Décret portant nomination des fonctionnaires et agents de l’Etat au Ministère des arts du tourisme de la culture et de la francophonie

Direction de Cabinet

Directeur Monsieur FEÏKERAM David, admin civil

Chargé de mission en matière de tourisme, M. GOMINA Jean-Baptiste, Admi civil

Chargé de mission en matière des arts et de la culture, M. GUIGUIKEMBI, TOUKIA Georges Davy, Admin , Conseiller Culturel.

Chargé de mission en matière de la francophonie, M. NGUERENGAÏ Georges  Eddy Max

Des inspecteurs Centraux :

Inspecteur central chargé du tourisme, M.  MBOLIGASSE, Jacques Désiré, ingénieur des eaux et forets.

Inspecteur central en matière de la culture et de la francophonie, M. BONEZOUI Lambert, Admin Civil

Directions des services rattachés au cabinet

Direction des ressources

Directeur des ressources : M. MOUANDA Honoré Blaise, Admin civil

Chef de service des ressources, M. ZOUMA YAMAKA Henri Franck , Admin Civil

Chef de service des études de la prospective et de la documentation, Mme YANGADOUDOU Sylvie. Admin civil

Chef de service des statistiques et du compte satellite, M. WAYA MOLOKO Coster, Admin Civil.

Des services rattachés au cabinet

Chef de service de maintenance du secrétariat particulier, Mme NDOBET NDABOULAYE, Juste Eudoxie Flore, Assistante de Direction.

Chef de service du protocole, PENGUE Edgar, attaché d’admin.

Chef du service de la communication, Mlle VOYEMAWA Marie Claire, admin Adjoint de presse.

Chef du service de secrétariat commun, Mme NAMKONA Odette, admin civil adjoint

Attaché de Cabinet, M. ISSOUAMA Jean Fernand, admin adjoint

Des directions régionales des arts, du tourisme de la culture et de la francophonie

Direction régionale des arts, du tourisme, de la culture et de francophonie  n°1 avec résidence à Bimbo,

Directeur Régional, DEFIOBONA Didier Arthur, Admin civil Adjoint

Chef de service préfectorale de l’Ombella M’poko, NDONGA  Yvette, admin civil

Chef de service préfectoral de la Lobaye, MNGANADEMON Simon Pierre

Direction régionale des arts, du tourisme de la culture et de la francophonie, N°-2 avec résidence à Berberati, M. GOUNEBANA Gustave, ingénieur  en Génie Civil

Chef de service préfectorale de la Mambéré-Kaddéï, M. KORDET Théodore

Chef de service préfectoral de la Nana-Mambéré, SIRI Charlie technicien des arts appliqués.

Chef de service préfectoral de la sangha –Mbaéré, M. SEKOLAYE  Marie André, Admin civil

Directeur régionale des arts, du tourisme de la culture et de la francophonie, N°-3 avec résidence à Bosangoa, M.  KOULIFIO Jeannot Admin civil.

Chef de service préfectoral  de l’Ouham, M. GBEBONGO Bienvenu, Conseiller culturel, Adjoint

Chef de service préfectoral de l’Ouham-Pendé, KOSSI Jules, technicien d’arts appliqué

Directeur régionale des arts, du tourisme de la culture et de la francophonie, N°-4 avec résidence à Kaga-Bandoro, M KETTE Gilbert, admin civil

Chef de service préfectoral de Bamingui-Bangoran, Mme PASSILA Aurel Gisel, Attaché d’administration.

Chef de service préfectoral de la Nana-Gribizi, M. SINDA Vincent, Admin civil

Direction régionale des arts, du tourisme de la culture et de la francophonie, N°-5 avec résidence à

Chef de service préfectoral de la Vakaga, TCHARI ABAGANA, admin civil adjoint

Publicités

EXCLUSIVE INTERVIEW BY MR. LAURENT FOUCHER

« To the well-born souls, value does not wait for the number of years », Businessman, magnanimous, meticulous, humanist with a high sense of investment espoused the Central African Republic as his second homeland. CEO of the NIEL Group and Chairman of the Board of Directors of TELECEL Centrafrique. Your Journal in search of information perfection will get in touch with this high open personality who will graciously respond to our various concerns.

