Nation: Mr. Dondra, where is the head of the debt with the processing of the debt file of the company « ACB » in the amount of 130 million CFA francs?

fcfa

Mr. Dondra, where is the head of the debt with the processing of the debt of the enterprise « ACB » in the amount of 130 million CFA francs duly endorsed by the agreement of the Prime Minister Simplice Matthieu Sarandji, And forwarded to me for more than a month to the Debt Department and to the Directorate General of Public Accounts and Treasury by you, accompanied by the words « Director of Debt and DGCPT, see me »?


Kassa Mo Gonda

Publicités

Nation : M. Dondra, où en est la directrice de la dette avec le traitement du dossier de créance de l’entreprise « ACB » d’un montant de 130 millions de Francs CFA ?

fcfa

Dondra, où en est la directrice de la dette avec le traitement du dossier de créance de l’entreprise « ACB » d’un montant de 130 millions de Francs CFA dûment revêtu de l’accord du premier ministre, Simplice Matthieu Sarandji,  et transmis depuis plus d’un mois à la direction de la dette et à la direction générale de la comptabilité publique et du trésor par vos soins, accompagné de la mention « Directrice de la Dette et DGCPT, me voir »?

Kassa Mo Gonda

Bambari: A village chief and 8 people killed by elements of the UPC of Ali Darass in the villages Mambissi and Kpabara ….

Since the departure of Ali Darass from the UPC of the city of Bambari, his elements left to themselves would be committing serious abuses and war crimes against civilians in full view of the UN forces.
Thus, after their horrors at Mingala, they would have attacked the peaceful populations of the Mambissi and Kpabara villages, located on the axis Bambari – Ippy. In Mambissi, they reportedly killed 6 people including the chief and two (2) of his sons and in the Kpabara village 3 people, on Friday and Saturday 10 and 11 March 2017.
Information confirmed by the deputy Gbongouda, the prefect and the commander of the Bambari Brigade. This means that Onanga would simply have moved the war from one area to another to continue to justify the importance of the presence of Minusca in this country, on the blood and at the cost of the blood of hundreds of Central Africans . If the faca does not enter the game by deploying in this part of the Central African territory, thousands of Central Africans will still have to die in anonymity …
Kassa Mo Gonda

Bambari : Un chef de village et 8 personnes tués par des éléments de l’UPC d’Ali Darass aux villages Mambissi et Kpabara….

Bambari : Un chef de village et  8 personnes tuées par des éléments de l’UPC d’Ali Darass aux villages Mambissi et Kpabara….

Depuis le  départ d’Ali Darass de l’UPC  de la ville de Bambari, ses éléments abandonnés à eux – mêmes seraient en train de commettre de graves exactions et des crimes de guerre contre les populations civiles au vu et au su des forces onusiennes.

C’est ainsi qu’après leurs horreurs à Mingala, ils s’en seraient pris aux paisibles populations des villages Mambissi et Kpabara, situés sur l’axe Bambari – Ippy. A Mambissi, ils auraient tués 6 personnes dont le chef  et deux (2) de ses fils et au village Kpabara 3 personnes, le vendredi et le samedi 10 et 11 mars 2017.

Des informations confirmées par le député Gbongouda, le préfet et le commandant de la brigade de Bambari. Ce qui signifie que Onanga aurait tout simplement fait déplacer la guerre d’une zone et à une autre pour continuer à justifier de l’importance de la présence de la Minusca dans ce pays, sur le sang et au prix du sang des centaines des centrafricains.  Si les faca ne rentrent pas dans le jeu en se déployant dans cette partie du territoire centrafricain, des milliers de centrafricains devront encore mourir dans l’anonymat…

Kassa Mo Gonda

Nation: The reasons for the terrible and stinging fiasco of Touadera and the Presidential Majority

On Thursday, 9 March 2017, the vote on the renewal of the members of the Bureau was held in the Chamber of the National Assembly. In accordance with the provisions of the Rules of Procedure, except for the post of the President of the National Assembly elected for a term of five (5) years, all other members shall be obliged to submit their posts annually to a vote of Trust from their peers.


