Beac: Mr. Ali Chaïbou, what do you think of the inconvenience caused by the circulation of the documents and the deteriorated notes?

Look carefully in your drawers, you will surely find coins or banknotes a little damaged. Indeed, by passing from hand to hand, the notes can tear and the coins wear out. Moreover, it is no secret to anyone and it has even become a rule that in taxis and buses, shops and kiosks, one can not accept or take a ticket or a used piece.
Fortunately, the Bank of Central African States abbreviated Beac, as a bank of issue must accept them and exchange them. Problem: lack of communication and awareness about his role in his field. There is a total silence that is constantly being inflicted on civil servants and agents, employees, traders, and so on. In short, users of the CFA Francs who can no longer be belittled and even insulted for having been obliged to hand over to a taxi or bus driver a damaged ticket or a used part. A guilty silence as if both had the right to refuse a damaged ticket or a used room. So what about making notes and coins are damaged? Limited lifetime From the customer to the merchant, from the merchant to the bank, from the bank to the customers … the coins and the tickets circulate a lot! In a short time, they can be damaged. These are the notes that wear out most quickly, because they are made of paper, a fragile material. Their lifespan is 1 year and a half, 2 years. Thanks to their resistant metal, the parts can be used much longer, up to several decades! Destruction of used notes When a ticket is torn or if, for example, someone has written it, it must be removed from the trading circuit and replaced. The most frequently changed tickets are those of 500 CFA francs, because they are damaged very quickly: these are the most frequently used tickets.
Billet_de_2000
In the Central African States having in common the use of the CFA franc as currency, the damaged banknotes must generally be identified by the banks and then sent back to the Central Bank. In order to avoid using them and to avoid copying, the used notes are then crushed using machines. To replace them, other tickets are printed. Long parts life The parts are much stronger, they have a much longer lifetime than the bills. Nevertheless, by dint of circulation, it also happens that they wear out. They are then sent back to the Central Bank via the banks. Thanks to a special machine, they are marked as damaged for no longer being used. The metal of these parts is then recycled. Unfortunately, the procedure as set out above is not scrupulously observed by commercial banks on the one hand, namely CBCA, Eco Bank, Bisic, BPMC, and the Central Bank.
Instead of communicating regularly, through a campaign to sensitize the citizen and any user of the CFA franc by means of a print or on-line press and on the antennas of community and private radios, on the importance of their role in the broadcast Of the currency and their circulation, and the obligation of any holder of a damaged note or coin to refuse to accept it, under penalty of legal It was decided to a practice that is far from being anything but an adequate solution to these inconveniences: to change only and individually any damaged banknote and once in the week directly To the central bank. Hence the misinterpretation of this decision in the collective consciousness as a tacit refusal to take and exchange the banknotes and the deteriorated coins by the banks and the central bank.
 On the strength of the above, it is therefore important that the general manager of Beac, Ali Chaïbou, who recently had the merit of reminding the officials of the various commercial banks of the place the missions to be assumed by their institution with a view to Improve the quality of their services.
Kassa Mo Gonda
Publicités

Beac : M. Ali Chaïbou, que dites – vous des désagréments causés par la circulation des pièces et des billets détériorés ?

Regardez bien dans vos tiroirs, vous y trouverez sûrement des pièces de monnaie ou des billets de banque un peu abîmés. En effet, à force de passer de main en main, les billets peuvent se déchirer et les pièces s’user. D’ailleurs, il n’est de secret pour personne et il est même devenu une règle que dans les taxis et bus, les boutiques et les kiosques, on ne peut accepter ou prendre ni un billet ni une pièce usés. Heureusement, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale en abrégé Beac, en sa qualité de banque d’émission doit les accepter et les échanger. Problème : absence de communication et de sensibilisation sur son rôle dans son domaine. Un silence total dont ne cessent d’être victimes des fonctionnaires et agents de l’Etat, des salariés, des commerçants, etc. Bref, des usagers du Francs CFA qui n’en peuvent plus d’être rabroués et même insultés pour avoir été obligés de remettre à un chauffeur de taxi ou de bus un billet détérioré ou une pièce usagée. Un silence coupable comme si les uns et les autres avaient le droit de refuser un billet détérioré ou une pièce usagée. Alors que faire  des billets et des pièces sont détériorés ?

Billet_de_2000

Une durée de vie limitée

Du client au commerçant, du commerçant à la banque, de la banque aux clients… les pièces et les billets circulent beaucoup ! En peu de temps, ils peuvent donc s’abîmer. Ce sont les billets qui s’usent le plus rapidement, car ils sont en papier, une matière fragile. Leur durée de vie est de 1 an et demi, 2 ans. Grâce à leur métal résistant, les pièces peuvent être utilisées bien plus longtemps, jusqu’à plusieurs dizaines d’années ! 