Good morning, Mr. Foucher. There has been much talk about you in Africa and especially in the Central African Republic in recent years.
We wanted to know more, so much your personality intrigues, and sometimes disturbs.
Too many things are said about you without being checked. We wished to collect from the principal interested his own version, which we can face the test of facts.
LF: Good morning. I am sensitive to your approach and I understand your questions. I am, through my activities, brought to the front of the scene. We also know that businessmen often arouse many fantasies, especially when they operate in Africa. It is therefore logical to answer questions from the press. I accepted this interview because you assured me of your will to overcome the clichés and the lies that I sometimes see circulating on the internet or in some blogs. Are these bloggers guided by unscrupulous individuals? Sometimes I get the impression.
We will come back to this later. We interviewed many personalities who know you or have crossed your path. All are unanimous: you are a great connoisseur of Africa and your love and interest in this continent are not new. We have learned that you have been very close to many people on the continent, such as the former Senegalese president, Abdou Diouf, or the current president of Angola, Eduardo Dos Santos. But we also talk about your family’s ties with that of the former French president, François Mitterrand, or your close contacts with other people from different backgrounds in Africa, the Middle East and Europe. All this brings us to a question: Who are you?
LF: (smile) I will allow myself to answer you by telling you what I am not. Africa has been passionate about me for over 35 years. For me, it is first of all a continent of natural and human beauties. I have found in Africa a number of values which our Western civilization has forgotten for ages. All that I have done in Africa, I have always done with men and women who loved their countries, and made me also loved them.
This link has been woven through experiences, successes and failures, but together, with these partners become friends and close friends.
So much so that today there are few African countries that are inaccessible to me. I have actually come across the personalities you mention. For some of them, they have the honor to trust me. But I have never abused this situation. I take care of my affairs in the hope that they have proposed, and bring to the countries where we are established economic activity beneficial to all. I do not have a hidden agenda. My societies are not pharmacies destined to serve any particular interest or clan. I aspire to be judged on my investments, on their results, and on what they bring to the community.
We understand that you are trying to differentiate yourself from this « Françafrique » so much decried today for its evil and its interference on the continent. Yet we also talk about your links with the former French interior minister, Claude Gueant, himself marked by this legacy that you criticize.
LF: I do not have much to say about this inheritance because, frankly, this expression, the « Françafrique », invented by the late President Houphouët-Boigny, who saw in it the quality and the unfailing connection between France and its Former colonies, does not belong to me and I have never been either the pedlar or the promoter. That said, La Françafrique is not a sin. It is also an economic reality. There are, between France and Africa, privileged business ties. The question is whether, in this context, we can be a serious entrepreneur, a good partner of governments, and a driver of economic growth. If so, then I accept this label. Francafrica needs to be rid of politics and rumors that go with it.
Mr. Guéant is a politician and a lover of Africa. I know little about him, but what I know about this man, many people should be inspired by it, it probably would grow.
We know what you are not, but it does not say more about who you are and especially what you do in our country, for example, in the Central African Republic.
LF: For many years, the investments of my partner Nicolas Bourg and myself have been trying to meet the opportunities. We have moved from natural energies to services, from telecoms to sport financing, a prism that is very varied and without synergy at first glance. We are present today in Congo Brazzaville, Mali, Guinea, Cameroon, Sudan, South Africa and the Central African Republic. This year we plan to settle in Burundi and Sierra Leone. And in 2018, in Uganda and Rwanda.
This is a lot of activity in many countries.
How do you manage this growth? This appetite is not out of dimension for you?
LF: In each of these countries, our activities are often under development. I would also like to remind you that we share this heavy task with our local partners who are real operators, miners when talking about mines, telecom people when talking about telecoms, and so on. Africa is an invitation to those who take the time to understand and love it. You find competences in all sectors, financing through the development of transcontinental banks, administrative authorities increasingly concerned and competent.
We have partners and collaborators from more than 15 countries. But we lack European skills, it’s a shame, because all this is such a beautiful life to share! (Smiles)
Image2
 Tell us a bit about the Central African Republic.
LF: You take me by the feelings … (laughs)
My preamble is that we are and will remain strangers, although we do; We are invited to your home. This implies mutual respect, but on our side, we also have a moral duty to adapt. I have chosen to invest and carry out important commercial operations in the Central African Republic because I believe in your country. I believe because, despite the dramas you have just lived, Central African society remains dynamic, open, resolved to get out. There is a will to move forward that honors you. It does not prevent abuses and problems. They are numerous. But as partners, the Central Africans have never hitherto disappointed me.
A moral duty?
LF: Let me explain. When I come to the Central African Republic, a few days before the overthrow of President Bozizé by the Seleka rebellion in March 2013, there is no mention of any investment in a country where the situation is at zero. Nevertheless, I discover an incredible country and a population of extraordinary humanity despite extremely precarious life circumstances. I came back regularly to maintain a connection with this country that has become dear to my heart until a legitimate government takes over.
The transitional government led by Prime Minister Kamoun under the authority of President Samba Panza was for us investors, exemplary of efficiency and devotion to the best interests of the country.
I would also like to highlight here the extraordinary work of the chancelleries during this period which I experienced from the inside. The French Embassy was particularly effective, which only history, read with a little more distance, will know how to grant. We were far from this « Françafrique », so many of us were able to admire the devotion to his mission of the former ambassador in office, His Excellency Charles Malinas.
It is fair to say that the acts of these personalities were often hailed. But how does this relate to any moral duty?
I want to go back to your question, but I did not get so far away.
The question that arises for us as of 2014, is where to invest in a country, that all flee apart from a few satraps and other mercenaries? A lesson from my experience is that we must stay away from the sectors of activity causing trouble and conflict, regardless of the financial interest. In the Central African Republic, the sectors targeted are mines, with diamonds in the main, and oil, which for me has little future in your country.
It was and will always be out of the question to be interested in these activities at home.
In my view, the sectors of the future for the Central African Republic were, are and will be, agriculture and services. Agriculture because you were an agricultural country and you will become it again!
Who supplied the tobacco leaf to Cuba for the manufacture of his famous cigars? The Central African Republic. On the other hand, the geographical situation of your country, offers air links of less than 1h1 / 2 to more than 10 capitals from Bangui! Bangui, city Hub air? Yes ! With hotel infrastructure and services of any kind! In support of an agricultural production processed on the spot and exported by the airways developed by this new Hub situation? I do not invent it, it results from an analysis of common sense, developed especially by Mrs Koyara, former Minister of Agriculture and first agricultural engineer graduate of Central Africa!
I still do not see this famous « moral duty »!
LF: Good. In summary, I will never invest in activities that generate human devastation and armed conflict. It is fashionable to accuse businessmen of not having morals, or of being ready to do anything to win the contracts. It can happen to us to fight, indeed, to obtain the best commercial performance possible. It’s normal. Our teams are proud of that. But to believe that an activity like ours can be reliable and sustainable without worrying about the moral and political environment of the country is an illusion. We do not live in a vacuum. We do not invest above-ground. The development of the Central African Republic is a condition for a lasting economic success for the entrepreneurs we are.
So that’s why your first investment in the Central African Republic was the takeover of the Telecel mobile phone network?
LF: We did not take over a company, we took over an « institution »
Everyone knows Telecel. It has become a generic term for « mobile phone »
We worked for 2 years and are still working to put this flagship of the Central African industry back on track. That will be done this year. And the coming years will project this « already No. 1 Telecom » in a development cycle far ahead of competition, Orange and Moov in the first place.
Our duty as investors will stop there.
But our moral duty goes far beyond that.
We have managed this « institution » taking into account the current context. In particular, we have refused any dismissal. In addition, for three years we have financed all the works and actions intended for the population and the return to peace.
We recognize that the list of your social actions is long, and they are often generously covered by our colleagues.
LF: The formation of the mobile gendarmes, the funding of the hospitals, the Bangui orphanage, the Mother and Child House, the 3 Churches with another extraordinary man from your country, Cardinal Dieudonné Nzapalainga …
And your « dada », the funding of the national federation of Central African boxing …
Why Boxing?
LF: I love and practice boxing for over thirty years. Everywhere I am, I box in my own, as figuratively. (Smiles)
More seriously, I strongly defend sport as a social ferment, as a factor of cohesion. So many values to share in these moments of pain … We funded a boxing tournament at KM5 about 18 months ago, in the middle of a crisis; I was able to appreciate the symbolic dimension of this event organized by President Roger Loutomo Junior and the office of the National Boxing Federation. Evidence that sport brings together and unites.
We come to the end of this interview. You have not mentioned your relations with the current political authorities, and especially your ties with the President of the Republic, His Excellency Faustin-Archange Touadéra … A word to say?
LF: Indeed … But do not we keep the best for the end?
I am not a citizen of your country and I am free from my statements. I must confess that President Touadera is a character who will obviously mark your country. The personalities of this quality in Africa today are counted on the fingers of a hand. I say this all the more freely because I am only one economic operator among others and I do not claim any privileged connection with the President of the Republic. I say just that exceptional situation, exceptional man, and in my opinion, you have it today.
Your last word?
LF: Thank you for asking me for this long interview. And thank you for not having too « chicané » by your questions! (Laughs)
I told you earlier that I am not a citizen of the Central African Republic. It is just and at the same time, I do not feel foreign to your country. The way we have traveled together, alongside the Central Africans, in the most difficult moments, will not dissipate like that. A high-ranking Central African personality, to whom I said recently that I will soon be going to Bangui, replied: « Welcome to you! », And that, believe me, is worth more than any other consideration that comes from a powerful Or a humble one.
Thanks again.
Interview by Yann Williamson KOGALAMA
And Landry Ulrich NGUEMA NGOKPELE from LQB