So, a great opportunity offered to the two heads of the executive, namely the President of the Republic, Faustin Archange Touadéra, and the President of the National Assembly, Karim Méckassoua, who had been looking at each other for some time Earthenware and real enemies, to descend into the arena, like a gladiator against a retiary, and to confront this time directly. A hard and hard battle, by persons or entities, the presidential majority group called « United Hearts », on the one hand, and the Méckassoua mobility known as the « path of hope », the On the other hand, in which the two enemies have thrown all their strength. A battle that finally ended in a very good way by the victory of the camp of Karim Méckassoua on the camp Faustin Archange Touadéra. Who would’ve believed that ?
Yet all the provisions seemed to have been taken by the presidential majority to prevail by bringing into its office its representatives in order to politically thwart all the pending or forthcoming actions of the president of the national assembly which would be, According to them, in reality the gray eminence of the slaughterers of Seleka and who would hear only one favorable opportunity to make life difficult for the regime or simply take power in place of Touadera. To this end, several meetings in preparation for this vote, in which independent members and Allied political parties took part, were organized and strategies proposed, discussed and adopted. And even the day before, after the meetings of the Hotel du Center and the Hotel Ledger, a final conclave gathering more than 95 deputies would have been held at the Hotel Azimuts late into the night for the last voting instructions. So why such a terrible and bullying fiasco? How can a presidential entity able to use all the means of the state not succeed in electing two (2) of its representatives to the post of vice – president and placing three of its members in the office? Terrible, is not it? What are the reasons for this?


Stève Koba was not the ideal candidate of the presidential majority


According to reliable information in our possession, Stève Koba, candidate of the presidential majority in the post of the 1st vice – president of the national assembly would not be the ideal man. The platform, known as « United Hearts », had instead chosen a certain Augustin Yangana Yahoté, deputy of the 4th district of the 2nd district and president of the parliamentary group UNDP, the first political force of the country with its 14 deputies and party allied to Touadéra. The latter would not only have the support of the majority of independent deputies but would also benefit from the unwavering support of political parties with deputies sitting in the national assembly. But Augustin Yangana Yahoté, two days away from the fateful day, would be absent from Bangui, curiously at the request of the President of the National Assembly, Mr Karim Méckassoua, Reportedly instructed him to represent him at a meeting of parliamentarians in Canada without first informing him of the United Hearts platform and the Allied political parties.
So, caught off guard, their choice would then be made at the last minute on the person of Mr. Stève Koba. A casting error that will later turn out to be unprofitable and counter productive. For the man who was not of good character and whose name had been quoted by the local press in cases of racketting of the Lobaye forestry companies, the non-payment of rent bills due to the center hotel and Of scams, would not have managed to make the unanimity around his person. Hence his release on the day of the vote by both.


Tadera deceitful, radiant and immature politically

For some well-informed observers of Central African political life, this bitter and shattering failure of Touadera and the presidential majority is merely the result of cunning, cunning and lack of sincerity, characteristic features of its management of the affairs of the Cited.
Indeed, since his brilliant victory and his seizure of power, man would have shone only by beautiful and honeyed promises and acts of debauchery which would ultimately make him lose and the confidence of some independent deputies and that of the parties Politicians who supported it against all odds. And his complicit silence on the approach to modify the old provisions of the internal rules of the National Assembly would be regarded as an act of lack of respect for them and stronger an act of treason.
To this taint would be added Touadera ‘s propensity to whine in front of its hosts, to spend its time chanting in their ears the treasury difficulties that the country knows, perhaps ignoring that they do not know A little too much on what the special funds put weekly at its disposal by the public treasury are destined for, and to give difficulty to the luckiest among them only the modest sum of ten (10) thousand CFA francs as transport money . It was a sad experience for both sides in the vote of the Speaker of the National Assembly and all the other members a year ago. An experiment that would have been renewed to the point that even his Prime Minister, Simplice Matthieu Sarandji, would have handed over to the deputies of the presidential majority, meeting at the Azimuts hotel that day, that is to say the day before, And who would have been entitled neither to water nor to drink, but the modest sum of ten (10) thousand CFA francs. Go there!
Finally, as a misfortune never comes alone, the conjunction of these two (2) weaknesses could only militate negatively in favor of the image of the man of 30 March in the collective consciousness. For deceit and avarice do not rhyme with politics. Their incarnation unfortunately in man would have ended up making him a ball in the air, sailing with the wind and not being able to constitute a solid on which one can found seriousness to advance, to be taken seriously and Be respected and feared. A man without strategists and strategies that does not know what he wants, where he must go or lead the people and who does not know how to give himself the means to give shape to all his promises. A man who allows himself to be manipulated by the little illegitimate politicians who surround him and who never cease to make him believe that his failure is the other, that is to say a certain Karim Méckassoua, Him the problem and that is the solution.
Méckassoua too strong politically

