Alerte – Info : La composition du bureau de l’AN renouvelé

A l’issue des élections libres et démocratiques du 09 mars 2017, le nouveau bureau de l’assemblée nationale est composé ainsi qu’il suit :

Vice – Présidence

1er Vice président :  Aurélien Simplice Zingas

2ème Vice président : Timoléon Mbaïkoua

3ème Vice président : Ernest Mizedio

4ème Vice président : Gina Sanzé

Questeur

1er Questeur : Maxime Bandio

2ème Questeur : Marc Issa

3ème Questeur :  Bernadette Mboulou

Secrétaires Parlementaires

1er Secrétaire : Bernard Dilla

2ème Secrétaire : Michel Kpingo

3ème Secrétaire : Bernadette Gambo

Membres

1er Membre : Salle Sédar  Karim

2ème Membre : Aristide Gounguiza

3ème Membre : Ghislain Yago

4ème Membre : Assania soumaïne

Jean -Paul Naïba

Publicités

Nation: Mr. Mbata & Mr. Dondra, is it not illegal to demand payment of a debt due against the payment of a large sum of money?

dame-justiceThis is the only question that all alert throwers and all freedom fighters must ask themselves in the aftermath of a well-conducted investigation into the disappearance of the claims files of two (2) state suppliers , At the level of the direction of the debt.
A case which had already been referred to in the online newspaper « La Voix des Sans – Voix », through the publication on its site of the article entitled « M. Dondra, are you aware of the refusal of the director of The debt to obey your instructions? « . A case which had already once again been published on the same site of the article labeled « Mr. Dondra, what do you say of the disappearance of the files of payment of the receivables of two (2) State at the level of the management of the debt? « . A case which was referred to yesterday by the newspaper « The Democrat » through the publication of the article: « Mr. Dondra, files of payment of the claims of the two (2) suppliers of the State missing at the level of the Debt management? « . In short, a case that did not affect anybody, namely neither the President of the Republic, Faustin Archange Touadera, candidate of the politics of the rupture, nor the Prime Minister, Prime Minister Simplice Matthieu Sarandji, in charge of putting Implementing this policy, giving it form and translating it into action in the consciousness of the people, nor the Minister of Finance and Budget, Mr. Henri Marie Dondra, in his capacity as chief authorizing officer of state expenditure, And neither the Minister of Justice, Keeper of Seals, gendarme and judge of the control and management of the finances of the Republic. An immobility that is totally ignorant of the responsibility of each other in the daily management of the affairs of the city? A contempt simply for a case where the person concerned does not belong to the nomenklatura or a case for which they will have nothing in return?
In any case, this case is a clear and obvious case of bad governance, which calls for clear and precise answers for them, lest we interfere with the international community and the donors.
What is it all about? His name does not matter. It is simply a supplier to the State which pays its taxes annually and thus contributes to the creation of employment and wealth, just like any economic operator worthy of the name. For the financial year 2013, his company was awarded contracts for the renovation works of the Renaissance palace and certain sensitive services of the Presidency of the Republic, after the results of the work of a limited commission of attributions. As a patriot, and faced with the impossibility of the Ministry of Finance and Budget to make available the start-up funds for the works, in accordance with the provisions of the Law on the Public Procurement Code in the Central African Republic, To assume full responsibility for supporting, with the material and financial support of its bank, on the basis of a guarantee guarantee, and its partners, the full cost of carrying out the said works, the amount of which would be more Of 130 million FCFA.