INTERVIEW EXCLUSIVE DE M. LAURENT FOUCHER

« Aux âmes biens nées, la valeur n’attends point le nombre d’années », Homme d’affaire, magnanime, méticuleux, humaniste avec un sens élevé d’investissement a épousé la  République Centrafricaine comme sa deuxième patrie. PDG du groupe NIEL et Président du Conseil d’Administration de TELECEL Centrafrique. Votre Journal à la quête de la perfection d’information rentrera en contact avec cette haute personnalité très ouvert qui aimablement répondra à nos différentes préoccupations.

Bonjour monsieur Foucher. On parle beaucoup de vous en Afrique et en particulier en République centrafricaine depuis quelques années.

Nous avons voulu en savoir plus, tant votre personnalité intrigue, et dérange parfois.

Trop de choses sont dites sur vous sans être vérifiées. Nous avons souhaité recueillir du principal intéressé sa propre version, version que nous pourrons confronter à l’épreuve des faits.

LF : Bonjour. Je suis sensible à votre démarche et je comprends vos interrogations. Je suis, par mes activités, amené à me retrouver sur le devant de la scène. On sait aussi que les hommes d’affaires suscitent souvent beaucoup de fantasmes, surtout lorsqu’ils opèrent en Afrique. Il est dès lors logique de répondre aux questions de la presse. J’ai accepté cette interview car vous m’avez assuré de votre volonté de dépasser les clichés et les mensonges que je vois parfois circuler sur l’internet ou dans certains blogs. Ces blogueurs sont-ils téléguidés par des individus peu scrupuleux ? Parfois, j’en ai bien l’impression.

Nous y reviendrons plus tard. Nous avons interrogé de nombreuses personnalités qui vous connaissent ou qui ont croisé votre chemin. Tous sont unanimes : vous êtes un grand connaisseur de l’Afrique et votre amour et votre intérêt pour ce continent ne datent pas d’hier. Nous avons appris que vous avez été très proche de nombreuses personnalités du continent, tel l’ancien président sénégalais, Abdou Diouf, ou l’actuel président de l’Angola, Eduardo Dos Santos. Mais on parle aussi des liens de votre famille avec celle de l’ancien président français, François Mitterrand, ou encore de vos contacts étroits avec d’autres personnalités de divers horizons en Afrique, au Moyen-Orient ou encore en Europe. Tout cela nous amène à une question : Qui êtes vous ?

