Nation : Quand la somme de 21 millions de Francs CFA de Touadéra donnée à la presse a été partagée entre parents, amis et connaissances…

Comme le président de la République, Faustin Archange Touadéra l’avait  officiellement promis lors d’une rencontre – débat avec les professionnels des médias à la présidence de la République au palais de la Renaissance, il y a déjà plusieurs semaines, une enveloppe d’un montant de 21 millions de Francs CFA aurait été effectivement décaissée et mise à la disposition du ministère de la communication en charge de  la gestion de  la répartition entre les bénéficiaires.

Au lieu de considérer cette aide financière comme étant une aide financière ponctuelle du président de la République, les responsables en charge de la communication leur auraient plutôt donné un caractère de subvention. Alors, à ce titre, un comité ad hoc  aurait été mis en place  pour la répartition de cette fameuse enveloppe. C’est ainsi que certains professionnels des médias dont la plupart seraient des journaleux, se faisant astucieusement passés pour des représentants du GEPPIC dont nous taisons le nom mais dont le vrai président titulaire porte le nom de Cyrus Emmanuel Sandy, se seraient accaparés de cette enveloppe pour une répartition, au vu et au su du directeur de cabinet dudit ministère. Du coup, un s’en serait sorti avec plus d’un (1) million de Francs Cfa, un autre, c’est – à – dire le directeur de publication d’un journal de la place qui se serait fait passer pour le directeur de GEPPIC avec deux (2) millions de Francs CFA, et par la suite des enveloppes de 700 mille Francs CFA, de 500 mille Francs CFA et de 150 mille Francs CFA dont les bénéficiaires auraient entretemps été sélectionnés et appelés au téléphone. Une véritable bande de copains, sans foi et ni loi qui se serait copieusement fait partager un véritable pactole. Au nom de la politique de la rupture. Comment le ministre de la communication, M. Lemasset pouvait – il laisser se passer un tel désordre sans qu’il ne soit en mesure d’y mettre de l’ordre ? Ne serait – il pas tout simplement l’éminence grise de cette terrible opération de partage de gâteaux entre parents, amis et connaissances ? Et puisque, selon les uns et les autres, cette enveloppe était non pas une aide financière mais plutôt une subvention, qu’en dirait – il au regard des dispositions de la loi ? Quelles sont les conditions fixées par la loi relatives à l’octroi de cette subvention aux médias privés et aux organes audiovisuels ? Tous les bénéficiaires de cette subvention les ont – ils remplies ?  Le ministre en charge de la communication, ne sait – il pas qu’à ce titre,  les fonds distribués ainsi  pourraient tout simplement être considérés comme des fonds ayant pris une destination autre que celle pour laquelle ils étaient extraits du trésor public ?

A Touadéra et son gouvernement de répondre à toutes ces pertinentes questions. Pour finir, voici la liste des organes de la presse  écrite, membres du GEPPIC, ayant été délibérément omis lors du partage de l’enveloppe de 21 millions de Francs CFA, généreusement octroyée par le président de la République…

SUBVENTION

Jean – Paul Naïba

Publicités