Affaire « Ex- personnel de la Sogesca » : Sarandji a menti à Méckassoua et à tous les députés

Selon des informations dignes de foi en notre possession, au moment où nous mettons sous presse cet article, des députés de la majorité présidentielle et ceux de l’opposition seraient très remontés contre le premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, pour leur avoir menti dans la maison du peuple et à la tribune de l’assemblée nationale. Ils n’auraient pas supporté, après recoupements et investigations des informations mises à leur disposition sur le dossier de l’Ex- personnel de la Sogesca, son gros mensonge.

Pour la petite histoire, afin que nul n’ignore, les 36 personnels de la Sogesca, actuelle Sucaf, avaient sollicité et obtenu une audience avec le premier ministre, le 6 décembre 2017, pour en savoir davantage sur l’identité de la personne qui aurait ordonné au procureur général de faire surseoir à l’exécution du jugement du tribunal de travail, en leur faveur, en application d’un arrêt du conseil d’état.

Lors de cette rencontre, non seulement le locataire de la Tour Pétroca les aurait considérés comme des fauteurs de troubles à l’environnement favorable des affaires, du fait de leurs incessants agissements contre la société Sucaf, mais surtout il leur aurait exprimé son indéfectible soutien à la mesure conservatoire prise par le procureur général, non sans les avoir préalablement accusés de manipulateurs de la justice à des fins personnelles et égoïstes.

Au cours  de la dernière interpellation du gouvernement devant précéder la fin de la session parlementaire d’octobre, l’homme aurait tout simplement envoyé promener et Méckassoua et tous les élus de la nation, en leur faisant ingurgiter sur un ton menaçant, comme à son habitude, la pilule du « gros mensonge d’état », selon laquelle il n’avait jamais tenu de tels propos et qu’il ne pouvait pas s’interférer dans le fonctionnement normal de justice.

Même si le président de la séance, ce jour – là, avait fait preuve d’une certaine diplomatie dans la police des débats, d’abord pour lui faire comprendre qu’il s’adressait à des élus de la nation envers lesquels il est tenu d’être courtois, ensuite pour lui faire comprendre ce que le procureur général voulait dire dans son message – porté transmis à Monsieur Baïdou, huissier de justice, à travers les mots «  selon l’ordre reçu de la hiérarchie », tout aurait été mis en œuvre pour étouffer la voix de la vérité dans cette affaire.

Malheureusement pour lui et tous ses soutiens, la vérité finit toujours par se révéler et s’imposer. C’est ainsi qu’il leur aurait été rapporté, en marge de l’affaire de l’augmentation unilatérale du prix de la bière par la direction générale de la société Mocaf, que les propos sus – évoqués auraient bel et bien été tenus par le locataire de la Tour Pétroca. Il leur aurait effectivement dit que leurs agissements gênent les investisseurs qu’il reçoit et qui repartent définitivement et ne sont pas de nature à rassurer les sociétés citoyennes, telle que Sucaf, qui paient leurs impôts et accompagnent de ce fait financièrement  l’Etat. Des révélations qui auraient finalement soulevé l’ire de tous les députés de la nation et auxquelles plus d’un centrafricain devrait prêter entièrement attention devant le silence avéré de Sarandji et de son gouvernement à répondre au directeur général de la société Mocaf qui les aurait tout simplement  traités de corrompus.

Ne seraient– ils pas été aussi corrompus dans cette affaire qui oppose l’Ex – personnel de la Sogesca aux dirigeants de l’actuelle Sucaf ? Et Méckassoua et les députés de la nation prendraient – ils cette fois – ci effectivement  leurs responsabilités ?

Aux dernières nouvelles, des dispositions seraient en train d’être prises pour la convocation d’une session parlementaire extraordinaire. L’ordre du jour porterait sur cette affaire des 36 employés de la Sogesca, l’affaire Mocaf, la situation sécuritaire chaotique et apocalyptique à Paoua et le silence coupable et complice de Sarandji et de son gouvernement sur la descente du pays de B. Boganda aux enfers.

 Affaire à suivre….. !

La rédaction

Publicités