LF : (sourire) Je vais me permettre de vous répondre en vous disant ce que je ne suis pas. L’Afrique me passionne depuis plus de 35 ans. Pour moi, c’est tout d’abord un continent de beautés naturelles et humaines. J’ai trouvé en Afrique une somme de valeurs que notre civilisation occidentale a oublié depuis des lustres. Tout ce que j’ai fait en Afrique, je l’ai toujours fait avec des hommes et des femmes qui aimaient leurs pays, et me les ont fait également aimés.

Ce lien a été tissé au fil des expériences, des réussites et des échecs, mais ensemble, avec ces partenaires devenus amis et intimes.

Tant et si bien qu’aujourd’hui, il y a peu de pays africains qui me sont inaccessibles. J’ai effectivement croisé les personnalités que vous citez. Elles m’ont fait, pour certaines, l’honneur de me faire confiance. Mais je n’ai jamais abusé de cette situation. Je m’occupe de mes affaires dans l’espoir qu’elles proposèrent, et apportent aux pays où nous sommes installés une activité économique bénéfique pour tous. Je n’ai pas d’agenda caché. Mes sociétés ne sont pas des officines destinées à servir tel ou tel intérêt, ou tel ou tel clan. J’aspire à être jugé sur mes investissements, sur leurs résultats, et sur ce qu’ils apportent à la communauté.

Nous comprenons que vous tentez de vous démarquer de cette « Françafrique » tant décriée aujourd’hui pour son mal et son ingérence sur le continent. Pourtant on parle aussi de vos liens avec l’ancien ministre de l’Intérieur français, Claude Guéant, lui même marqué par cet héritage que vous critiquez.

LF : Je n’ai pas grand-chose à dire sur cet héritage car à vrai dire cette expression, la « Françafrique », inventée par feu le président Houphouët-Boigny, qui y voyait la qualité et le lien indéfectible entre la France et ses anciennes colonies, ne m’appartient pas et je n’en ai jamais été ni le colporteur ni le promoteur.  Ceci dit, La Françafrique n’est pas un péché. C’est aussi une réalité économique. Il y a, entre la France et l’Afrique, des liens d’affaire privilégiés. La question est de savoir si l’on peut, dans ce contexte, être un entrepreneur sérieux, un bon partenaire des gouvernements, et un faiseur de croissance économique. Si oui, alors j’accepte cette étiquette. La Françafrique a besoin d’être débarrassée de la politique et des rumeurs qui vont avec.

Monsieur Guéant quant à lui est un homme politique et un amoureux de l’Afrique. Je le connais peu, mais ce que je connais de cet homme, nombreux sont ceux qui devraient s’en inspirer, ça les grandirait probablement.

Nous savons ce que vous n’êtes pas, mais cela n’en dit pas plus sur qui vous êtes et surtout ce que vous faites chez nous par exemple, en République centrafricaine.

LF : Depuis de nombreuses années, les investissements de mon associé Nicolas Bourg et moi-même, s’efforcent de répondre aux opportunités. Nous sommes passés des énergies naturelles aux services, des télécoms au financement du sport, soit un prisme très varié et sans synergie de prime abord. Nous sommes présents aujourd’hui, au Congo Brazzaville, au Mali, en Guinée, au Cameroun, au Soudan, en Afrique du Sud et en République centrafricaine. Nous prévoyons dès cette année de nous implanter au Burundi et en Sierra Leone. Et en 2018, en Ouganda et au Rwanda.

Image2

Cela fait beaucoup d’activités dans de nombreux pays.

Comment gérez-vous cette croissance ? Cet appétit n’est-il pas hors de dimension pour vous ?

LF : Dans chacun de ces pays, nos activités sont souvent en développement. Je vous rappelle aussi que nous partageons cette lourde tâche avec nos partenaires locaux qui sont de vrais opérationnels, des miniers quand on parle de mines, des gens du monde des télécoms quand on parle des télécoms, etc. L’Afrique est une invitation à ceux qui prennent le temps de la comprendre et de l’aimer. Vous y trouvez des compétences dans tous les secteurs, des financements par le développement de banques transcontinentales, des autorités administratives de plus en plus concernées et compétentes.

Nous avons à nos côtés, des partenaires et collaborateurs de plus de 15 pays. Nous manquons cependant de compétences européennes, c’est dommage, car tout ceci est une si belle vie à partager! (sourires)

Parlez nous un peu de la Centrafrique.

LF : Vous me prenez par les sentiments… (rires)

Mon préambule est que nous sommes et resterons étrangers, quoique nous fassions ; nous sommes donc invités chez vous. Cela implique un respect réciproque certes, mais de notre côté, nous avons également un devoir moral d’adaptation.   J’ai choisi d’investir et de mener d’importantes opérations commerciales en Centrafrique car je crois en votre pays. J’y crois car, malgré les drames que vous venez de vivre, la société centrafricaine reste dynamique, ouverte, résolue à s’en sortir. Il y a chez vous une volonté d’aller de l’avant qui vous honore. Elle n’empêche pas les abus et les problèmes. Ils sont nombreux. Mais comme partenaires, les Centrafricains ne m’ont jusque-là jamais déçu.

Un devoir moral?

