats his colleagues deputies as shabby, rascals … So, if his own deputies are rascals before him, why dare he still ask their voices to satisfy his hidden interests by coveting the post of 1st Vice- President ? Such personages, to tell the truth, are not worthy of credit to run an institution like the National Assembly, and, moreover, the deputies of the nation, worthy representatives of the people. It is better to look elsewhere than to give the first vice-presidency of the National Assembly to a freugal, a friend of little skirts, and a gentleman of the style of KOBA.


To deserve their name as honorable deputies of the nation, the deputies of the 6th legislature have the civic and political duty to put aside, far from the management of their interests, a gentleman like KOBA although it is true that Is one of their own. Otherwise, he will risk carrying other saucepans this time on behalf of the Assembly. A wise greeting!


Source: CNC

Nation : M. Touadéra, voici les raisons qui assassinent la candidature de M. Stève Koba au poste du vice président de l’assemblée nationale !

Bien que le président de la République ait parlé lors de son investiture de la rupture totale avec les pratiques néfastes et nauséabondes qui ont plongé la RCA dans un gouffre sans précédent, il est fort regrettable de constater que les nostalgiques continuent de s’agiter et plus, de persister encore davantage dans leurs sales besognes. C’est le cas du sieur KOBA Stève, député à l’Assemblée nationale et de surcroit président d’un groupe parlementaire de la majorité présidentielle qui, usant de son rang et des prérogatives dont il jouit, organise depuis peu un véritable rackettage auprès des responsables des sociétés d’exploitation de bois de la place.

En effet, se disant de la diaspora, le député KOBA a depuis son élection, occupé deux chambres à l’hôtel du centre dont il a transformé une en bureau pour recevoir les petites filles qui défilent à longueur de journée à l’hôtel et les promoteurs du commerce de bois de sa circonscription, une autre chambre qui sert à coucher. Mais seulement, là où le bât blesse est que depuis plus d’un an déjà, notre député n’a pas honoré ses dettes faramineuses vis-à vis de l’hôtel au point de mettre aujourd’hui en difficulté réelle, la comptabilité de l’hôtel.

Selon des sources autorisées et vérifiées, Monsieur KOBA devrait encore à l’hôtel du centre, une bagatelle de plus de 22.000.000 francs CFA. Voila un exemple palpable de la moralité des gens que les centrafricains ont choisi comme député à l’Assemblée nationale. Pendant que les sociétés d’Etat et paraétatiques traversent une zone rouge et ou les signaux de leurs caisses sont au rouge ou presque, un soit-disant élu de la nation se permet le luxe insolent de mettre en difficulté la trésorerie d’une institution comme l’hôtel du centre qui encore dans un passé récent, faisait la fierté de la RCA de part sa gestion orthodoxe.

Devant la persistance des services de la comptabilité de l’Hôtel à recouvrer coûte que coûte ses dus, Monsieur KOBA n’a pas hésité de brandir des menaces et d’agiter son immunité parlementaire arguant aux gestionnaires de l’Hôtel d’aller se plaindre là où ils voudront car il est député avant tout. Il va même loin pour dire que lui, président du groupe parlementaire « Cœurs Unis » qui soutient directement le président, rien ne peut l’inquiéter car d’ailleurs, il rencontre le Chef de l’ETAT toutes les semaines et que le Président de l’Assemblée est pour lui un interlocuteur régulier. Comment accorder du crédit à un tel personnage fût-il député de la majorité présidentielle ?

Usant des documents portant le logo de l’Assemblée nationale, M.KOBA s’est institué un rackettage en règle des sociétés forestières de sa zone d’influence à qui il a envoyé des correspondances comme quoi s’il est élu 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, il s’investira à faire obtenir pour ces sociétés une main levée permanente et une exonération de longue durée. A quel élu du peuple avons-nous affaire ? Comment Cœurs  Unis » a pu se choisir un fourbe de la taille de KOBA pour mettre à la tête de ce groupe parlementaire ?

Oubliant toutes ces fourberies, KOBA se positionne maintenant pour le poste de 1er vice président de l’Assemblée nationale à l’occasion des prochaines élections qui s’annoncent. Pense-il que les députés sont naïfs de porter à leur gestion quotidienne un gars d’une telle moralité ? Quels intérêts a- t- il visé pour choisir de postuler à ce poste ?

Belliqueux, même les députés du groupe parlementaire « Cœurs Unis » ne l’aiment pas à cause de son orgueil et son arrogance. On nous apprend qu’il traite ses collègues députés de minables, de vauriens …Alors, si ses propres collègues députés sont des vauriens devant lui, pourquoi ose-il encore demander leurs voix pour assouvir ses intérêts cachés en convoitant le poste de 1er vice-président ? De tels personnages à vrai dire ne sont pas dignes de crédit pour diriger une institution comme l’Assemblée nationale et de surcroit, les députés de la Nation, dignes représentants du peuple. Il y a mieux à chercher ailleurs que de donner  la 1ere vice présidence de l’Assemblée nationale à un freluquet, ami de petites jupes, et à un monsieur de l’acabit de KOBA.

Pour mériter leur appellation d’honorables députés de la nation, les députés de la 6eme législature ont le devoir citoyen et politique de mettre de cté, loin de la gestion de leurs intérêts, un monsieur comme KOBA même si, c’est vrai, c’est un des leurs. Sinon, il risquera de porter d’autres casseroles cette fois-ci au nom de l’Assemblée. A bon entendeur salut !

Source : CNC

Alert – Info: Deaths, houses burned and the population in Mingala …

A drama is occurring in the sub-prefecture of Mingala. After the burning of several villages, many of the most able villagers are currently seeking asylum in the towns of Alindao and Bria. This drama unfolds without the media talking about it. It is true that this is a totally isolated area and especially with the breakdown of telephone links in Alindao which is the closest town and the lack of security in this city, the national and international media can not move in Areas of no right. This is a call for help that I launch.

A compatriot

Alerte – Info : Des morts, des maisons incendiées et la population en débande à Mingala …..

Un drame est entrain de se produire dans la sous-préfecture de Mingala. Après l’incendie de plusieurs villages, beaucoup de villageois, les plus valides, cherchent actuellement asile dans les villes d’Alindao et de Bria. Ce drame se déroule sans que les médias n’en parlent. C’est vrai que c’est une zone totalement isolée et surtout avec la coupure des liaisons téléphoniques à Alindao qui est la ville la plus proche et l’absence de sécurité dans cette ville, les médias nationaux et internationaux ne peuvent se déplacer dans des zones de non droit.C’est un appel à l’aide que je lance.

Un compatriote