While he was not only declared by public rumor, the day after the interview of General Zoundecko of the FPRC / RPRC / MPC who directly accused him of being the political gray eminence of the Nigerian-born Pehl mercenary, Ali Darass of the UPC, as public enemy No. 1, but above all considered as the man to be killed, because of this information and that he could succeed to the other in case the caciques of The presidential majority, Méckassoua would never hasten to speak and respond to these attacks. Even forced by the press, he would never have gone to more explanations than what he had to say.
In the meantime, as a strategist and political calculator, the man who complains that his political universe and his networks are surrounded by a certain mysticism would be contrary to the other head of the executive, a man endowed with a warmth Sincerity and outstanding management. Those who used to go to him and exchange with him, would never have discovered in him the characteristics of a whining and too plaintive man. Even in difficult times, he would always be ready to put his hand in his pocket in order to allow his guests to bear their transportation costs. A man who would be too high to expose his treasury difficulties, following the example of the non-payment of the overall endowments of the national assembly for some time by the Minister of Finance and Budget, in the public square.
The conjunction of these two (2) characters would eventually make man a completely finished, mystical and feared politician. Virtues that would have allowed him to weigh the balance towards his side during this vote. Indeed, while neither President Touadera nor Prime Minister Sarandji would have succeeded in having more than one member join their cause, Méckassoua would have been able to mobilize and independent deputies and members of certain parties Policies around its objectives. As evidence, the day before, more than forty (40) vehicles of deputies of all tendencies, parked in front of the house of his henchman, deputy Aurélien Simplice Zingas, 1st vice-president. A strategy that would have proved paying and too fruitful, to the surprise of its detractors.
A Touadera to draw all the lessons of this terrible and stinging fiasco before it is too late!

Kassa Mo Gonda

Revelation: The truths of experts faca to Joseph Yakété, Minister of National Defense ….

According to reliable information in our possession, a working meeting would have been held on Friday, 10 March 2017 in the conference room of the Ministry of National Defense. The meeting was attended by Mr. Joseph Yakété, Minister of National Defense, who would have been surrounded by his chief of staff, his principal missionaries, directors-general, directors and heads of departments.

On the agenda were the examination of the anonymous mutiny sheet of a fringe of the defense and security forces, the management of the PGA, the exceptional bonuses, the means of work and communications. The analysis of the first point revealed that behind this record would be identified three (3) officers of the Yakoma ethnic group who, in collusion with some warlords, would have wanted to express dissatisfaction with the measure of retirement Of more than 800 elements of the Central African armed forces. They would have expected to mutiny, at the same time that Al – Katim would take the city of Bossangoa, Abdoulaye Hissène the city of Sibut and Nourreldine Adam the town of Bambari. Denounced, they could no longer implement their Machiavellian plan unless they change their strategy. To this end, arrangements would have been made for the respondents to be heard and the inquiry opened to that effect could be made public.

With regard to the advantages associated with the function and the various means of work, the Chief of Staff of the Minister of National Defense who has not taken the practical steps necessary to enable both to work under decent conditions, Would have been called upon to take action in order to start giving it a favorable response next week.