LF : Je m’explique. Lorsque que je viens en République Centrafricaine, quelques jours avant le renversement du Président Bozizé par la rébellion de la Séléka en mars 2013, il n’est question d’aucun investissement dans un pays où la situation est au point zéro. Néanmoins, je découvre un pays incroyable et une population d’une extraordinaire humanité en dépit de circonstances de vie extrêmement précaires. Je suis revenu régulièrement par la suite afin de conserver un lien avec ce pays devenu cher à mon cœur en attendant qu’un gouvernement légitime en prenne les rênes.

Le gouvernement de transition dirigé par le Premier Ministre Kamoun sous l’autorité de la Présidente, Madame Samba Panza, a été pour nous investisseurs, en tout point exemplaire d’efficacité et de dévotion aux intérêts supérieurs du pays.

Je tiens également à souligner ici le travail extraordinaire des chancelleries pendant cette période que j’ai vécue de l’intérieur. L’ambassade de France a été notamment d’une efficacité que seule l’Histoire, lue avec un peu plus de recul, saura lui accorder. On était alors loin de cette « Françafrique », tant nous sommes nombreux à avoir pu admirer le dévouement à sa mission de l’ancien ambassadeur en poste, SEM Charles Malinas.

Il est juste de dire que les actes de ces personnalités ont été souvent salués. Mais en quoi cela a-t-il un lien avec un quelconque devoir moral ?

Je reviens à votre question, mais je ne m’en suis pas tant éloigné que ça.

La question qui se pose à nous dès l’année 2014, est où investir dans un pays, que tous fuient mis à part quelques satrapes et autre mercenaires ? Une leçon tirée de mon expérience, est qu’il faut se tenir à l’écart des secteurs d’activités générateurs de troubles et de conflits, quelqu’en soit l’intérêt financier. En Centrafrique, les secteurs visés sont les mines, avec en principal le diamant, et le pétrole, qui pour moi, a peu d’avenir chez vous.

Il était et sera toujours hors de question de s’intéresser à ces activités chez vous.

Selon moi, les secteurs d’avenir pour la Centrafrique étaient, sont et seront, l’agriculture et les services. L’agriculture car vous fûtes un pays agricole et vous le redeviendrez!

Qui a fourni la feuille de tabac à Cuba pour la fabrication de ses fameux cigares ? La Centrafrique. D’autre part, la situation géographique de votre pays, offre des liaisons aériennes de moins de 1h1/2 vers plus de 10 capitales depuis Bangui ! Bangui, ville Hub aérien ? Oui ! Avec les infrastructures hôtelières et de services de toute nature ! A l’appui d’une production agricole transformée sur place et exportée par les voies aériennes développées par cette nouvelle situation de Hub ? Je ne l’invente pas, cela résulte d’une analyse de bon sens, développée notamment par Madame Koyara, ancienne ministre de l’agriculture et toute première ingénieure agronome diplômée de Centrafrique !

Je ne vois toujours pas ce fameux « devoir moral » !

LF : Bien. En résumé, Je n’investirai jamais dans des activités génératrices de dévastation humaine et de conflits armés. Il est de bon ton d’accuser les hommes d’affaires de ne pas avoir de morale, ou d’être prêt à tout pour remporter les contrats. il peut nous arriver de nous battre, en effet, pour obtenir les meilleures performances commerciales possibles. C’est normal. Nos équipes en sont fières. Mais croire qu’une activité comme la nôtre peut être fiable et durable sans se préoccuper de l’environnement moral et politique du pays est une illusion. Nous ne vivons pas en vase clos. Nous n’investissons pas hors-sol. Le développement de la Centrafrique est une condition d’une réussite économique durable pour les entrepreneurs que nous sommes.

C’est donc pour cela que votre premier investissement en Centrafrique a été la reprise du réseau de téléphonie mobile Télécel ?

LF : Nous n’avons pas repris une société, nous avons repris une « institution »

Tout le monde connaît Télécel. C’est devenu un terme générique pour dire « téléphone portable »

Nous avons travaillé pendant 2 ans et travaillons encore à remettre ce fleuron de l’industrie centrafricaine sur les rails. Ce sera chose fait cette année. Et les années à venir vont projeter ce « déjà n°1 des Télécoms » dans un cycle de développement très loin devant la concurrence, Orange et Moov en premier lieu.

Notre devoir d’investisseurs s’arrêtera là.

Mais notre devoir moral va bien au-delà.

Nous avons géré cette « institution » en tenant compte du contexte actuel. Notamment, nous avons refusé tout licenciement. De plus, nous avons financé depuis 3 ans toutes les œuvres et actions destinées à la population et au retour à la paix.

Nous reconnaissons que la liste de vos actions sociales est longue, et elles sont souvent généreusement couvertes par nos confrères.

LF : La formation des gendarmes mobiles, les financements des hôpitaux, de l’orphelinat de Bangui, de la Maison de la mère et de l’enfant, des 3 Eglises avec un autre homme extraordinaire issu de votre pays, le Cardinal Dieudonné Nzapalainga…

Et votre « dada », le financement de la fédération nationale de boxe centrafricaine…

Pourquoi la boxe ?

LF: J’aime et je pratique la boxe depuis plus de trente ans. Partout où je me trouve, je boxe au propre, comme au figuré. (sourires)

Plus sérieusement, je défends fermement le sport comme ferment social, comme facteur de cohésion. Tant de valeurs à partager en ces moments de douleurs… Nous avons financé il y a environ 18 mois, en pleine crise, un tournoi de boxe au KM5 ; j’ai pu apprécier la dimension symbolique de cet événement organisé par le Président Roger Loutomo Junior et le bureau de la Fédération nationale de Boxe. Preuve que le sport rassemble et unit.