It was therefore right, after definitive acceptance of the work to the extent of more than 99%, that he had submitted to the President of the transition, Mrs Samba – Panza, a request for payment of her net debts due. On the instructions of the latter, its director of cabinet had diligently transmitted it duly notified to the Minister of Finance and Budget for payment. The latter, in turn, had not hesitated for a moment to send it to the Director-General of the Treasury for necessary action.
Unfortunately, the letter of transfer duly bearing the visa of the latter will never be signed by the Minister of Finance and Budget until the dissolution of the government. In the aftermath of the return to constitutional order and confident in the politics of the break so much sung and so much promised by the President of the Republic, Faustin Archange Touadera, the poor believed the time had come to revive his file, The Prime Minister, Prime Minister Simplice Matthieu Sarandji, in May 2016.
Promptly, the third personality diligently transmitted it to his Minister of Finance and Budget, with the following annotations: « Min. Finance: For Consideration « . And Mr Dondra, in his capacity as the State expenditure officer, sent it to the Director-General of Public Accounts and Treasury, who in turn forwarded it to the Treasury Director. But, for unavowed reasons, it will be reluctant to give a favorable result. This dismissal without valid reason and not notified to whom of right which merely amounted to a tacit refusal, compelled the person concerned to urgently need to seize again the Prime Minister, head of government. So, as a professional and to have the heart of it, he will decide to solicit technical expertise, not one of his advisors but two before any new direction. Meanwhile, the supplier who was awaiting the settlement of this claim to evacuate the mother of her bedridden child, will lose it. Informed of this sad news, the Prime Minister will annotate it and entrust it to one of its advisers to follow the Minister of Finance and Budget. In order to ensure effective follow-up, Mr Dondra will be off the beaten track and will in turn entrust the follow-up first to his protocol manager and then to his cabinet attaché, with the following annotations: « Director of the debt And DGT, see me.  » But, at this level of processing of the file, things had to be accelerated and the payment to be made 48 hours at the latest, great was going to be the surprise of the supplier. First, that of hearing the debt manager tell her to give her time to extract her state of debts from the data bank. Then, to hear the latter make him sing in his ears that the Minister of Finance and Budget would have asked him to get closer to the ACCT Central Accounting and Technical Officer. Finally, to tell him that not only would the original file be mysteriously missing, that he should produce copies of it, and that he should take his trouble patiently because there would be nothing left in the basket fund for the Payment of claims due to state suppliers.
A news that could only cause the poor supplier to fall into syncopation who no longer knows which saint to vow and who in the fog still loses his son. In addition to these family difficulties, the man would be threatened with a real estate seizure by his bank and prosecution by his partners. Then he can only get lost in conjectures. How could all the other providers of the State in the same situation be paid without a favorable response to his case? How can a State be so largely bankrupt that it is not only unable to order a settlement of a claim of 130 million CFA francs but, above all, to eliminate its Folder? How can the director of the debt that never addressed his correspondence be able to substitute for the real receiver who happens to be the Minister of Finance and Budget to make him say that the envelope intended to pay the debts due to the suppliers Being empty, no provision can be made for the payment of its claims? Is it not his responsibility to bring to the attention of the Minister of Finance and Budget the true state of his claims, leaving it to the latter to give or not to follow up? By alleging the disappearance of the original file and the unavailability of the funds, then the director of the debt would in reality be demanding the payment of its claims against the Payment of a large sum of money? Would it not be for this reason that the claims of a supplier of the State in the same situation as him and transmitted at the same time to the direction of the debt for necessary to be made were favorably treated, without ambiguity And without frills?
To the President of the Republic, the Prime Minister, the Minister of Finance and the Budget and the Minister of Justice to answer all these questions which are far from militating in favor of the implementation of the policy of good governance sung And long awaited.
In all cases, the way in which this case has been handled poses in all its nudity the problem of mismanagement of the records of the state’s administrators, in general, and those of the state’s suppliers in particular. It can only contribute to comforting in their thesis the supporters of the accusation that no file can be dealt with in the Ministry of Finance and the budget without the person concerned has previously put his hand to the pocket.
A serious accusation that makes the Republic a bankrupt state, a corrupt state. An accusation that makes the administration an administration of corrupt and corrupt.
An accusation that should awaken the Minister of Justice, Flavien Mbata, of his long night sleep and urge him to order tomorrow the opening of a judicial inquiry on this case. So that the policy of rupture and that of social justice can be born and begun to be felt!

Jean – Paul Naïba

Nation : M. Mbata et M. Dondra, n’est – il pas illégal d’exiger le paiement d’une créance due contre le versement d’une forte somme d’argent ?

dame-justiceTelle est la seule question  que doivent se poser  tous les lanceurs d’alerte et tous les combattants de la liberté, au lendemain d’une enquête rondement menée sur la disparition des dossiers de  paiement de créances de deux (2) fournisseurs de l’Etat, au niveau de la direction de la dette.