Despite the fact that the Rca is confronted with a high level of cash pressure, it is unacceptable that, in addition to the embargo imposed on the Central African Army, scarce resources inscribed annually in the state budget and indispensable for collection , The overlap and the compilation of information are not paid to our elements of the defense and security forces. Where do the security funds go? Why do the people complain? How can the General Intelligence Services of the Facs? Without weekly bonuses, without communications credits, without means of travel, without training and without proper work tools? This can only contribute to further tarnishing the image of our army. It is therefore high time that these irregular practices, similar to methods of illicit enrichment, can be changed by the weekly payment of premiums of 20,000 CFA francs, the allocation of communications credits, the allocation of rolling stock, Participation in training courses. This is also the rehabilitation and restructuring of the Central African armed forces, and we can do so without expecting too much from the development partners. As for the mutiny case, it would be more desirable to engage in an unambiguous and no-frills discussion with the concerned parties than to allow conjectures to be crafted and unnecessarily create new tensions.

Jean – Paul Naïba

Révélation : Les vérités des experts des faca à Joseph Yakété, ministre de la défense nationale….

Selon des informations dignes de foi en notre possession, une réunion de travail aurait été tenue le vendredi 10 mars 2017 dans la salle de conférence du ministère de la défense nationale. Auraient pris part à cette séance de travail, M. Joseph Yakété, ministre de la défense nationale qu’auraient entouré son directeur de cabinet, ses principaux chargés de missions, ses directeurs généraux, ses directeurs et ses chefs de services.

A l’ordre du jour auraient été inscrits l’examen de la fiche anonyme portant mutinerie d’une frange des forces de défense et de sécurité, la gestion des PGA, les primes exceptionnelles, les moyens de travail et de communications. L’analyse du premier point aurait révélé que derrière cette fiche seraient identifiés trois (3) officiers de l’ethnie yakoma qui, de connivence avec certains seigneurs de guerre, auraient voulu par là exprimer leur mécontentement contre la mesure de la mise à la retraite d’office de plus de 800 éléments des forces armées centrafricaines. Ils auraient prévu se mutiner, au même moment où Al – Katim devrait prendre la ville de Bossangoa, Abdoulaye Hissène la ville de Sibut et Nourreldine Adam la ville de Bambari. Dénoncés, ils ne pourraient plus mettre en œuvre leur plan machiavélique à moins de changer de stratégie. Pour ce faire, des dispositions auraient été prises pour que les mis en cause fussent entendus et que l’enquête ouverte à cet effet pût rendre publics ses résultats.

S’agissant des avantages liés à la fonction et aux différents moyens de travail, le directeur de cabinet du ministre de la défense nationale qui n’aurait pas pris les dispositions pratiques nécessaires pour permettre aux uns et aux autres de travailler dans les conditions décentes, aurait été sommé de s’activer afin de commencer à y donner une suite favorable dès la semaine prochaine.

Même si la Rca est confrontée à de fortes tensions de trésorerie, il est inacceptable qu’en sus de la mesure de l’embargo frappant l’armée centrafricaine, que des maigres ressources inscrites annuellement au budget de l’Etat et  indispensables à la collecte, aux recoupements et à la compilation des informations ne soient pas versées à nos éléments des forces de défense et de sécurité. Où vont alors les fonds de sécurité ? Pourquoi les intéressés se plaignent – ils ? Comment peuvent bien fonctionner les services de renseignements généraux des faca ? Sans primes hebdomadaires, sans crédits de communications, sans moyens de déplacement, sans formation et sans outils appropriés de travail ?  Cette manière de faire ne peut que contribuer à faire ternir davantage l’image de notre armée. Il est donc grand temps que ces pratiques irrégulières qui s’apparente à des méthodes d’enrichissement illicite puissent changer par le versement hebdomadaire des primes de 20.000 Francs CFA, l’allocation des crédits de communications, l’affectation des moyens matériels roulants, la participation à des stages de formations. C’est cela aussi la réhabilitation et la restructuration des forces armées centrafricaines et nous pouvons le faire sans en attendre un peu trop de la part des partenaires au développement. Quant à l’affaire de la mutinerie, il serait plus souhaitable d’engager une discussion sans ambages et sans fioritures avec les concernés que de se laisser aller à des conjectures pour sévir et créer inutilement de nouvelles tensions.