Nous arrivons à la fin de cette interview. Vous n’avez pas évoqué vos relations avec les autorités politiques actuelles et notamment vos liens avec le Président de la République, SEM Faustin-Archange Touadéra… Un mot à dire ?

LF : En effet… Mais ne garde-t-on pas le meilleur pour la fin ?

Je ne suis pas citoyen de votre pays et je suis libre de mes déclarations. Je dois avouer que le président Touadéra est un personnage qui, de toute évidence, va marquer votre pays. Les personnalités de cette qualité en Afrique de nos jours, se comptent sur les doigts d’une main. Je le dis d’autant plus librement que je ne suis qu’un opérateur économique parmi d’autres et que je ne revendique aucun lien privilégié avec le Président de la République. Je dis juste qu’à situation exceptionnelle, homme d’exception, et à mon sens, vous l’avez aujourd’hui.

Votre mot de la fin ?

LF : Merci tout d’abord de m’avoir sollicité pour cette longue interview. Et merci de ne pas m’avoir trop « chicané » par vos questions ! (rires)

Je vous disais plus haut que je ne suis pas citoyen centrafricain. C’est juste et en même temps, je ne me sens pas étranger dans votre pays. le chemin parcouru ensemble, aux côtés des centrafricains, dans les moments les plus difficiles, ne se dissipera pas comme cela. Une haute personnalité centrafricaine, à qui je disais récemment que je me rendrai prochainement à Bangui, m’a répondu : « bienvenu chez toi !», et ça, croyez moi, ça vaut plus que toute autre considération que ça vienne d’un puissant ou d’un humble.

Merci encore.

Propos recueillis par Yann Williamson KOGALAMA

et Landry Ulrich NGUEMA NGOKPELE de LQB

 

Touadera already in campaign of popularity with the money of the ADB to Mbaïki and the donation of the EU to Boali

Central African countries of paradoxes. While everyone continues to hold their breath to see how the ongoing crisis in the country will be resolved, while (opposition) politicians continue to observe a reservation to their right to criticize the government’s action, Faustin Archange Touadera, the surprised President of the Republic, strongly supported by the old Bozizi strategy, said that the government’s social partners showed common sense by saying that « there is no point in putting the country in turmoil. » , Is already advancing in the campaigns of conquest of popularity to, obviously, prepare his reelection after his first term which ends on 31 March 2020.
The spirited dances on the political arena have begun. Priority has changed sideways. It is no longer the return of peace and security. And besides on this double requirement, where is the winning strategy? The DDR-R is a circle-manger while the population is being massacred every day, every hour and evidence of all the statistics, every minute – a corpse must die somewhere on the Central African territory. A year after its inauguration, which the majority is preparing to celebrate with great pomp, the situation in CAR has remained as it has been since the transition, even though, thanks to pressure from civil society and internal self-purge work illustrated By rising to the niche of self-defense groups in the district PK5 to eliminate the head cutters of this district constituting the tail of the devil and the head of prow of violence, Bangui the capital breathes a little better.
However, the Minusca, it continues to serve as an atomic umbrella for criminals such as Ali Darassa, Sidiki, Al Khatim and others, on the pretext that the Central African government has not issued a warrant and played the partition by supporting some Against the others already torn apart. Scenes of killing, the government keeps mouth sewn ndaka. Nothing, nothing concrete is done except this so-called « hope » which explains the entreaties directed at the armed groups refractory to join the circle of the eaters of the DDR-R. While these refractors, who in reality have terrible demands to swallow the government, are advancing on the military ground in the hope of getting the latter to take into consideration their most disproportionate demands, sustained that they are d In one way or another by the international community which swears by dialogue and dialogue alone to resolve a crisis that has instead become a scene of crimes without sufficient sap of valid political claims.
Who is right who says that Touadera is nothing but farce: it can not do otherwise when the weight of Chad is weighed on the side « dialogue and concession » of the balance. And soon, he will disappoint his voters heavily by taking unpopular measures with the help of head cutters.