Une affaire qui avait déjà  été évoquée par le journal en ligne dénommée « La Voix des Sans – Voix », à travers la publication sur son site de l’article intitulé « M. Dondra, êtes – vous au courant du refus de la directrice de la dette d’obtempérer à vos instructions ? ». Une affaire qui avait déjà une fois de plus fait l’objet de publication sur ce même site de l’article libellé « M. Dondra, que dites – vous de la disparition des dossiers de paiement des créances de deux (2) fournisseurs de l’Etat au niveau de la direction de la dette ? ».  Une affaire qui a été évoquée hier par le journal « Le Démocrate » à travers la publication de l’article : « M. Dondra, des dossiers de paiement des créances des deux (2) fournisseurs de l’Etat portés disparus au niveau de la direction de la dette ? ». Bref, une affaire qui n’ a ému personne, à savoir ni le président de la République, Faustin Archange Touadéra, candidat de la politique de la rupture, ni le premier ministre, chef du gouvernement, M. Simplice Matthieu Sarandji, chargé de mettre en œuvre cette politique, en lui donnant forme et en la traduisant en actes dans la conscience du peuple,  ni le ministre des finances et du budget, M. Henri Marie Dondra, en sa qualité d’ordonnateur principal des dépenses de l’Etat, et ni le ministre de la justice, garde des sceaux, gendarme et juge du contrôle et de la gestion des finances de la République. Un immobilisme qui relève d’une totale ignorance de la responsabilité des uns et des autres dans la gestion quotidienne des affaires de la cité ? Un mépris tout simplement pour une affaire dont le concerné n’appartient pas à la nomenklatura ou une affaire pour laquelle ils n’auront rien en retour ?

Dans tous les cas, cette affaire est un cas manifeste et avéré de mal gouvernance qui appelle de leur part des réponses claires et précises, de peur de faire gripper nos relations avec la communauté internationale et les bailleurs de fonds.

De quoi s’agit, en somme ? Son nom n’a pas d’importance. Il est tout simplement fournisseur de l’Etat qui paie annuellement ses impôts et qui participe ainsi à la création de l’emploi et de la richesse, comme tout opérateur économique digne de ce nom. Au titre de l’exercice budgétaire 2013, son entreprise a été adjudicataire des marchés des travaux de réhabilitation du palais de la Renaissance et de certains services sensibles de la présidence de la République, après résultats des travaux d’une commission restreinte d’attributions. En patriote et devant l’impossibilité du ministère des finances et du budget de mettre à sa disposition les fonds de démarrage des travaux, conformément aux dispositions de la loi portant code des marchés publics en République centrafricaine, il s’était vu dans l’obligation de prendre sur lui l’entière responsabilité de supporter, grâce à l’appui matériel et financier  de sa banque, moyennant une caution de garantie, et de ses partenaires, la totalité des coûts de réalisation desdits travaux dont le montant s’élèverait à plus de 130 millions de Fcfa.

C’est donc à bon droit, après réception définitive des travaux à  hauteur de plus de 99%, qu’il avait saisi la présidente de la transition, Mme Samba – Panza, d’une demande de paiement de ses créances nettes et exigibles. Sur les instructions de cette dernière, son directeur de cabinet avait fait diligence de la transmettre régulièrement notifiée au ministre des finances et du budget pour paiement. Ce dernier, à son tour, n’avait pas hésité un seul instant à la faire parvenir au directeur général du trésor pour nécessaire à faire.

Malheureusement, la lettre de virement dûment revêtue des visas de ce dernier ne sera jamais signée par le ministre des finances et du budget jusqu’à la dissolution du gouvernement.  Au lendemain du retour à l’ordre constitutionnel et confiant à la politique de la rupture tant chantée et tant promise par le président de la République, Faustin Archange Touadéra, le pauvre a cru le moment venu de relancer son dossier, en saisissant cette fois – ci le premier ministre, chef du gouvernement, M. Simplice Matthieu Sarandji, courant mai 2016.