La destruction des billets usés

Lorsqu’un billet est déchiré ou si, par exemple, quelqu’un a écrit dessus, il faut le retirer du circuit des échanges et le remplacer. Les billets que l’on doit changer le plus souvent sont ceux de 500 Francs CFA, car ils s’abîment très vite : ce sont ces billets qu’on manipule le plus souvent. Dans les Etats d’Afrique Centrale ayant en commun l’usage du Franc CFA comme monnaie, les billets abîmés doivent généralement être repérés par les banques puis renvoyés à la Banque Centrale. Pour qu’on ne les utilise plus et pour éviter la copie, les billets usés sont alors broyés à l’aide de machines. Pour les remplacer, d’autres billets sont imprimés. 

La longue vie des pièces

Les pièces sont beaucoup plus solides, elles ont une durée de vie bien plus importante que les billets. Néanmoins, à force de circuler, il arrive aussi qu’elles s’usent. Elles sont alors renvoyées à la Banque Centrale via les banques. Grâce à une machine spéciale, elles sont marquées comme endommagées pour ne plus être utilisées. Le métal de ces pièces est ensuite recyclé. 

Malheureusement, la procédure telle que developpée ci- dessus n’est pas scrupuleusement observée par les banques commerciales d’une part, à savoir CBCA, Eco Bank, Bisic, BPMC, et la Banque Centrale, d’autre part. Au lieu de communiquer régulièrement,  à travers une campagne de sensibilisation  du citoyen et de tout usager du Franc CFA par voie de presse écrite ou en ligne et sur les antennes des radios communautaires et privés, sur l’importance de leur rôle dans l’émission de la monnaie et dans leur circulation, d’une part, et sur l’obligation faite à tout détenteur d’un billet ou d’une pièce détérioré de ne pas le refuser, sous peine de poursuites judiciaires, et le faire changer à la banque à charge de le faire parvenir à la banque centrale, il a été décidé d’une pratique qui est loin d’être tout sauf une solution idoine à ces désagréments : faire changer seulement et individuellement tout billet détérioré et une fois dans la semaine directement à la banque centrale. D’où l’interprétation erronée de cette décision dans la conscience collective comme étant un refus tacite de prendre et d’échanger les billets ou les pièces détériorés par les banques et la banque centrale.

 Fort de ce qui précède, il est donc important que le directeur général de la Beac, Ali Chaïbou, qui a eu tout récemment le mérite de rappeler aux responsables des différentes banques commerciales de la place les missions devant être assumées par leur institution en vue d’améliorer la qualité de leurs services, puisse faire sienne cette revendication.

Kassa Mo Gonda

Insecurity: Central African Republic or a land of choice for manufacturers and large arms traffickers

Munitions
In Africa, conflicts are constantly evolving, according to the Humanitarian Development Organization, Oxfam International. A study in the Central African Republic, the Democratic Republic of Congo, Libya, Mali, Sudan, South Sudan and Somalia enabled the institution to make the diagnosis that three aspects characterize conflicts in Africa.

The first concerns the changing nature of conflicts and insecurity. Most current conflicts reflect overlapping causes and triggers, complex networks of transnational actors and processes, and increasing regionalization and internationalization. The second aspect concerns the contagion effect of the conflicts that spread, thus having greater repercussions. Finally, conflicts are characterized by their continuity, and by new observed trends concerning their causes, actors, duration and socio-political, economic and humanitarian impacts underlying them. Oxfam International believes that, due to the fact that most of the 100 million small arms and light weapons circulating in Africa are concentrated in crisis zones and other dangerous environments, causing many deaths, Injuries and forced displacement of populations. In addition, gender-based violence, in which women pay the highest price. Indeed, Oxfam notes that some estimates indicate that 45.6 per cent of African women are victims of gender-based violence in connection with armed conflict, compared to a global figure of 35 per cent.

In conflict-prone countries, targeted genocides have split families, many historic sites and cultural heritage elements of some cities have been destroyed, creating a climate of mistrust and intolerance among populations. To illustrate this, a film entitled « Women, Weapons and Rape, » conducted in the Central African Republic by Oxfam International, was shown to the audience for the presentation of the report. This film shows poignant images and testimonies that reflect the magnitude of the situation. For this reason, Oxfam took the opportunity to appeal to States that have ratified the International Treaty on the Trade in Arms (TCA), to take the necessary steps to include it in their national legislation and to ensure its implementation Effective application.