Jean – Paul Naïba

 

 

Nation : Les raisons du terrible et cuisant fiasco de Touadéra et de la Majorité présidentielle

Le jeudi 9 mars 2017, s’est tenu, dans l’hémicycle de l’assemblée nationale, le vote relatif au renouvellement des membres du bureau. Conformément aux dispositions du règlement intérieur, à l’exception du poste du président de l’assemblée nationale élu pour un mandat de cinq (5) ans, tous les autres membres sont astreints à l’obligation de soumettre annuellement leur poste à un vote de confiance de la part de leurs pairs.

Donc, une belle opportunité offerte aux deux (2) têtes de l’exécutif, à savoir le président de la République, Faustin Archange Touadéra, et le président de l’assemblée nationale, Karim Méckassoua qui se regardaient depuis un certain temps en chiens de faïence et en  véritables ennemis, de descendre dans l’arène, tel un gladiateur contre un rétiaire, et de s’affronter cette fois – ci directement. Une dure et rude bataille, par personnes ou par entités interposées, le groupe de la majorité présidentielle dénommé « Cœurs Unis », d’un côté, et la mouvance Méckassoua connu sous l’appellation du « chemin de l’espérance », de l’autre côté, dans laquelle les deux (2) ennemis juérs ont jeté toutes leurs forces. Une bataille qui s’est finalement soldée de fort belle manière par la victoire du camp de Karim Méckassoua sur le camp Faustin Archange Touadéra. Qui l’eût cru ?

Et pourtant, toutes les dispositions semblaient avoir été prises par la majorité présidentielle pour l’emporter en faisant rentrer dans ce bureau ses représentants afin de contrecarrer politiquement toutes les actions pendantes ou à venir de la part du président de l’assemblée nationale qui serait, selon eux, en réalité  l’éminence grise des égorgeurs de la Séléka et qui n’entendrait qu’une seule occasion propice pour rendre la vie difficile au régime ou prendre tout simplement le pouvoir en lieu et place de Touadéra. A cet effet, plusieurs réunions en prélude à ce vote auxquelles ont pris part des députés indépendants et ceux des partis politiques alliés, ont été organisées et des stratégies proposées, discutées et adoptées. Et même la veille, après les rencontres de l’hôtel du Centre et  de l’hôtel Ledger, un dernier conclave regroupant plus de 95 députés  se serait tenu à l’hôtel Azimuts jusque tard dans la nuit pour les dernières consignes de vote. Alors pourquoi un si terrible et cuisant fiasco ? Comment une entité présidentielle pouvant user de tous les moyens de l’Etat puisse ne pas réussir à faire élire deux (2) de ses représentants au poste de vice – présidence  et placer trois de ses membres dans le bureau ? Terrible, n’est – ce pas ? Quelles en sont  donc les raisons ?

Stève Koba n’était pas le candidat idéal de la majorité présidentielle

Selon des informations dignes de foi en notre possession, M. Stève Koba, candidat de la majorité présidentielle au poste du 1er vice – président de l’assemblée nationale ne serait pas l’homme idéal. La plateforme dénommée « Cœurs Unis » aurait plutôt porté son choix sur un certain Augustin Yangana Yahoté, député du 4ème arrondissement de la 2ème circonscription et président du groupe parlementaire UNDP, première force politique du pays avec ses 14 députés et parti allié à Touadéra. Celui – ci, non seulement aurait le soutien de la majorité des députés indépendants mais aussi bénéficierait de l’indéfectible soutien des partis politiques ayant des députés siégeant à l’assemblée nationale. Mais coup de théâtre et pour des raisons inavouées, M. Augustin Yangana Yahoté, à deux (2) jours du jour fatidique, serait absent de Bangui, curieusement à la demande du président de l’assemblée nationale, M. Karim Méckassoua qui l’aurait instruit de le représenter à une rencontre des parlementaires au Canada, sans préalablement en tenir informés la plateforme « Cœurs Unis » et les partis politiques alliés.