Promptement, la troisième personnalité y a fait diligence en la transmettant à son ministre des finances et du budget, revêtue des annotations suivantes : « Min. Finances : Pour considération ». Et M. Dondra, en sa qualité d’ordonnateur des dépenses de l’Etat de la faire parvenir au directeur général de la comptabilité publique et du trésor qui, à son tour, l’a transmise à la directrice de trésorerie. Mais, pour des raisons inavouées, celle – ci rechignera à y donner une suite favorable. Ce rejet sans raison valable et non notifiée à qui de droit qui équivalait tout simplement à un refus tacite, a contraint l’intéressé de l’urgence nécessité de ressaisir à nouveau le premier ministre, chef du gouvernement. Alors, en professionnel et pour en avoir le cœur net, celui va décider de solliciter l’expertise technique, non pas d’un de ses conseillers mais de deux avant toute nouvelle orientation. Entretemps, le fournisseur qui attendait le règlement de cette créance pour évacuer sanitairement la mère de son enfant alitée, va la perdre. Informé de cette triste nouvelle, le premier ministre, va l’annoter et la confier à l’un de ses conseillers pour suivi près le ministre des finances et du budget. Afin d’en assurer effectivement le suivi, M. Dondra sortira des sentiers battus et en confiera à son tour le suivi  d’abord à son directeur de protocole et ensuite à son attachée de cabinet, revêtue des annotations suivantes : « Directrice de la dette et DGT, me voir ». Mais, alors qu’à ce niveau du traitement du dossier, les choses devaient s’accélérer et le règlement être effectué 48 heures au plus tard, grande allait être la surprise du fournisseur. D’abord, celle d’entendre la directrice de la dette  lui dire de lui laisser le temps d’extraire son état de créances de la banque des données. Ensuite, celle d’entendre cette dernière lui faire chanter dans les oreilles que le ministre des finances et du budget lui aurait demandé de se rapprocher de l’Agent central comptable et technique en abrégé ACCT. Enfin de lui dire que non seulement l’original du dossier serait mystérieusement porté disparu, qu’il devrait lui en produire les copies, et qu’il devrait prendre son mal en patience car il resterait plus rien dans le « basket fund » destiné au paiement des créances dues aux fournisseurs de l’Etat.

Une nouvelle qui ne pouvait que faire tomber en syncope le pauvre fournisseur qui ne sait plus à quel saint se vouer et qui dans le brouillard perd encore son fils. En sus de ces difficultés d’ordre familial, l’homme serait sous la menace d’une saisie immobilière de la part de sa banque et des poursuites judiciaires de la part de ses partenaires. Alors, il ne peut que se perdre en des conjectures. Comment tous les autres fournisseurs de l’Etat se trouvant dans la même situation que lui puissent être payés sans qu’une réponse favorable n’ait pu être réservée à son dossier ? Comment un Etat peut – il être si grandement en faillite au point non seulement de ne pas être en mesure d’ordonner le règlement d’une créance d’un montant de 130 millions de Fcfa mais surtout de faire disparaitre purement et simplement son fonds de dossier ? Comment la directrice de la dette qui n’ a jamais été destinataire de sa correspondance puisse allégrement se substituer au vrai destinataire qui se trouve être le ministre des finances et du budget pour lui faire dire que l’enveloppe destinée au paiement des créances dues aux fournisseurs étant vide, aucune disposition ne peut être prise pour le paiement de ses créances ? N’est – il pas de sa responsabilité de porter à la haute connaissance du ministre des finances et du budget l’état réel de ses créances quitte à ce dernier d’y donner ou de ne pas y donner une suite ? En alléguant de la disparition de l’original de son dossier, d’abord, et de l’indisponibilité des fonds, ensuite, la directrice de la dette ne serait – elle en réalité en train d’exiger le paiement de ses créances contre le versement d’une forte somme d’argent ? Ne serait – ce pas pour cette raison que les créances d’un fournisseur de l’Etat se trouvant dans la même situation que lui et transmise au même moment à la direction de la dette  pour  nécessaire à faire, ont été favorablement traitées, sans ambages et sans fioritures ?