To caress the truth and to cast a flat in the wounded hearts and this, in spite of the dead ones that fall like flies, Touadera in its logic, preaches to who wants to hear it that « there will not but never, Disarmament « . Not the slightest force to oppose the « murderers of the Republic » and all white-collar criminals. The reality is, « there is not enough will on the part of the leaders of the country to put pressure on the international community that delay the appointment of peace in the CAR, » sighs an observer. In the meantime, the Central Africans are sacrificed on a daily basis while awaiting the opening of all-out trials sung drum and trumpets against the perpetrators of the crimes, which must however be sought beforehand, jealously guarding in prison by taking measures of any eventuality of escape Pending their trials tomorrow that would bring the long-awaited peace in the battered hearts of the victims.
Ah haha! In other words: kill, kill today and kill again, no one will come to arrest you. You do not see: where are Aroun Gaye, Abdoulaye Hissène, Ali Darass …? Free, bodies, souls and arms. And free to continue their crimes. For the time being, we are satisfied with « documenting the facts » … Here is an exciting sentence.
It is to this murderous Central African that Touadera has no solution to bring to reduce his suffering sings his glory and grandeur on the pretext of bringing him gifts. In Mbaiki two weeks ago, he went to tell the people of the Lobaye that the money of 72 million CFA francs he contributed to the rehabilitation of the Higher Institute of Rural Development (ISDR) Is it. This is the money of the African Development Bank (AfDB). He is not ashamed to beat his breast: I am your savior. Really !
And it is the same language he held at Boali and here it was much more explicit: « You elected me massively, and now I have come to thank you. I did not come with my hands empty-handed, I came with these vehicles and these medicines for you, « he trumpeted in Sango national language. By the way, it was a gift from the European Union under the 10th EDF (European Development Fund) program, in this case the Ombella-M’Poko, five vehicles and medicines. A program aimed at restoring the authority of the State and redeploying the administration throughout the territory. It was on the occasion of the handing over of partial rehabilitation of the Boali I hydroelectric dam plant on Monday.
This event was an occasion to discover the nucleus of the political campaign machine of Touadéra, thought in the brain of a certain Bertin Bea, deputy of Boali under the colors of KNK, the political party of Bozizé which had sanctioned the candidate Touadéra Before rehabilitating it by « a maneuver of meanness » for reasons that everyone knows. At Boali, the crowd was trained and harangued to sing to the glory of Touadera. And here is his reaction: thank you and take this gift (…).
The question is one of concern: at this pace, what will become of the sacred Union advocated by Touadera and which was supposed to bring together all the political actors around a shared reason that is the return of peace And security in the country? On the understanding that everyone should set aside his ego and throw himself into the paw of peace and national reconciliation. For each political actor, especially those of the opposition, with regard to this comma in the back, would be led to reconsider his position and begin his struggle for positioning. We can therefore deduce that the sequel is the ferocity of the political struggle which is predicted above all that it is the power that gives the kick off. There is also a fear of an armed ramification of this political struggle, especially since all armed groups still have all their military arsenals from them and are far from disarming even if they have joined the DDR-R.
It is therefore to be expected that there will be clear positions in the coming days or declarations of focus, for it is clear that the government is now openly using all means, including (state) To reassure the people that everything is going well in this country, practically without a state or at least without authority (of the State), whereas to this day a year of power and four months after the Brussels round table, Is still in place. It is even feared that these vehicles and other goods donated by the EU will end up finding their real owners who are the armed groups, real masters of the place. While the people and the State will take care in the future to repay the debt without question.
And finally, it remains to conclude that Touadera now rows with « dialogue » on the lips and the trickery of another era in his heart. No wonder when it is known that it remains largely surrounded by bozizistes who seek a second chance.

Prince Coh

Touadéra déjà en campagne de popularité avec l’argent de la BAD à Mbaïki et le don de l’UE à Boali

Centrafrique pays de paradoxes. Alors que tout le monde continue de retenir l’haleine pour voir comment sera résolu la crise en cours dans le pays, alors que les politiques (opposition) eux, continuent d’observer une réserve à leur droit de critiquer l’action du gouvernement, alors que les partenaires sociaux du gouvernement affichent le bon sens en jugeant qu’ « il ne sert à rien de mettre le pays en effervescence », Faustin Archange Touadéra, le président élu surprise de la République lui, fort de la vielle stratégie boziziste, lui, avance déjà dans les campagnes de conquête de popularité pour, visiblement, préparer sa réélection après son premier mandat qui s’achève le 31 mars 2020.

Les danses endiablées sur l’arène politique ont commencé. La priorité  a changé de côté. Ce n’est plus le retour de la paix et de la sécurité. Et d’ailleurs sur cette double exigence, où est la stratégie gagnante ? Le DDR-R est un cercle-mangeoire pendant que la population se fait massacrer tous les jours, toutes les heures et l’évidence de toutes les statistiques, toutes les minutes –un cadavre doit mourir quelque part sur le territoire centrafricain. Une année après son investiture que la majorité s’apprête à célébrer en grande pompe, la situation de la RCA est restée telle quelle depuis la transition même si, grâce aux pressions menées par la société civile et par un travail interne d’auto purge illustré par la montée au créneau de groupes d’autodéfense dans le quartier PK5 pour éliminer les coupeurs de tête de ce quartier constituant la queue du diable et la tête de proue de la violence, Bangui la capitale respire un peu mieux.

Cependant, la Minusca elle, continue de servir de parapluie atomique pour des criminels tels que Ali Darassa, Sidiki, Al Khatim et consorts sous prétexte que le gouvernement centrafricain n’a pas délivré un mandat d’arrêt et joue la partition en soutenant les uns contre les autres déjà entredéchirés. Des scènes de tuerie, le gouvernement garde la bouche cousue ndaka. Rien, rien de concret ne se fait hormis cet « espoir » tant invoqué qui explique les supplications portées à l’endroit des groupes armés réfractaires à rejoindre le cercle des mangeurs du DDR-R. Alors que ces réfractaires qui en réalité, ont des revendications terribles à faire avaler au gouvernement, avancent sur le terrain militaire dans l’espoir d’amener ce dernier à prendre avant tout en considération leurs exigences les plus démesurées, soutenus qu’ils sont d’une manière ou d’une autre par la communauté internationale qui jure par le dialogue et le dialogue seul pour résoudre une crise qui est plutôt devenue un fait de scènes de crimes sans sèves suffisantes de revendications politiques valables.