Du coup, pris au dépourvu, leur choix se serait alors porté à la dernière minute sur la personne de M. Stève Koba. Une erreur de casting qui se révélera plus tard non payante et contre productive. Car, l’homme qui  ne serait pas de bonne moralité et dont le nom aurait été cité par la presse locale dans des affaires de rackettage des sociétés forestières de la Lobaye, de non paiement des factures de loyers dus à l’hôtel du centre et d’escroqueries, n’aurait pas réussi à faire l’unanimité autour de sa personne. D’où son lâchage le jour du vote par les uns et les autres.

Touadéra fourbe, radin et immature politiquement

Pour certains observateurs avisés de la vie politique centrafricaine, cet échec cuisant et fracassant de Touadéra et de la majorité présidentielle ne serait que la résultante de la fourberie, de la roublardise et d’absence de sincérité, traits caractéristiques de sa gestion des affaires de la cité.

En effet, depuis sa brillantissime victoire et sa prise de pouvoir, l’homme n’aurait brillé que par de belles et mielleuses promesses et des actes de débauchage qui auraient fini  par lui faire perdre et la confiance de certains députés indépendants et celle des partis politiques qui l’ont soutenu contre vents et marées. Et son silence complice sur la démarche visant à modifier les anciennes dispositions du règlement intérieur de l’assemblée nationale serait considéré comme un acte de manque respect à leur égard et plus fort un acte de trahison.

A cette tare s’ajouterait la propension de Touadéra à pleurnicher devant ses hôtes, à passer son temps à leur chanter dans les oreilles les difficultés de trésorerie que connait le pays, ignorant peut – être que les uns et les autres n’en savent pas un peu trop sur ce à quoi sont destinés les fonds spéciaux mis hebdomadairement à sa disposition par le trésor public, et à ne remettre difficilement aux plus chanceux d’entre eux que la modique somme de dix (10) mille Francs CFA comme argent de transport. Une triste expérience vécue par les uns et les autres lors du vote du président de l’assemblée nationale et de tous les autres membres, il y a déjà un an. Une expérience qui se serait renouvelée au point que même son premier ministre, Simplice Matthieu Sarandji, n’aurait remis aux députés de la majorité présidentielle, réunis à l’hôtel Azimuts ce jour – là, c’est – à – dire la veille, et qui n’auraient eu droit ni à l’eau ni à la boisson, que la modique somme de dix (10) mille Francs CFA. Allez y voir !

Enfin, comme un malheur ne vient jamais seul, la conjonction de ces deux (2) faiblesses ne pouvait que militer négativement en faveur de l’image de l’homme du 30 mars dans la conscience collective. Car la fourberie et l’avarice ne rime pas avec la politique. Leur incarnation malheureusement en l’homme aurait fini par faire de lui une balle en l’air, voguant au gré du vent et ne pouvant constituer du solide sur lequel l’on peut fonder du sérieux pour avancer, pour être pris au sérieux et pour être respecté et craint. Un homme sans stratèges et sans stratégies qui ne sait pas ce qu’il veut, où il doit aller ou conduire le peuple et qui ne sait pas comment se donner les moyens pour donner forme à toutes ses promesses. Un homme qui se laisse manipuler par les petits politicards illégitimes qui l’entourent et qui ne cessent de lui faire croire que son échec c’est l’autre, c’est – à – dire un certain Karim Méckassoua, alors que c’est lui le problème et c’est lui la solution.

Méckassoua trop fort politiquement

Alors qu’il était non seulement déclaré par la rumeur publique, au lendemain de l’interview du général Zoundécko du FPRC/RPRC/MPC qui l’accusait directement d’être l’éminence grise politique du mercenaire peuhl d’origine nigérienne, Ali Darass de l’UPC, comme l’ennemi public n°1, mais surtout considéré comme l’homme à abattre, du fait de ces informations et de ce qu’il pourrait succéder à l’autre au cas où, par les caciques de la majorité présidentielle, Méckassoua ne se serait jamais empressé de prendre la parole et de répondre à ces attaques. Même contraint par la presse, il ne serait jamais allé à plus d’explications que ce qu’il devait dire.