Au président de la République, au premier ministre, au ministre des finances et du budget et au ministre de la justice de répondre à toutes ces interrogations qui sont loin de militer en faveur de la mise en œuvre de la politique de la bonne gouvernance tant chantée et tant attendue.

Dans tous les cas,  la manière dont ce dossier a été géré pose dans toute sa nudité la problématique de la mauvaise gestion des dossiers des administrés de l’Etat, en général, et ceux des fournisseurs de l’Etat, en particulier. Elle ne peut que contribuer à réconforter dans leur thèse les partisans de l’accusation selon laquelle aucun dossier ne peut être traité au ministère des finances et du budget sans que l’intéressé n’ait préalablement mis la main à la poche.

 Une grave accusation qui fait de la République un Etat failli, un Etat corrompu. Une accusation qui fait de l’administration une administration des corrompus et des corrupteurs.

Une accusation qui doit faire réveiller le ministre de la justice, M. Flavien Mbata, de sa longue nuit de sommeil et l’inciter à ordonner dès demain l’ouverture d’une enquête judiciaire sur cette affaire. Pour que naisse et commence à se faire sentir la politique de la rupture et celle de la justice sociale !

Jean – Paul Naïba

Revelation: Touadéra opts for Metinkoé and boots with the Bokassa key?

Even if at the beginning of the armed conflict between the Minister of the Interior and the Territorial Administration Mr. Jean-Serge Bokassa to the Director General of the Gendarmerie President Touadera remained neutral and silent in his camp, the last three weeks, At the request of the Director General of the Gendarmerie, he ended up arbitrating by clearly choosing his camp in order to put an end to this case.


At the beginning of 2017, a serious conflict broke out between Interior Minister Jean-Serge Bokassa and the Director-General of the National Gendarmerie. In the sights, the appointment of some gendarmes to positions of responsibility operated by Minister Bokassa. For the Director-General of this gendarmerie, all these appointments are counterproductive because not only was he not consulted upstream before making these appointments, but they correlated with clientelism, thanks for services rendered And nepotism. This led him to undertake a counter-appointment himself.


A counter-nomination which lasted for one month and which almost turned into a tragedy after violent verbal exchanges between the Minister and his DG on the one hand and between the elements affected and disassociated by the Minister or the DG, somewhere else. Thanks to an intervention, too late by a good father, President Faustin Archange TOUADERA last week, everything is back in order. But how?


According to our information, the Director-General of the Gendarmerie, conscious of the danger that could happen, if his supervisory minister Jean-Serge Bokassa continued to mock him in this conflict, urgently requested an audience with President Touadera Make clear its responsibilities. In reply, the latter had returned the same ball to the Director General of the gendarmerie, to take his responsibilities. According to the term even used by the Turtle of Damara to its visitor, « You are nevertheless a general of our army. In no case shall you be allowed to do so by a civilian.  »
A galvanized response from President TOUADERA that would have allowed the rival of the Minister Jean-Serge Bokassa to win the last battle after the latter is informed of the support of the President of Bangui to his rival the DG of the gendarmerie.
With this support, all the gendarmes appointed by the minister Jean Serge Bokassa to positions of responsibility in the brigades were simply replaced by those appointed by the DG. The CEO’s CB took office at the brigade at the epicenter of the conflict, PK Brigade 9 and the minister returned to his starting unit. So ends the first episode.


Fortunately for the country, things calmed down without a bloodbath that everyone feared.
According to our information, it is not for the first time that President TOUADERA boots « in out » of the cadres that his ally of the Lobaye names them. Not long ago, he appointed him, as the Director of Cabinet, his former counselor in maternal and primary education during the companion of the teacher of fundamental 1 Sosthene Dèngbè, dislodging thus in violation of the texts, the man in the profile That it is necessary for this ministry and appointed by Jean Serge BOKASSA.


