Alerte – Info : L’ Élysée refuse la demande d’audience de Touadéra

Selon des informations dignes de foi en notre possession et émanant des sources très proches de la présidence française, une demande d’audience avec le jeune Macron, président de la République française, adressée par les services du protocole de Touadéra, depuis sa résidence de Lille, a été sèchement rejetée.

Une rencontre jugée inopportune par les diplomates français, car le mathématicien de Boy – Rabé était d’abord allé à Bruxelles pour ses soins et revenir ensuite en France pour en faire la demande. Un acte jugé inamical avéré et teinté d’un total manque de respect et d’égards à l’endroit de la mère – patrie et de son représentant légal. Il s’en est donc naturellement suivi, en représailles, ce refus pur et simple de déferrer à cette  sollicitude.  Une véritable douche froide de l’Elysée dont il se souviendra sans doute toute sa vie.

En effet, indésirable, n’ étant pas la bienvenue et le jeune et élégant Macron ne pouvant pas serrer la main d’un homme qui ne peut rien faire, qui laisse même faire et qui passe pour le problème et la solution à la crise qui perdure dans son pays, depuis décembre 2012, le mathématicien de Boy – Rabé, arrivé à bord de la voiture officielle de l’ambassadeur centrafricain,  a finalement été reçu  par le député français, président du Groupe Amitié «  Franco- centrafricain ». Comme tous peuvent le constater sur la photo qu’il a  publiée lui – même, c’est à ce dernier, entouré du député Kokouendo et deux diplomates, que la mission a été en fait confier de recevoir Touadéra et lui passer le message de l’Elysée. Une rencontre dont l’intéressé a fait l’écho sur son mur facebook en ces termes :

«  Hier soir, dîner à Assemblée nationale avec le Président Touadéra (Présidence de la République Centrafricaine), que j’ai invité en tant que président du groupe d’amitiés France/Centrafrique, en présence de députés ayant un lien avec le Pays. Depuis plusieurs années, la République Centrafricaine est dans une situation délicate, voir parfois de chaos. Des groupes armés contrôlent une importante partie du territoire. Suite à l’intervention française (Sangaris – 2014) pour éviter que la situation ne dégénère, une mission de l’ONU (MINUSCA) a été envoyée, complétée d’une mission de formation de l’Union européenne (EUTM RCA). Le Président Touadéra a engagé des actions importantes depuis son élection en 2016. Récemment, des préfets et des sous-préfets ont par exemple été nommés pour que l’autorité de l’État regagne du terrain. Pour la stabilité de la région, il est nécessaire de continuer à accompagner le Pays dans le retour de son administration et la maîtrise de son intégrité territoriale. J’ai donc répondu positivement à l’invitation du Président à me rendre sur place afin de mieux évaluer la situation et ainsi agir  pour tenter d’apporter une contribution au retour durable de la paix ».

En réalité, lors de cet échange qui s’est tenu non pas dans la salle de banquet de l’assemblée nationale mais plutôt dans le salon du député, Touadéra a été proprement savonné et remis dans ses petits souliers. De son incapacité totale à œuvrer pour un meilleur devenir de ce pays, à sa propension à dilapider les maigres ressources du pays à des fins personnelles, égoïstes et catégorielles, en passant par la mal – gouvernance et la corruption qui caractérisent la gestion de son pouvoir, son hôte ne s’est pas  astreint d’user de la rhétorique diplomatique pour lui remonter les bretelles.

Pour finir, il lui a été fait injonction, comme solutions de sortie de crise ce qui suit :  suspension du paiement des salaires par la communauté internationale ; nomination d’un français, Le Verbe, en lieu et place du gabonais, Onanga, à la tête de la Minusca ; dialogue politique inclusif dans les plus brefs délais ; départ des mercenaires russes ; limogeage de son cher aîné Sarandji ; mise en place d’un gouvernement d’union nationale. La liste des laideurs dont s’est rendu coupable Touadéra serait longue, sans oublier le contrat minier signé avec un oligarque russe, en contrepartie de la livraison des armes et un autre contrat de coopération militaire avec les Chinois. 

Dépité, l’homme a finalement décidé de précipiter son retour qui était initialement prévu pour ce vendredi, au pays natal, le mardi dernier.

Une véritable douche froide !

Affaire à suivre….. !

La rédaction

Publicités