Entretemps, en fin stratège et calculateur politique, l’homme qui se complaint à faire entourer son univers politique et ses réseaux  d’un certain mysticisme, serait au rebours de l’autre tête de l’exécutif, un homme doué d’une chaleur de sincérité et de manager hors pair. Ceux qui ont l’habitude d’aller vers lui et d’échanger avec lui, n’auraient jamais découvert en lui les caractéristiques d’un homme pleurnichard et trop plaintif. Même en des moments difficiles de trésorerie, il serait toujours prêt à mettre dignement la main à la poche afin de permettre à ses hôtes de supporter leurs frais de transport. Un homme qui aurait trop de la hauteur pour exposer ses difficultés de trésorerie, à l’exemple du non versement des dotations globales de l’assemblée nationale depuis un certain temps par le ministre des finances et du budget, sur la place publique.

 La conjonction de ces deux (2) caractères aurait fini par faire de l’homme un homme politique complètement achevé, mystique et craint. Des vertus qui lui auraient permis de faire peser la balance vers son côté lors de ce vote. En effet, alors que ni le président Touadéra ni le premier ministre Sarandji n’auraient réussi à faire adhérer plus d’un député à leur cause, Méckassoua aurait, quant à lui, réussi à mobiliser et des députés indépendants et des députés de certains partis politiques autour de ses objectifs. Pour preuve, la veille, l’on aurait aperçu plus d’une quarantaine (40) de véhicules des députés toutes tendances confondues, garés devant le domicile de son homme de main, le député Aurélien Simplice Zingas, 1er vice – président. Une stratégie qui se serait révélée payante et trop fructueuse, à la grande surprise de ses détracteurs.

 A Touadéra de tirer toutes les leçons de ce terrible et cuisant fiasco avant qu’il ne soit trop tard !

Kassa Mo Gonda

Revelation: Elements of the Minusca disarmed by the Anti – Balaka in Bozoum … ..

Anti balakas

The story seems imaginary, yet it is a reality on the ground that the soldiers of the Multidimensional Mission of the United Nations in Central Africa (Minusca) meet almost every week. The Anti-Balaka, which is supposed to be disarmed by United Nations soldiers under UN Security Council provisions, is dramatically turning into a situation that dramatically disrupts UN A local provision. Unbelievable !


For many of the Central Africans, UN Security Council Resolution 2127, which had been unanimously voted in order to strengthen the military capability of its peacekeepers in the Central African Republic, is now transforming itself into a kind of Resolution of the strengthening of the anti-Balaka military power over all operational forces. This observation is widely shared in the Central African Republic. The latest event, which reinforces this idea a little more, comes from the town of Bozoum where soldiers of the Minusca were forcibly disarmed by the Anti-Balaka who, without worrying about a possible consequence that will not come from Have taken their courage to dig, pocket by bag, bag by bag, all these soldiers before routinely drilling all the wheels of their truck.


According to witnesses who were joined by one of our correspondents in the region, these Minusca soldiers, based in Paoua after their final departure from the town of Bozoum a few months ago, numbered about 10 or so when they came from Paoua For Bossemptélé via Bozoum. While they had been formally banned by the Anti-Balaka to put their legs in the city of Bozoum, military officials of the Bangladeshi-based Minusca forces took this anti-Balaka ban lightly.


Armed and armored, they left Paoua last week. On arriving at Bozoum, their convoy was stopped by the anti-Balaka militia who had pointed them, and disarmed by force. It was a shame for the United Nations to submit to an armed militia as if the right to use force was reserved exclusively for the Anti-Balaka. It is a war crime that has not been condemned and denounced, as usual, by the officials in Bangui because of the shame that surrounds the facts.
According to a student doctor who witnessed the event, some of these soldiers of the Minusca trembled like the sick Charcot. They lost traction in their muscles and chest walls and exuded enormous sweat in the back. So they do not have the strength to hold their weapons.


In order not to run the extra risk in this town of Bozoum, they decided nevertheless to continue their route in the state of their wheels punctured in order to reach the city of Bossemptélé.
« Continue your roads by leaving tires on the road that leave human life » advises a resident of the city, visibly pity of them.


A fact worthy of an American film on Central African soil. Do the United Nations have no other legal means at their disposal to strengthen the presence of their troops in the CAR? For the Central Africans, the United Nations forces only exist on paper.