Appointed to the position of the Minister of the Interior and Territorial Administration in his first government after the group elections of 2015-2016, of which he contributed strongly to the success of the candidate Faustin archange TOUADERA, the evangelist Jean-Serge Bokassa would be presently In the viewfinder of President TOUADERA’s relatives. For them, Minister Bokassa is too light to direct such a ministerial department. To be continued …


Source: CNC

Révélation : Touadéra opte pour Métinkoé et botte à la touche Bokassa ?

Même si au début du bras de fer opposant le ministre de l’Intérieur et de l’Administration du Territoire monsieur Jean-Serge Bokassa au Directeur général de la Gendarmerie le président Touadéra restait neutre et silencieux dans son camp, ces trois dernières semaines, à la demande du Directeur général de la Gendarmerie, il a fini par arbitrer en choisissant clairement son camp afin de mettre fin à cette affaire.

En début d’année 2017, un conflit d’une importante intensité avait éclaté entre le ministre de l’Intérieur Jean-Serge Bokassa et le Directeur général de la gendarmerie nationale. En ligne de mire, la nomination de certains gendarmes à des postes de responsabilité opérée par le ministre Bokassa. Pour le Directeur général de cette gendarmerie, toutes ces nominations sont contre productives, car, non seulement il n’a pas été consulté en amont avant de procéder à ces nominations, mais celles-ci corrélaient avec du clientélisme, des remerciements pour des services rendus et de népotisme. Ce qui le poussait à procéder lui-même à une contre-nomination.

Une contre-nomination qui a perduré durant un mois et qui a failli tourner au drame après de violents échanges verbaux entre le ministre et son DG, d’une part, et entre les éléments affectés et désaffectés par le ministre ou le DG, d’autre part. Grâce à une intervention, trop tardive d’un bon père de famille, du président Faustin Archange TOUADÉRA la semaine passée, tout est rentré dans l’ordre. Mais de quelle manière ?

Selon nos informations, le Directeur général de la gendarmerie, conscient du danger qui pourrait arriver, si son ministre de tutelle Jean-Serge Bokassa continuait de se moquer de lui dans ce conflit, avait sollicité en urgence une audience avec le président Touadéra afin de lui demander clairement de prendre ses responsabilités. En réponse, ce dernier avait renvoyé le même bal au Directeur général de la gendarmerie, de prendre ses responsabilités. Selon le terme même employé par la Tortue de Damara à son visiteur, « Vous êtes quand même un général de notre armée. En aucun cas, vous ne devrez vous laisser faire par un civil ».

Une réponse galvanisée du président TOUADÉRA qui aurait permis au rival du ministre Jean-Serge Bokassa de remporter la dernière bataille après que celui-ci soit informé du soutien du président de Bangui à son rival le DG de la gendarmerie.

Fort de ce soutien, tous les gendarmes nommés par le ministre Jean Serge Bokassa à des postes de responsabilité dans les brigades ont été purement et simplement remplacés par ceux nommés par le DG. Le CB du DG a pris sa fonction à la brigade à l’épicentre du conflit, brigade de PK 9 et celui du ministre a regagné son unité de départ. Ainsi prend fin le premier épisode.

Heureusement pour le pays, les choses se sont calmées sans un bain de sang que tout le monde redoutait.

Selon nos informations, ce n’est pas pour la première fois que le président TOUADÉRA botte « in out » des cadres que son allié de la Lobaye les nomme. Il n’y a pas longtemps, il lui a placé, comme Directeur de cabinet, son ancien conseiller en éducation maternelle et primaire durant la compagne l’enseignant de fondamental 1 Sosthene Dèngbè, délogeant ainsi en violation des textes, l’homme au profil qu’il faut pour ce ministère et nommé par le Jean Serge BOKASSA.

Nommé au poste du ministre de l’Intérieur et de l’Administration du Territoire dans son premier gouvernement après les élections groupées de 2015-2016 dont il a fortement contribué au succès du candidat Faustin archange TOUADÉRA, l’évangéliste Jean-Serge Bokassa serait actuellement dans le viseur des proches du président TOUADÉRA. Pour eux, le ministre Bokassa est trop léger pour diriger un tel Département ministériel. Affaire à suivre…

Source : CNC