As for the non-signatory states of the treaty, in particular the arms-producing countries, Oxfam invites them to consider acceding to it. It therefore calls upon States to ensure that the supply of arms and their transfer to their territory are monitored in accordance with international standards. For Oxfam International, states must also address the root causes of conflicts, which have become recurrent due to the proliferation of uncontrolled weapons, poverty, governance problems, developmental shortcomings and inherent rights. the citizenship.

The African Union is also called upon to provide a framework for monitoring arms transfers to the continent in the sense that its 2016-2020 roadmap on peace and security is a good strategy for influencing weapons Uncontrolled in Africa. Donors and the private sector are also encouraged to play their own part by ensuring that resources, whether financial or mining, are managed in a transparent manner. It is in this way, Oxfam International recommends, that we could silence the weapons in Africa.

 Source: Oxfam International Press

Insécurité : Centrafrique ou une terre de prédilection pour les fabricants et grands trafiquants d’armes

Munitions

En Afrique, les conflits évoluent constamment, selon l’Organisation humanitaire de développement, Oxfam International. Une étude menée en République Centrafricaine, en République Démocratique du Congo, en Libye, au Mali, au Soudan, au Soudan du Sud et en Somalie, a permis à l’institution de faire le diagnostic selon lequel trois aspects caractérisent les conflits en Afrique.

Le premier concerne la nature changeante des conflits et l’insécurité. La plupart des conflits actuels sont le reflet de causes et d’éléments déclencheurs imbriqués, de réseaux complexes d’acteurs et de processus transnationaux, ainsi que d’une régionalisation et d’une internationalisation croissantes. Le deuxième aspect concerne l’effet de contagion des conflits qui se propagent, ayant ainsi des répercussions plus importantes. Enfin les conflits se caractérisent par leur continuité, et par de nouvelles tendances observées concernant leurs causes, les acteurs, la durée et les impacts sociopolitiques, économiques et humanitaires sous-jacents.

Une situation, estime Oxfam International, due au fait que la plupart des 100 millions d’armes légères et de petit calibre qui circulent en Afrique se concentrent dans les zones de crise et autres environnements dangereux, causant ainsi de nombreuses pertes en vie humaine, des blessés et des déplacements forcés de populations. A cela s’ajoutent les violences liées au genre, dans lesquelles les femmes payent le plus lourd tribut.

En effet, Oxfam relève que certaines estimations font état de 45,6% de femmes africaines victimes de violences liées au genre en lien avec un conflit armé, contre un chiffre mondial de 35%. Dans les pays en proie aux conflits, des génocides ciblés ont divisé des familles, de nombreux sites historiques et éléments du patrimoine culturel de certaines villes ont été détruits, créant ainsi un climat de méfiance et d’intolérance entre les populations. Pour illustrer cet état de fait, un film intitulé « les femmes, les armes et le viol », réalisé en République Centrafricaine par Oxfam International a été projeté à l’assistance venue pour la présentation du rapport. Ce film montre des images et témoignages poignants qui traduisent l’ampleur de la situation.

C’est pourquoi, Oxfam a saisi l’occasion pour lancer un appel aux États ayant ratifié le Traité International sur le Commerce des Armes (TCA), à prendre des mesures nécessaires pour l’inclure dans leur législation nationale et veiller à sa mise en application effective. Quant aux États non signataires dudit traité, en particulier les pays fabricants d’armes, Oxfam  les invite à envisager d’y adhérer. Aussi, demande-t-il aux États de faire en sorte que l’approvisionnement en armes et leur transfert sur leur territoire soient contrôlés conformément aux normes internationales en la matière.

Pour Oxfam International, les États doivent également se pencher sur les causes profondes des conflits, qui sont devenus récurrents du fait de la prolifération des armes non contrôlées, la pauvreté, les problèmes de gouvernance,  les insuffisances en matière de développement  et de droits inhérents à la citoyenneté. L’Union africaine est aussi appelée à offrir un cadre de suivi des transferts d’armes sur le continent, en ce sens que sa feuille de route 2016-2020 relative à la paix et à la sécurité est une bonne stratégie pour influer sur les armes non contrôlées en Afrique.

Les bailleurs de fonds et le secteur privé sont aussi invités à jouer chacun sa partition en veillant à ce que les ressources, qu’elles soient financières ou minières, soient gérées de façon transparentes. C’est de cette manière, recommande Oxfam International, que l’on pourrait faire taire les armes en Afrique.

 Source : Presse Oxfam International