Deployed in the Central African Republic in September 2015 after the outbreak of the 2012 civil war, which killed more than 15,000 people, UN troops currently number 12,000 in Central African territory. Despite this impressive number, the situation remains chaotic on the ground.


Source: CNC

Révélation : Des éléments de la Minusca désarmés par les Anti – Balaka à Bozoum…..

Anti balakas

L’histoire paraît imaginaire, pourtant c’est une réalité du terrain que les soldats de la Mission multidimensionnelle des Nations-Unies en Centrafrique (Minusca) rencontrent quasiment toutes les semaines. Retournement de la situation, les Anti-Balaka qui devraient être désarmés par les soldats des Nations-Unies en application des dispositions du Conseil de sécurité des Nations unies deviennent spectaculairement ceux qui doivent désarmer, de force, les soldats des Nations-Unies en application d’une disposition locale. Incroyable !

Pour beaucoup des Centrafricains, la résolution 2127 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, qui avait été d’ailleurs votée à l’unanimité afin de renforcer la capacité militaire de ses Casques bleus en Centrafricaine, se transforme aujourd’hui à une sorte de résolution du renforcement du pouvoir militaire des Anti-Balaka sur toutes les forces opérationnelles. Ce constat est largement partagé en Centrafrique. Le dernier événement en date qui renforce un peu plus cette idée, vient de la ville de Bozoum où des soldats de la Minusca ont été désarmés de force par les Anti-Balaka qui, sans se soucier d’une éventuelle conséquence qui ne viendra pas d’ailleurs, ont pris leur courage à deux mains pour fouiller, poche par poche, sac par sac, tous ces soldats avant de trouer systématiquement toutes les roues de leur camion.

Selon les témoins joints par un de nos correspondants dans la région, ces soldats de la Minusca, basés à Paoua après leur départ définitif de la ville de Bozoum il y’a quelques mois, étaient au nombre de 10 ou environ quand ils venaient de Paoua pour Bossemptélé via Bozoum. Alors qu’ils avaient été formellement interdits par les Anti-Balaka de mettre leurs jambes dans la ville de Bozoum, les responsables militaires des forces de la Minusca basés à Bangui, prenaient cette interdiction des Anti-Balaka à la légère.

Surarmés et blindés, ils ont quitté Paoua la semaine dernière. En arrivant à Bozoum, leur convoi a été stoppé par les miliciens Anti-Balaka qui les avaient pointés, et désarmés de force. C’était la honte pour les Nations-Unies qui se soumettent à une milice armée comme si le droit d’employer la force était réservé exclusivement aux Anti-Balaka. C’est un crime de guerre qui n’a pas été condamné et dénoncé, comme à l’accoutumée, par les responsables à Bangui en raison de la honte qui entoure les faits.

D’après un élève médecin témoin de l’évènement, certains de ces soldats de la Minusca tremblaient comme les malades de Charcot. Ils perdaient la motricité de leurs muscles et parois thoraciques et dégageaient d’énormes sueurs dans le dos. Ce qui fait qu’ils n’ont pas de force de tenir leurs armes.

Pour ne pas courir le risque supplémentaire dans cette ville de Bozoum, ils ont décidé quand même de poursuivre leur route dans l’état de leurs roues crevées afin d’atteindre la ville de Bossemptélé.

« Continuez vos routes en laissant des pneus en morceau en route que de laisser la vie humaine » conseille un habitant de la ville, visiblement pitié d’eux.

Un fait digne d’un film américain sur le sol centrafricain. Les Nations-Unies n’ont-elles pas d’autres moyens légaux à leur disposition pour renforcer la présence de leurs troupes en RCA ? Pour les Centrafricains, les forces des Nations-Unies n’existent que sur papier.

Déployés en Centrafrique en septembre 2015 après le déclenchement de la guerre civile de 2012 qui a fait plus de 15 000 morts, les soldats des Nations-Unies sont actuellement au nombre de 12 000 sur le territoire centrafricain. Malgré ce nombre impressionnant, la situation reste chaotique sur le terrain.

Source : CNC