Qui a raison celui qui dit que Touadéra ne fait plus que de la farce : il ne saurait faire autrement lorsque le poids du Tchad se fait peser sur le côté « dialogue et concession » de la balance. Et bientôt, il va décevoir lourdement ses électeurs en prenant des mesures impopulaires à la faveur des coupeurs de tête.

Pour caresser la vérité et jeter un bémol dans les cœurs blessés et ce, malgré les morts qui tombent comme des mouches, Touadéra dans sa logique, prêche à qui veut l’entendre qu’ « il n’y aura pas mais alors jamais, de désarmement forcé ». Pas la moindre force à opposer aux « égorgeurs de la République » et tous les criminels au col blanc. La réalité étant, « il n’y a pas assez de volonté de la part des dirigeants du pays pour mettre de la pression sur la communauté internationale qui retarde le rendez-vous de la paix en RCA», soupire un observateur. Entretemps, les Centrafricains sont sacrifiés au quotidien en attendant l’ouverture de procès tous azimuts chantés tambour et trompettes contre les auteurs des crimes qu’il faudra cependant préalablement aller chercher, garder jalousement en prison en prenant les mesures de toutes éventualités d’une évasion en attendant leurs procès demain qui apporteraient la paix tant attendue dans les cœurs meurtris des victimes.

Ah haha ! Autrement dit : tuez, tuez aujourd’hui et tuez encore, personne ne viendra vous arrêter. Vous ne voyez pas : où sont Aroun Gaye, Abdoulaye Hissène, Ali Darass… ? Libres, -corps, âmes et armes. Et libres de continuer leurs crimes. On se contente, pour l’heure, « de documenter les faits »… En voilà une phrase excitante.

C’est à ce centrafricain meurtri que Touadéra qui n’a aucune solution à apporter pour abréger sa souffrance chante sa gloire et grandeur en prétextant lui apporter des dons. A Mbaïki il y a deux semaines, il est allé raconter à la population de la Lobaye que l’argent 72 millions de francs de cfa qu’il a apporté à la réhabilitation de l’Institut supérieur de développement rural (ISDR), c’est lui. Or, c’est l’argent de la Banque africaine de développement (BAD). Il n’a pas honte de se taper la poitrine : Je suis votre sauveur. Vraiment !

Et c’est le même langage qu’il a tenu à Boali et ici, il a été beaucoup plus explicite : « vous m’avez élu massivement, et maintenant, je suis venus vous remercier. Je ne suis pas venu les mains bredouilles, je suis venu avec ces véhicules et ces médicaments pour vous », a-t-il claironné en langue nationale sango. Au fait, il s’agissait d’un don de l’Union Européenne dans le cadre du programme du 10ème FED (fonds européen de développement) et dans ce cas présent de l’Ombella-M’Poko, cinq véhicule et des médicaments. Un programme qui vise la restauration de l’autorité de l’Etat et le redéploiement de l’administration sur toute l’étendue du territoire. C’était à l’occasion de la remise des travaux de réhabilitation partielle de l’usine du barrage hydroélectrique de Boali I le lundi dernier.

Cet évènement qui a été une occasion de découvrir le noyau de la machine de campagne politique de Touadéra pensé dans le cerveau d’un certain Bertin Bea, député de Boali sous les couleurs du KNK, le parti politique de Bozizé qui avait sanctionné le candidat Touadéra avant de le réhabiliter par « une manœuvre de bassesse » pour des raisons que tout le monde connait. A Boali, la foule a été dressée et haranguée pour chanter à la gloire de Touadéra. Et voilà sa réaction : merci et prenez ce cadeau (…).

La question que l’on se pose relève d’une inquiétude : à cette allure, que deviendra l’Union sacrée prônée par Touadéra et qui était sensée rassembler tous les acteurs politiques autour d’une raison partagée qui est celle du retour de la paix et de la sécurité dans le pays ? Sous entendu que chacun devrait mettre de côté son ego et se jeter dans la patte de la paix et de la réconciliation nationale. Car chaque acteur politique, en particulier ceux de l’opposition, au regard de cette virgule dans le dos, serait amené à reconsidérer sa position et entamer sa lutte de positionnement. On peut donc déduire que la suite, c’est la férocité de la lutte politique qui s’annonce surtout que c’est le pouvoir qui en donne le coup d’envoi. Il faut aussi craindre une ramification armée de cette lutte politique, surtout que tous les groupes armés détiennent encore de vers eux tous leurs arsenaux militaires et sont plutôt loin de désarmer même s’ils ont adhéré au DDR-R.

Il faut donc s’attendre à des prises de position tranchées dans les jours à venir ou des déclarations de mise au point car il est évident que le pouvoir use désormais ouvertement de tous les moyens y compris le mensonge (d’Etat) pour essayer de rassurer le peuple que tout va bien dans ce pays pratiquement sans Etat ou du moins sans autorité (de l’Etat) alors qu’à ce jour un an de pouvoir et quatre mois après la table ronde de Bruxelles, aucune base de paix n’est encore mise en place. On craint même que ces véhicules et autres biens donnés par l’UE ne finissent par retrouver leurs véritables propriétaires qui sont les groupes armés, véritables maîtres des lieux. Alors que le peuple et l’Etat se chargeront dans l’avenir de rembourser sans ambages la dette.

Et finalement, il reste à conclure que Touadéra rame désormais avec « le dialogue » sur les lèvres et la fourberie d’une autre époque dans son cœur. Pas étonnant quand on sait qu’il reste largement entouré par des bozizistes qui cherchent une deuxième chance.

Prince Coh